Avertir le modérateur

31/08/2008

Caseurs de PUB !

Casseurs de pub sur la toile
http://www.casseursdepub.org

I - RENTREE SANS MARQUE 2008
II - LA DECROISSANCE EN KIOSQUE LE 29 AOUT
III - LA REVUE QU’A DETESTE LIBERATION : CASSEURS DE PUB
IV - EXPEDITION DE LA DECROISSANCE - ATTENTION, NOUVELLE ADRESSE
V - QUELQUES SITES AMIS ANTIPUB

I - RENTREE SANS MARQUE 2008
Depuis l’an 2000, le Mouvement pour une rentrée sans marques appelle à boycotter les marques des multinationales. Malgré la loi, les publicitaires s’emploient à infiltrer les écoles et les universités pour privatiser l’Education nationale. Les publicitaires font le siège des établissements scolaires pour rendre élèves et étudiants accros à la conso. Chassons ces dealers de pub qui s’en prennent aux jeunes.
Téléchargez l'affiche de la Rentrée sans marques.
Envoyez à votre député la pétition pour l'abrogation du « Code de bonne conduite des entreprises en milieu scolaire ».
http://www.casseursdepub.org/index.php?menu=cdp

II - LA DECROISSANCE EN KIOSQUE LE 29 AOUT
Le numéro de septembre de La Décroissance « Fuir la crise ? » sera en kiosque le 29 août.
http://www.ladecroissance.net

III - LA REVUE QU’A DETESTE LIBERATION : CASSEURS DE PUB
« Il [y] flotte comme une odeur de purge. (…) Les objecteurs de croissance proposent une alternative à la Bush : soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous. » Libération, 1-8-2008. Le quotidien dirigé par le phare de pensée contemporaine, Laurent Joffrin n’a pas du tout apprécié le dossier 2008 de Casseurs de pub sur les « écotartufes ». Un gage de qualité, de probité et d’intelligence. Retrouvez Casseurs de pub en kiosque jusqu’au 6 septembre puis sur commande ici :
http://www.casseursdepub.org/index.php?menu=commander

IV - EXPEDITION DE LA DECROISSANCE - ATTENTION, NOUVELLE ADRESSE
Le numéro 52 de La Décroissance (septembre) sera expédié le Lundi 25 août de 14h à 20h dans le nouveau local de Casseurs de pub-La Décroissance : la Fondation Nicolas Bertrand, 52 rue Crillon. Nous expédions le journal sous bande papier grâce à votre aide, ce qui évite l'emballage plastique. N'hésitez pas à passer nous prêter main-forte, de quelques minutes à toute la soirée. Un repas ensemble clôture la soirée.
Casseurs de pub, 52, rue Crillon, Lyon 6e. Métro Masséna.
http://www.ladecroissance.net/

V - QUELQUES SITES AMIS ANTIPUB
- http://www.antipub.net/
- http://www.deboulonneurs.org/
- http://paysagesdefrance.org/
- http://www.bap.propagande.org/
- http://www.adbusters.org/
- http://www.les-renseignements-genereux.org/

30/08/2008

Voiture à air !

Toutes mes excuses,

    J'ai enlever un texte en voulant le remplacer par celui sur l'arrivée sur le marché de la voiture à air comprimé, mais impossible de l'imprimer sur cette page.

RDV demain. Merci.


La situation semble se débloquer pour la société MDI qui développe le concept de voiture à air comprimé depuis 1996. En effet, après l'achat des droits pour l'Inde par TATA, il est évoqué la possible construction d'une usine de voitures à air comprimé MDI dans la région de Toulouse et l’arrivée sur le marché pour l'année 2009 et 2010.

Pour la société MDI, emmenée par son PDG Guy Nègre, basée à Carros dans les Alpes-Maritimes, les barrières semblent se lever depuis plus d'un an. L’indien TATA a déjà acheté les brevets pour l'Inde de la voiture à air comprimé.

La société MDI étudie depuis 1991 des nouvelles technologies et de nouveaux concepts de production pour un développement durable et pour lutter contre la pollution. Ainsi Guy Nègre et Louis Arnoux, dirigeants de MDI-Energy, sont les inventeurs de la voiture à air comprimé en 1996.

Ce véhicule d'environ trois mètres, réduit à sa plus simple expression, pourrait être commercialisé entre 3500 et 9000 € selon les modèles. Rechargeable à l'air comprimé en trois minutes, son autonomie est de 150 kilomètres minimum.

Grâce au géant indien de l'automobile, Tata Motors, qui a racheté la licence MDI, Guy Nègre espère lancer les premiers modèles, la OneCats et la MiniCats, dès l'année prochaine, d'abord en Inde puis dans le reste du monde.

Récemment le site internet de La Dépèche du Midi annonçait le projet de la construction de la première usine pour la voiture à air comprimé de MDI sur la région toulousaine et la commercialisation de la OneCAT et/ou la MiniCAT en FRANCE pour l'année 2009 et 2010.

Le projet de créer la première usine d'assemblage de OneCAT et/ou MiniCAT à Toulouse, pourrait aussi se voir étendu à un système d'auto-partage des voitures propres.

Les porteurs du projet, Messieurs Urgell et Peyret, veulent aller plus loin en proposant à la mairie de Toulouse et à Tisséo (exploitant le réseau de transport en commun: bus et métro automatique) un système de voitures MDI en libre-service, un « AutôToulouse » pour circuler dans l'agglomération d'une station à une autre. « Cette voiture a une fonction dans le cadre du chantier de la mobilité à Toulouse », affirme Charles Urgell.

Pour arriver à commercialiser ses voitures propres, MDI doit encore franchir des étapes importantes, comme la validité du véhicule auprès des autorités françaises (DRIRE ...). Ecolotrader a d'ailleurs photographié dans la vitrine de l'entreprise à Carros, l'une des premières voitures MiniCAT à air comprimé immatriculée.

Pour de plus amples informations sur les moyens de déplacement doux, nous vous invitons à consulter le site Internet Ecolo Trader.

Une preuve de plus de l'incompétences des constructeurs français à avoir préféré ignorer une telle fabrication difficile à taxer par l'Etat !

De plus, vous constatez que le prixx annoncé et plutôt différent et qu'à 3500 €, vous risquez de l'avoir en kit !

Les constructeurs prennent des accords enre eux pour ne pas casser le marché qui les fait vivre !

Certes, ces véhicules sont construit sur le dos d'ouvriers exploités, mais si nous en achetons en masse, cela fera un beau pied de nez à ces multinationales françaises qui ne sont même pas foutues de sortir des véhicules consommant 3 l aux 100.

Vous avez vu la dernière logan, une voiture pas trop chère pour le peuple qu'ilsdisent, mais elle consomme 8 l au cent pour les vaches à lait, c'est scandaleux !

29/08/2008

L'un justice, l'autre pas !

LE R.E.C. à Patrice Hénin ;

Ø      Je sais par quels moments difficiles tu es passé. Et tout comme toi,
> je hais cette injustice.
> Je me mets vraiment à ta place parce que je sais ce que c'est que
> d'être rejeté ou ignoré lorsque l'on sait pourtant avoir raison.
> La Chine se fout bien de savoir que nous ayons un président noix de
> coco. Chez eux, la mafia règne en maître.
> J'envois souvent des mails aux ambassades tout comme sur mes dernières
> news. Mais je sais qu'ils s'en contre foutent.
> N'en veux pas au monde entier même si c'est de la faute à tout le
> monde que tout aille si mal.
> Comme tu dis dnas notre propre pays des droits de l'homme, tout le
> monde s'en fout. Nos sociétés ont dévié égoïsme et nous ne pourrons
> plus jamais inverser la tendance. Surtout pour ton affaire. Elle est
> trop personnelle. Regarde le mal que nous avons pour faire bouger les
> gens lors de grandes causes. En plus, quel gland faudrait il nommer à
> la tête de l'Etat ? Il n'y en a aucuns et c'est pour cela qu'il faut
> un nouveau style de république dirigé par une assemblée renouvelée au
> 1/3 tous les ans . Pour que tous ces arrivistes énarque soient sur un
> siège éjectable et fassent un peu moins les malins en costume cravate
> plutôt que de relever les manches.
> Courage, le combat ne fait que de commencer.

 

Réponse de P. H. qui n'est pas neutre !

            Au fait, t'as raison, je ne renouvellerai pas ma carte du PS, j'ai même
            honte d'en faire partie, cela me dessert plutôt qu'autre chose.

            Mais mon affaire n'est plus personnelle, la Cour Européenne des Droits
            supposés de l'Homme (et des femmes ?) attaquera l'état français.
            J'y rajoute atteinte à la vie. t'expliquerai plus tard, mais une copine
            vient de m'envoyer un message que je te retransmets (rien de confidentiel).
            C'est Janine Thombreau :
http://patricehenin.over-blog.com/article-21115304.html

           Ce qui commence à me foutre dans une colère noire, c'est que non
           seulement je n'arrive pas à trouver le temps de terminer à décrire mon
           affaire (j'en suis à 2007), non seulement je n'arrive pas à trouver le
          temps de travailler sur l'article des voitures électriques, mais il faut
         que je traite d'urgences.
         Et je n'ai pas trouvé le temps de publier tes articles "coups de
         gueule". Et il faut que je reconstruise mon ordinateur toujours privé de
         Windows, faut apprendre Linux (je viens d'installer Ubuntu, 100% gratuit
         et recommandé par tous). 100% sécurisé contre les piratges et attaques
         sarkozyennes. Mais faut encore du temps ! J'enrage.

         Figures-toi aussi que des flics de mon quartier me soutiennent
         discrètement ! Ils ont honte de ce qui s'est passé dans un de leur
         commissariat, après avoir lu mon blog !
         On ne peut pas me faire le coup du cambriolage comme Ségo. Le quartier
         entier, flics en tête, feraient barrage.
         Si je rate mon coup, un autre fera comme moi. Des gens de Belfort
         veulent m'aider financièrement... mais j'ai refusé, il me reste 100€.
         Les exemples se multiplient. Mais il me faut récuperer mes 1590
        abonnés,, le nouveau blog, les gens n'ont pas compris qu'il fallait
       chercher un peu pour s'inscrire au bulletin.
       Déjà, ils ne comprennet pas bulletin, faut dire newsletter... grrrr..
       CA BOUGE, T'INQUIETE. Et je ne rêve pas.

 

       Rappel pour mémoire du combat de P.H. ;

 

0006 Message à la Ligue des Droits de l'Homme
>     0006 Message à la Ligue des Droits de l'Homme Sujet : aide urgente
>     anti-corruption De : Patrice Hénin Date : 12.08.2008 17:59 Pour :
>    
juridique@ldh-france.org Bonjour, je vous invite à prendre
>     connaissance de mon blog
http://patricehenin.over-blog.com en
>     particulier le chapitre " je te ferai interner le moment venu ".
>     J'y raconte comment un ancien directeur général de...
>
>     Cette note a été publiée le mercredi, 13 août 2008
>
>     Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici
>     <
http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2008/08/13/0006-message-a-la-ligue-des-droits-de-l-homme.html>
>
>     0005 On vous rend votre fils, mais soyez des nôtres
>     L'experte en psychiatrises Elisabeth-Marie Meyer-Buisan m'a fait
>     savoir par une de ses collaboratrices (au sens vichyste du terme),
>     que je devais supprimer les articles " 0003 Dr Meyer-Buisan est
>     experte en psychiatrises " et "0004 Justice restituée, restaurée,
>     rendue". Mon interprétation du rapport d'expertise de
>     Meyer-Buisan, adossés aux informations reçues par courriel,
>     faisait...
>
>     Cette note a été publiée le lundi, 04 août 2008
>
>     Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici
>     <
http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2008/08/13/0005-on-vous-rend-votre-fils-mais-soyez-des-notres.html>
>
>     0012 Pétition, démission, restauration républicaine
>     Déménagement de mon blog. 15 juillet 2k8 Inscrivez-vous au
>     bulletin (newsletter) de la nouvelle adresse de mon blog !
"Do it
>     today, tomorrow it will be forbidden" : " Faites le aujourd'hui,
>     demain ce sera interdit !"
. Lu sur le T-Shirt d'un quidam, en
>     Floride, 1995. Le contenu du blog interdit http://
>     patricehenin.blogspirit.com est intégralement recopié sur...
>
>     Cette note a été publiée le samedi, 19 juillet 2008
>
>     Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici
>     <
http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2008/07/19/0012-petition-demission-restauration-republicaine.html>
>
>     0011 Salle d'attente pour psychotique à tics, et tic-tac
>     17 juillet 2k8 Non, nous ne sommes pas dans la salle d'attente du
>     Dr Elisabeth-Marie Meyer-Buisan (totalement dépourvue de
>     duplicité), ni dans la salle d'attente des futurs présidents
>     d'Europe, mais sur le plateau de France3, pendant les six minutes
>     précédent l'émission du 30 juin 2008, 19h. Notre cher petit,
>     président de son état, pas vraiment du mien, se montre vraiment
>     tel qu'il...
>
>     Cette note a été publiée le jeudi, 17 juillet 2008
>
>     Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici
>     <
http://patricehenin.blogspirit.com/archive/2008/07/17/0011-salle-d-attente-pour-psychotique-a-tics-et-tic-tac.html>

28/08/2008

Cuisiner le rat !

Mangez du rat pour contrer la crise alimentaire

MONDE mer 13 août

Un secrétaire d'Etat de la région indienne du Bihar a dévoilé ce mercredi son plan pour atténuer les effets de la crise alimentaire mondiale: manger de la viande de rat.

"Cela contribuera à atténuer les effets de la crise alimentaire mondiale. Nous sommes certains que cela fera merveille", a assuré Vijay Prakash, secrétaire d'Etat au Bien-être social. "Cela permettra d'épargner nos céréales et d'éviter une dépendance vis à vis des stocks alimentaires", a-t-il ajouté.

Le fonctionnaire espère de rallier à ses vues les foyers indiens et ne désespère pas de voir le rongeur s'imposer aux menus des restaurants et des hôtels de luxe.

Selon lui, ce nouveau régime alimentaire aurait aussi la vertu de diminuer le nombre de rongeurs qui pillent chaque année 50% les récoltes du Bihar, l'un des Etats les plus défavorisés du pays.

"La seule question, c'est la façon dont les gens réagissent envers la viande de rat". Mais, selon lui "cela ne posera pas de problème". "Les gens pauvres du Bihar ont toujours mangé des rats. Si eux peuvent en manger, pourquoi pas le reste de la planète? ", a-t-il interrogé.

"La viande de rat compensera les déficiences nutritionnelles car elle constitue une source majeure de protéines", a plaidé M. Prakash.

Plusieurs communautés indiennes parmi les plus pauvres mangent du rat, notamment celle des Mushar.

http://www.rtlinfo.be:80/rtl/news/article/159432/Mangez+d...

 

R.E.C.

                 Un mauvais jeu de mots, la dernière phrase parle de la communauté indienne des Mushat !   Serait-ce de la famille des Mushat-reines ? Cannibalisme primaire ?

      Un rat bio, pourquoi pas ! C'est une excellente façon de réduire la surpopulation de rats qui véhiculent des maladies contagieuses !

      Excellente initiative du ministère de l'écologie indienne qui a trouvé le remède aux pesticides !  Eliminer les microbes et les nuisibles par une vaste campagne de surnutrition permettant l'abattage des rats puisque chez eux les vaches sont sacrées !

      Enfin sacré surtout pour les hautes castes qui elles vont bien sûr continuer à consommer des biftecks non infectés !

      Et comme mention faite, par la même occasion garantir les réserves en grains que les patrons voient souillées par ces rongeurs.

En France, rappelez-vous, notre histoire, ce n'est pas si vieux que les grandes famines ont contraintes les villageois à de tels mets !

Les paroles indiennes seraient-elles donc directement tirées de nos évangiles.

Pendant que la noblesse se gave, facile de dire au peuple ; " Vous n'avez pas de pain, alors mangez de la brioche ! "

Vous n'avez pas de céréales ni de bœuf, alors mangez du rat !

Preuve que certains pays pauvres vivent encore avec deux siècles de retard sur le progrès.

Mais sans cette main d'œuvre bon marché, comment se développerait la richesse des nobles !

Un peuple désabusé, les uns-soumis… les autres pas !

Vous rendez-vous compte de la chance que nous avons en France ?

A part dans certains restaurants Belges de luxe, pas facile de trouver du rats à table !

Merci la répression des fraudes…

Bon d'accord, chez nous, l'Etat nous fait avaler des couleuvres et bouffer au quotidien de la merde en paquet mal étiqueté, juste pour ne pas savoir ce que c'est afin de consommer sans grimacer pendant que nos élus se régalent de produits bio savamment sélectionnés pour leurs papilles aux frais de la princesse bien sûr !

En fait, n'y aurait-il donc pas une étrange similitude ? Vous ne sentez pas cette odeur de merde vous qui ne vous posez jamais de questions sur la qualité de vos nutriments ?

Il serait peut-être temps que vous arrêtiez la dopamine star act et arrêtiez de croire au secret de story ! La télé c'est un grand bluffe ! Normal, elle est aux mains de l'Etat…pête d'enculés qui nous manipules tout comme il manipule les conflits d'oies en Géorgie…(3eme degré)

Patrick

27/08/2008

Algues à tord...

Littoral: les zones marines mortes se répandent dans le monde.

2008-08-15  WASHINGTON (source vérifiée)

Le phénomène des zones marines mortes prend de l'ampleur et on compte désormais 400 zones côtières dans le monde où la vie marine est asphyxiée par la pollution, un chiffre en croissance exponentielle depuis les années 60, selon une étude américano-suédoise.

Ces étendues littorales, dont les écosystèmes aquatiques disparaissent étouffés par manque d'oxygène dans l'eau, ont "probablement doublé tous les dix ans depuis les années 1960", affirment les chercheurs Robert Diaz de l'Institut des sciences marines du College of William and Mary de Virginie (est des Etats-Unis) et Rutger Rosenberg, du département de l'écologie marine de l'Université de Gothenburg en Suède.

Quelque 245.000 km2 sont concernés.

"La localisation de ces zones mortes correspond aux centres où vit une grande population et où sont déversées d'importantes quantités de substances nutritives", explique l'étude publiée vendredi dans le journal Science.

Le phénomène, dit d'eutrophisation, est provoqué à la fois par la pollution industrielle et le déversement dans les eaux de ruissellement des phosphates et des nitrates issus des engrais.

Cette accumulation de matières organiques provoque d'abord une prolifération d'algues et se décompose ensuite en microbes qui consument l'oxygène de l'eau, tuant alors poissons, crustacés et détruisant le benthos, l'ensemble des organismes végétaux et animaux qui vivent dans les fonds marins.

Cette destruction de l'environnement marin par hypoxie (manque d'oxygène) intervient de préférence dans les eaux calmes et peu remuées des estuaires, des fjords et des mers intérieures.

Ces dernières années, de nouveaux littoraux ont été touchés notamment dans la mer Baltique (aujourd'hui la plus grande zone morte du monde), la Mer noire, le Golfe du Mexique, l'est de la Chine et le détroit de Kattegat, en Suède. Les chercheurs soulignent que cette pollution met en danger les élevages commerciaux de poissons et crustacés près des côtes.

Le phénomène a été repéré pour la première fois sur la côte adriatique dans les années 50. De façon saisonnière, il affecte le nord du Golfe du Mexique, la baie de Chesapeake (est des Etats-Unis), les eaux scandinaves.

Cela prend des années pour remédier à l'hypoxie sévère d'un littoral et seulement 4% des zones mortes montrent actuellement des signes d'amélioration, affirme l'étude.

De 1973 à 1990 par exemple, une zone morte s'est étendue sur 40.000 km2 sur le littoral au nord-ouest de la mer Noire. Toutefois, la teneur en oxygène de l'eau s'est améliorée lorsqu'en 1989 l'ex-Union soviétique a cessé de subventionner les engrais pour les fermiers. En 1995, le niveau d'oxygène était à nouveau normal.

Sur les 400 zones mortes de la planète, la moitié connaissent le phénomène de prolifération végétale suivie d'une disparition de l'oxygène et du milieu marin, une fois par an, notamment en été quand l'eau est plus chaude.

Dans un quart des autres cas, la pollution est saisonnière. Elle est "épisodique" dans 17% des cas et persiste de façon permanente dans 8% des cas, en Mer Baltique et dans les fjords notamment.

A la fois, le rejet des nitrates mais aussi le changement climatique vont peser sur l'évolution de ces zones mortes, estiment les chercheurs qui appellent à une "gestion appropriée " des rejets au niveau où ils étaient au milieu du XXe siècle avant que le phénomène "ne répande des zones mortes à l'échelle mondiale".

Les changements de circulation des eaux qui doivent accompagner le changement climatique vont accroître la stratification et la température des eaux, conditions propices pour déclencher un déclin de l'oxygène et une disparition de la faune marine.                                         
http://terresacree.org

 

R.E.C.

           Et malgré cela, certaines personnes males intentionnées commencent à spéculer sur la culture intensive des algues pour servir de biocarburant !

Nous finirons par nous baigner uniquement dans nos salles de bains !

 

26/08/2008

GATEAU DE BOUE !

Les gâteaux de boue en Haïti

dimanche 17 août 2008 par Rory CARROLL

Haïti : Les gâteaux de boue sont devenus le régime de base de nombreuses familles pour qui la nourriture, dont les prix montent en flèche, est hors de portée. Avec la pauvreté et les prix des produits d'importation qui explosent, la moitié de la population meurt de faim.

 
À Cité Soleil, un des bidonvilles les plus pauvres de Port-au-Prince, la fabrication de nourritures à base d'argile est devenu un des meilleurs moyens de gagner de l'argent. Les gâteaux de boue sont les seuls aliments, imperméables à l'inflation, que peuvent s'offrir les pauvres d'Haïti.

Au premier coup d'oil, l'affaire ressemble à une poterie prospère. Dans une cour poussiéreuse, des femmes mélangent l'argile et l'eau et forment des centaines de petits plats, puis les laissent sécher au soleil des Caraïbes.

C'est de l'artisanat brut et les produits finis sont irréguliers. Mais les clients ne se plaignent pas. C'est Cité Soleil, le bidonville le plus connu d'Haïti, et ces plats ne servent pas à mettre les aliments, ils sont les aliments !

 
Cassants et sableux, et aussi révoltant que ça le paraisse, ce sont ce qu'on appelle « les gâteaux de boue ». Pendant des années, ils étaient consommés par les femmes enceintes, qui manquaient de calcium, comme un supplément plutôt risqué et pas du tout reconnu médicalement, mais désormais, ces gâteaux sont devenus un aliment de base pour des familles entières.

Ce n'est ni pour le goût ni pour les qualités nutritionnelles (un iota de sel et de margarine ne permet pas d'oublier que ce n'est que de la terre et le journaliste peut témoigner d'un arrière-goût persistant), mais bien parce que ce sont les aliments les moins chers et que, de plus en plus, ils sont le seul moyen de se remplir le ventre.

« Les gâteaux de boue stoppent la sensation de faim », indique Marie-Carmelle Baptiste, 35 ans, une productrice, en regardant son stock disposé en rangées. Elle n'a aucune illusion sur leurs attraits : « vous en mangez quand vous ne pouvez pas faire autrement ».

Et ces temps-ci justement, beaucoup de gens ne peuvent pas faire autrement. La crise pétrolière et alimentaire mondiale a touché Haïti plus durement peut-être que les autres pays, poussant une population déjà engluée dans une extrême pauvreté, vers la famine et la révolte. Les coupe-faim sont appelés « avaler du Clorox », une marque d'eau de javel.

L'Organisation de l'Alimentation et de l'Agriculture des Nations Unies (FAO)a prédit que la facture de la nourriture importée va grimper de 80 % cette année pour Haïti, la plus rapide au monde. Les révoltes de la faim ont renversé le Premier Ministre et ont causé 5 morts en avril. Des subventions d'urgence ont limité les prix et ramené le calme mais le gouvernement, à court d'argent, remonte les prix petit à petit. De nouveaux troubles sont attendus.

Selon les Nations Unies, deux tiers des Haïtiens vivent avec moins de 50 pences (environ 0,65 cents) par jour et la moitié est sous-alimentée. "La nourriture est disponible mais les gens ne peuvent pas se permettre de l'acheter. Si la situation empire, nous pourrions rentrer dans une période de famine dans les 6 à 12 mois.", a déclaré Prospery Raymond, le directeur de l'association britannique Christian Aid, dans le pays.

Jusqu'à récemment, cette nation des Caraïbes, qui rivalise avec l'Afghanistan dans les statistiques consternantes concernant le développement humain, a montré des signes de reprise : stabilité politique, de nouvelles routes et infrastructures, moins de guerre des gangs. "Nous allons dans la bonne direction et cette crise alimentaire menace le redressement," a indiqué Eloune Doreus, le Vice-Président du parlement.

 
Quand la détresse augmente, la production de gâteaux de boue augmente aussi, représentant aujourd'hui un indice officieux de la misère. Maintenant, même les boulangers ont des difficultés. Transportée depuis des zones riches en argile, à l'extérieur de la capitale, Port-au-Prince, la boue est plus chère mais les gâteaux se vendent quand même à 1,3 pences l'unité, et restent le seul produit qui ne connaît pas l'inflation. "Nous avons besoin d'augmenter nos prix mais c'est aujourd'hui le dernier produit disponible et les gens ne le toléreront pas," se lamente Baptiste, le boulanger de Cité Soleil.

Les gâteaux de boue sont vendus une Gourde pièce

Les vendeurs d'autres produits alimentaires qui ont augmenté leurs prix, se retrouvent avec des stocks d'invendus. Dans le bidonville de Policard, un tas de béton cassé, collé à un flanc de montagne, la famille Ducasse a triplé le prix de ses beignets à cause de la montée en flèche des prix de la farine. "Nos ventes ont été divisées par deux", raconte Jean Ducasse, 49 ans, en poussant du doigt son plateau de marchandises desséchées.

Les signes de la crise sont visibles partout. Une organisation d'aide alimentaire a signalé que le nombre de gens qui ont besoin d'aide a triplé. Dans un centre alimentaire, dans le bidonville de Fort Mercredi, des femmes terriblement maigres bercent des enfants aux cheveux jaunis, un symptôme de sous-alimentation. "Maintenant, nous devons nourrir les mères en plus des bébés," indique Antonine Saint-Quitte, une infirmière.

Dans les zones rurales, la situation semble encore pire, provoquant une dérive continue vers les bidonvilles des villes et leur mirage d'opportunités. Lillian Guerrick, 56 ans, une fermière qui survit près de Cap Haïtien, a du retirer ses sept petits-enfants de l'école car il n'y avait pratiquement plus d'argent pour se nourrir, une fois les frais scolaires payés. "Je n'avais pas le choix," dit-elle, un peu sur la défensive, au milieu des tiges de maïs flétries.

Des témoignages anecdotiques suggèrent que la présence des élèves en classe a fortement chuté et que ceux qui viennent en classe, sont parfois trop affamés pour se concentrer. "Je fais des plaisanteries en classe pour stimuler mes étudiants, pour les réveiller", raconte Smirnoff Eugène, 25 ans, professeur à Port-au-Prince.

Les frontières avec la République dominicaine sont bloquées par des foules de marchands à la recherche du meilleur prix chez leurs voisins relativement prospères.

"Bip bip, poussez-vous !" hurle un adolescent, en nage, les veines gonflées, alors qu'il pousse péniblement une brouette remplie d'oignons à travers la foule, sur le pont de la frontière d' Ouanaminthe.

Les souffrances d'Haïti proviennent de la tendance de l'économie mondiale à déterminer des prix élevés pour le pétrole et l'alimentation. Et ceci s'ajoute à l'envoi réduit d'argent à leur famille, par les migrants, affectés par le déclin aux USA. Ce qui rend le pays encore plus vulnérable est sa presque totale dépendance envers l'importation de denrées alimentaires.

L'agriculture intérieure est un désastre. Les forêts ont été brûlées et coupées pour l'agriculture et la production de charbon ; ce qui a dégradé les sols. Et les sous-investissements chroniques ont rendu les infrastructures rurales, au mieux chancelantes et au pire, inexistantes.

Les souffrances ont été aggravées par une décision, dans les années 80, de hausser les droits de douane, alors que les prix internationaux étaient plus bas et inondaient le pays avec des légumes et du riz importés, bon marché. Les consommateurs étaient gagnants et le FMI a applaudi mais les agriculteurs du pays ont fait faillite et la vallée de l'Artibonite, le grenier du pays, a été atrophiée.

Maintenant que les prix des produits importés ont grimpé en flèche, le gouvernement a juré de reconstruire l'agriculture en ruine mais c'est une tache herculéenne étant donné les ressources limitées, les sols dégradés et les conflits de propriété.

Il y a cependant un précédent qui permet un espoir. Une franchise en expansion de laitiers locaux, connue sous le nom de Let Agogo (Lait à gogo en créole) aide les petits fermiers à transporter et vendre leur lait, créant ainsi des emplois et des revenus et permettant à Haïti de réduire de 20 millions £ [=26 millions ?] par an, sa facture d'importation.

Le Président René Préval a salué ce projet et encouragé à suivre ce modèle mais Michel Chancy, la force motrice de Veterimed, une organisation non gouvernementale qui soutient les laitiers, s'est montré méfiante. "Pendant 20 ans, les politiciens nous ont parlé de faire revivre l'agriculture mais ils n'ont, en fait, rien fait. Si cette crise alimentaire les force à agir alors c'est une grande opportunité." Avec un grand "si", a-t-il rajouté.

Promenez-vous sur la plage le matin et vous verrez des Haïtiens regarder l'horizon azuré de l'océan, et rêver d'un ailleurs. Ils sont extrêmement fiers de leur histoire et d'avoir vaincu l'esclavage et le colonialisme mais aujourd'hui, les USA, les Bahamas ou la République Dominicaine (n'importe où sauf chez eux) semblent être la meilleure solution.

La seule chose qui empêche l'exode aux USA sont les patrouilles des garde-côtes, déclare Herman Janvier, 30 ans, pêcheur au Cap Haïtien, un lieu de contrebande. "Les gens veulent partir d'ici. C'est comme si nous étions déjà morts."

La dernière fois que Janvier a essayé de passer la frontière, il a été arrêté et interné dans la baie de Guantanamo. "Je leur ai proposé de m'engager dans l'armée américaine. Je leur ai proposé de nettoyer leur base. Ils ont refusé. Alors me voici à nouveau ici, sur un bateau sans moteur, à faire ce que je peux pour survivre".

Source : The Guardian
Traduction : Isabelle Rousselot, révisé par Fausto Giudice  tlaxcala

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article7761

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée,

Voiture à air !

 

 

 

 

 

 

 

25/08/2008

Pauvres J.O. !

Une artiste rend hommage aux bâtisseurs oubliés de Pékin.

Par Pierre Haski | 

(De Pékin) Les artistes, parfois, sont mieux à même de capturer un moment historique. Au moment où Pékin célèbre ses JO monumentaux, une jeune artiste chinoise a immortalisé les visages de ces migrants qui ont construit les stades et les routes, avant d’être chassés de la capitale avant que la fête ne commence.

Wen Fang, une artiste de 32 ans, diplômée de l’école Louis Lumière de Paris, a produit une installation de dizaines de briques verticales, alignées comme des tombes, portant chacune le visage affublé d’un casque de chantier d’un de ces « mingong » (littéralement paysan-ouvrier) de Pékin.

Le symbole est fort, et la référence chinoise explicite: on pense aussitôt à l’armée de terre cuite enterrée de l’empereur Qin Shi Huang, qui, au III° siècle avant JC.

Ces « mingongs » sont, depuis deux décennies, la chair à canon du miracle économique chinois, tout comme les soldats de l’empereur Qin ont été les artisans de la création de l’empire chinois qui durera deux millénaires, et continue aujourd’hui sous une autre forme.

Ignorés, méprisés, souvent même pas payés ou surexploités, ces 150 à 200 millions d’hommes et de femmes venus de la campagne méritent assurément cet hommage qu’on ne trouvera nulle part ailleurs à Pékin que dans ce petit espace de la galerie « Paris-Beijing ».

Pour conclure, un bilan plutôt négatif des J.O sur l'environnement :

 

 Dossier spécial ; Quel est l’impact réel des Jeux Olympiques de Pékin en Chine sur l’environnement ?

Leurs résultats et leurs conséquences.

Alors que le changement climatique est une réalité comme l’a illustré récemment la fonte d’un glacier en Amérique du sud en plein hiver, il semble que très peu de choses soient faites pour inverser la tendance.

 

En Chine, les problèmes liés à l’environnement se multiplient. On ne compte plus le nombre de catastrophes naturelles qui ont frappé le pays ces dernières années, la dernière en date étant le terrible séisme du 12 mai 2008 qui a littéralement dévasté la région du Sichuan.

 

Par ailleurs, les affaires de pollution de l’eau se comptent par centaines et la sécheresse de plus en plus persistante pèse lourd sur les réserves en eau du pays. La pollution de l’air, liée à l’industrie polluante qui fonctionne à plein régime depuis quelques décennies pour sortir le pays de la pauvreté, pose également un réel problème pour l’environnement et la santé publique.

 

Pékin, capitale de la Chine, dont le ciel est tellement pollué qu’il y règne un brouillard permanent qui empêche de voir le sommet des gratte-ciel même par beau temps, a été choisie par le Comité Olympique International pour organiser les Jeux Olympiques d’été 2008.

Sans parler de la polémique que cette décision a suscité concernant le respect des droits de l’homme dans ce pays où la liberté de la presse semble loin d’être respectée et où des émeutes ont récemment éclaté dans la région du Tibet, cette décision apparaît très irréfléchie et pleine de conséquences négatives pour l’environnement et la population du pays.

 

De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer le choix du Comité International Olympique et l’organisation des Jeux semble aggraver la crise écologique déjà sérieuse dans le pays.

 

Ainsi, certaines provinces souffrant déjà gravement de la sécheresse, une augmentation de 30% des besoins en eau de Pékin dont les autorités chinoises ont démenti alors que le pays a détourné les eaux du Fleuve Jaune vers Pékin, mais a également puisé l’eau directement dans les réserves des provinces du Henan et de Shaanxi pour s’assurer d’avoir assez d’eau à fournir aux touristes et spectateurs !

 

Autre problème grave et peut-être encore plus inquiétant pour les athlètes : la pollution de l’air. De nombreux pays envoyent leurs athlètes sur le site de Pékin le plus tard possible pour réduire au maximum leur exposition à la pollution.

De nombreuses usines ont été fermées, les voitures circulent de façon alternée, la cigarette a été interdite dans la ville tout comme les vendeurs de kebab et des stations d’essence ont dû fermer leurs portes.

 

Cependant, on peut se demander si ces mesures prises de manière très éphémère ne sont pas qu’un leurre ?

Le ciel résolument gris de la ville et le brouillard épais semblent remettre en question ces déclarations.

Près de 400000 voitures se sont ajoutées au trafic automobile à Pékin en 2006 et le nombre de voitures en circulation devrait continuer à augmenter de 10% par an.   

De même, dans d’autres provinces du pays, les taux de pollution de l’air sont particulièrement alarmants. Côté émissions de gaz à effet de serre donc, le bilan de la Chine n’est pas brillant.

D'après les estimations du gouvernement des Etats-Unis, les émissions mondiales de dioxyde de carbone devraient d’ailleurs augmenter de 50% d'ici 2030. C'est la Chine, avec la croissance de son industrie du charbon, qui contribuera le plus à cette hausse.

  

Des mesures dérisoires face aux 1000 voitures supplémentaires qui arrivent sur les routes chaque jour dans le pays et face au fait que le pays autorise la construction d’une nouvelle centrale électrique au charbon par semaine.

De même, le pays construit des bâtiments qui consomment beaucoup d’énergie. 

D’après le WWF, le pays puise d’ailleurs trop rapidement dans ses ressources naturelles pour satisfaire les demandes de sa population croissante et pour son propre développement. Pour résumé, le pays coure tout droit à sa perte en dégradant de plus en plus son environnement, sous prétexte de rattraper son retard économique sur l’occident.

 

Ainsi, la Chine s’obstine à suivre le même chemin de développement qu’ont suivi quelques décennies plus tôt les pays occidentaux, malgré les avertissements des organisations internationales. 

L’organisation des J.O. d’été semble être l’illustration parfaite du problème : une prise de décision rapide, irréfléchie, qui ne prend en compte que les bénéfices économiques à court terme et semble ignorer ou reléguer au second plan l’impact environnemental désastreux à cause d'un C.I.O. incompétent !

 

Car l’environnement est bien le pilier de la planète.

C’est pourquoi, par le biais de l’exemple de l’organisation des Jeux Olympiques  à Pékin, dans un pays où l’environnement est déjà gravement mis à mal et menacé par les hommes, nous avons voulu montrer l’impact considérable sur l’écologie et la planète que peuvent avoir ce genre de décisions irréfléchies de la part d’hommes tout-puissants…

 

R.E.C.

 

Pour reprendre le concept de l'exposition sur les travailleurs qui ont contribués à l'essor du pays.

Je me demande bien s'il ne s'agit pas plutôt d'un mémorial pour tous ceux qui sont morts et ignorés de tous !

En effet, sachant que les métiers du bâtiment sont déjà les plus assujettis aux accidents du travail dans nos pays ou la réglementation est pourtant strict. Il serait bon de ne pas apprécier ces monumentales architectures sans avoir un peu de respect pour tous ceux qui y ont laissés leurs vies !

Et ce n'est sûrement pas dans un tel pays de dictature que nous en aurons le véritable constat tant la main d'œuvre des campagnes et traité avec mépris !

Certes, toutes les grandes sociétés se sont construites sur les cadavres des ouvriers, que cela soit pour les gratte-ciel new-yorkais, les cathédrales européennes ou les pyramides d'Egypte …

 

Pour ce qui est de l'incompétence des dirigeants du C.I.O., elle est à la hauteur des gens qui veulent diriger la planète !

En effet, le sport pour réunir les peuples OK, mais pas pour les abrutir ni les asservir !

Mettre sur un piédestal des athlètes n'est autre que les élever au rang de demi dieu pour mieux faire oublier la misère qui croupie sous leurs médailles !

 

Pourtant, parmi  les plus communs des mortels, que sont ces sportifs.

Quelles prouesses ont-ils vraiment accomplies face aux travaux d'hercule réalisés par de simples ouvriers agricoles soumis bien souvent par la force des choses, au dur labeur du BTP ?

 

S'il y avait vraiment un phénomène à applaudir, ce serait bien tous ces gens, soit disant bénévoles d'un parti non démocratique. Tous ceux qui depuis des années ont œuvré à l'édification tout comme à l'ouverture de ces jeux.

 

Alors là oui, je dis respect à vous Chinois de seconde zone, poumons de la Chine que vos tuteurs milliardaires communistes sont en train d'étouffer.

 

La réelle question à se poser ne serait-elle point de savoir si l'organisation crétine des J.O. ne désert-elle pas le peuple au bénéfice de la petite bourgeoisie ?

Le grand gaspillage de milliards d'euros tous les quatre ans en constructions qui rendent illusoire un travail temporaire, mal payé voir pas du tout.

Tout cela pour mettre en valeur une élite qui se fout totalement de la misère du monde !

Et privilégier les milliers d'ambassadeurs qui gravitent autour de cette organisation quasi mafieuse juste pour s'assurer le statut et les voyages et séjours en cinq étoiles aux frais de la princesse…

 

La question se pose donc sur des fonds qui pourraient être utilisés pour lutter contre la misère grandissante.

Pourquoi ne choisit-on pas une bonne fois pour toute la construction d'une ville olympique éloignée de toutes grandes villes afin d'en réduire les pollutions.

Ceci dans un pays aux conditions climatiques adéquates Sheila…

 

Une construction qui servirait à toutes les manifestations sportives de grandes envergures et qui ne nécessiterait plus les fastes  d'un pays différent uniquement pour qu'il puisse faire voire qu'il est capable de faire comme les autres !

 

Pourquoi cette ville olympique ne serait-elle point construite et entretenue avec d'une part, les subventions des fédérations sportives internationales, mais aussi avec un % du PIB de chaque pays ?

Pourquoi afin de faire vivre au quotidien cet espace dédié aux sports, les ensembles hôteliers n'accueilleraient-ils pas des touristes en dehors des compétitions ?

Tout simplement parce que le C.I.O. ne servirait plus à rien et ne pourrait plus revendiquer ses hauts salaires !

Patrick.

 

24/08/2008

Planète morte...

LA TERRE VU DU CIEL....BIENTOT UN CIMETIERE     !!!!

En 30 ans, nous avons perdu près de 30 % de tout ce qui vit sur Terre. Source : http://wwf / www.wwf.fr

Dans son rapport Planète vivante, le Fonds mondial pour la nature (WWF)  a livré une estimation de l'état des écosystèmes naturels de la planète, notamment forestiers, aquatiques et marins. Ce chiffre de 30 % sur 30 ans est une moyenne. Pour les écosystèmes d'eau douce, la perte est de 50 %, pour les écosystèmes forestiers, elle est de 10 %, pour les écosystèmes marins, 30 %.

Une espèce sur 4 est menacée chez les mammifères, Une sur 8 chez les oiseaux, Une sur 3 chez les poissons ou les amphibiens. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) / http://www.uicn.org

Mise à jour en 2006, la liste rouge des espèces menacées à l'échelon mondial, dressée par l'UICN, comporte 16 119 espèces.

En 100 ans, 50 % des zones humides ont disparu. Source : Convention de Ramsar / http://www.ramsar.org

Depuis 1900 la moitié des zones humides du monde ont disparu. Ce sont des milieux où l'eau se mêle à la terre. Les zones humides rassemblent les tourbières, les étangs des plaines intérieures, les prairies humides alluviales ou encore les marais littoraux, les forêts humides et jusqu'aux plus petites mares.

Il ne reste que 6000 tigres en Asie. Alors qu'ils étaient 100 000 il y a un siècle. Source ; Convention de Washington / http://www.cites.org

Les différentes estimations donnent une fourchette de 5 000 à 7 000 individus appartenant à 5 sous-espèces. Les tigres du Bengale sont les plus nombreux. L'aire de répartition du tigre va de l'Inde et de la Russie jusqu'en Chine et en Asie du Sud-Est. C'est un animal qui a besoin d'un vaste territoire, de 10 à 1 000 km2, selon l'abondance des proies. Les tigres de Sibérie ont besoin des plus vastes territoires. La chasse au tigre est à présent partout illégale et le commerce international des tigres et de leurs produits est complètement interdit par la Cites. Pourtant , la destruction de l'habitat continue à un rythme rapide, des tigres vivants sont vendus illégalement dans le commerce des animaux de compagnie exotiques, des peaux de tigres sont vendues et achetées, et certaines parties de cet animal sont recherchées comme apportant un bénéfice présumé pour la santé.

L'homme n'est qu'une espèce parmi les deux millions officiellement recensées. Source : Unep / http://www.unep.org

Ce chiffre correspond aux espèces décrites par les scientifiques, soit quelque 1,75 million d'espèces. On découvre et on nomme environ 15 000 espèces par an. Chez les vertébrés (poissons, oiseaux, reptiles, amphibiens, mammifères), les espèces décrites sont 45 000. Il y en aurait peut-être au total 50 000. Les champignons sont moins bien connus : 70 000 espèces décrites sur le million qui existeraient sur la planète. C'est encore plus vrai avec les bactéries et les virus. Les estimations sur le nombre total d'espèces vont de 3 à 100 millions.

Dans les forêts tropicales humides vit 50 % de la faune et de la flore mondiales.

Ces sont dans les forêts tropicales humides que l'on recense la plus grande densité et diversité d'espèces.

Pour 3 milliards de personnes sur la planète, le bois est la principale source d'énergie. Source : Conseil mondial de l'énergie - WEC / http://www.worldenergy.org

Il s'agit de tous les biocombustibles y compris le charbon de bois.

Dans le monde, chaque minute, 28 hectares de forêts sont détruits. Source : Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture / http://www.fao.org

Par an,c'est l'équivalent d'un pays comme la Grèce. Selon les années, la déforestation touche de 13 à 15 millions d'hectares.

Dans le monde, 75 % de la population se soigne avec des plantes. Source : OMS / http://www.oms.org

C'est variable selon les pays. En Chine par exemple, 30 à 50 % de la consommation totale de médicaments sont des préparations traditionnelles à base de plantes.

50 % de nos médicaments viennent de la nature. Source : Programme des Nations Unies pour l'Environnement / http://www.pnue.org

Le paludisme tue 2 millions de personnes chaque année. Source : OMS / http://www.oms.org

En fait le chiffre serait, selon un rapport de l'OMS, de 1,1 à 1,3 millions de morts par an directement imputables au paludisme sur la période 1999/ 2004.

En Europe, 15 à 40 % des plantes auront disparu avant cent ans. Source : Programme des Nations Unies pour l'Environnement / http://www.pnue.org

En Europe, 84 % des plantes cultivées dépendent directement des insectes pour leur pollinisation. Source : Institut national de la recherche agronomique/ http://www.inra.org

80 % des glaces du Kilimandjaro ont fondu en un siècle. Source : Professeur Lonnie Thompson, université de l'Ohio

Plus exactement entre 1912 et 2002.

Aujourd'hui, le rythme d'extinction des espèces est 100 à 1000 fois plus élevé que le rythme habituel. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) / http://www.uicn.org

Si tout le monde consommait aujourd'hui comme un Français, il faudrait trois planètes pour satisfaire tout le monde. Source : $wwf / http://www.wwf.fr

40 % de la banquise arctique a fondu depuis 1960. Source : Nasa / http://www.nasa.org

Il s'agit du volume des glaces de mer et non de leur surface. La Nasa a mesuré une diminution de l'épaisseur moyenne de cette banquise. La diminution de sa superficie est de 15 %.

Il reste aujourd'hui 22 000 ours blancs sur la planète. L'espèce pourrait disparaître d'ici 100 ans. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) / http://www.uicn.org

L'UICN donne une fourchette de 20 à 25 000 individus. La disparition dans un siècle serait concomitante avec celle de la banquise arctique sous l'effet du changement climatique.

22/08/2008

YA RIEN DE BON !

 Allemagne : apiculteurs et colonies d’abeilles fuient le maïs OGM

En Bavière, le maïs transgénique de Monsanto est cultivé dans des champs d’essais. Peu avant la floraison du maïs, les apiculteurs de la région évacuent leurs ruchers vers Munich, afin que leur miel ne soit pas contaminé par le pollen transgénique. La municipalité a accordé l’asile aux apiculteurs. L’an dernier, un tribunal avait décidé que le miel devait être exempt de traces de pollen OGM.

Espagne : le maïs OGM évince le maïs bio

En Espagne, il semblerait que la coexistence du maïs OGM et du maïs bio soit impossible. Il n’existe pas d’infrastructure permettant de séparer les semis. Le mélange des deux variétés est donc inévitable. En conséquence, la surface des cultures de maïs bio a chuté de 75% en Aragon et de 5% en Catalogne.

 Mexique : 200 organisations paysannes exigent un moratoire

Le maïs transgénique breveté représente une menace pour la diversité du maïs indigène et la base alimentaire qu’il représente, ont écrit 200 organisations paysannes. Elles exigent un moratoire sur la dissémination du maïs transgénique.

 

Et en Europe, nos élus s'en battent les couilles !!!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu