Avertir le modérateur

31/05/2009

Boeuf aux hormones...

Europe-USA : fin de dispute sur le bœuf aux hormones !
Dorénavant, vous allez l’avoir dans le boeuf...

Le 6 mai, l'Europe et les Etats-Unis ont trouvé un accord de principe pour clore la fameuse dispute du « bœuf aux hormones », un conflit qui entachait leurs relations commerciales depuis de nombreuses années.

« Conclure un accord sur cette question sera un signe clair de notre engagement à dépasser -et, dans la mesure du possible, résoudre- les conflits bilatéraux dans nos rapports commerciaux. » ont noté Catherine Ashton, commissaire européenne au Commerce et Ron Kirk, représentant américain au Commerce extérieur.

Signe de bonne volonté, aux termes de cet accord, les Etats-Unis ont accepté de ne pas imposer les taxes annoncées pour certains produits européens, notamment l'eau minérale italienne ou notre bon vieux roquefort menacé d'être taxé de 300 % en droits de douane.

En échange de quoi, l'Europe va permettre l'entrée de viande de bœuf américaine non traitée aux hormones de croissance, « à hauteur de 20 000 tonnes pendant les trois premières années puis 45 000 tonnes à partir de la quatrième ».


REC :

Boeuf contre fromage qui pue et vins qui piquent... "Les guignols ".

30/05/2009

Service public.

 

 

Selon une étude de l’Insee, 13,2% de la population française vivait en dessous du seuil de pauvreté en 2006, c’est-à-dire avec un revenu disponible inférieur à 880 euros par mois. En 2004 ce taux était de 11,7%. 
Près de huit millions de personnes vivent sous le seuil de pauvres en France.


Défense des services publics


Le 15 avril dernier a été lancée la pétition nationale :

« Inscrire les services publics dans la Constitution «

Cette pétition a été initiée par Mr Michel Vauzelle Président de la Région PACA ,Député à l'Assemblée Nationale et ancien Garde des
Sceaux .

Si elle recueille 10 % des signatures du corps électoral , le Gouvernement sera obligé ,comme le prévoit la Constitution ,de lancer un référendum, sur le sujet .
( 4,4 millions de signatures , c'est énorme bien sûr mais réalisable si chacun y contribue un tant soit peu )


Alors,rendez vous sur le site :

http://www.referendum-servicespublics.com/index.php?petition=1&signe=oui

Christine Lagarde confirme la suppression de 34 000 postes de fonctionnaires !


La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a indiqué que 34.000 postes de fonctionnaires d'Etat seraient supprimés dans le budget 2010, avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a affirmé que l'hôpital n'était pas concerné par cette règle.

Christine Lagarde détaille qu'en 2010, "34.000 postes (de fonctionnaires) seront supprimés". Le gouvernement appliquera "strictement en 2010 la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite", ajoute-t-elle.
La ministre confirme ainsi une information paru dans le quotidien Les Echos, selon lequel entre 33.000 et 35.000 postes de fonctionnaires seront supprimés en 2010. Avec 68.500 départs, l'économie devrait être de 956 millions d'euros. La moitié devrait être affectée au pouvoir d'achat des agents. Le taux de non-remplacement en
Impots-utiles.com

REC :
Normal, on supprime les petits fonctionnaires qui vont devoir mettre les bouchées doubles et l’on garde tous les hauts fonctionnaires qui ne servent à rien mais qui ont de gros salaires et qui se mettent aussi les bouchées doubles dans la bouche...




29/05/2009

Nouveau gaz !

Nouveaux gaz à effets de serre !


Les concentrations de fluorure de sulfuryle (SO2F2) atmosphériques ont été mesurées in situ précisément, pour la première fois, par des chercheurs du réseau AGAGE (Advanced Global Atmospheric Gases Experiment). Les mesures effectuées par des chercheurs australiens du CSIRO et du Bureau de météorologie à Melbourne et leurs partenaires américains et britanniques indiquent que, bien qu'existant en faible concentration, ce gaz s'accumule dans l'atmosphère.

Le fluorure de sulfuryle est un produit chimique employé dans la fumigation des bâtiments. Ce produit remplace le bromure de méthyle (CH3Br) dont l'usage a été banni depuis 2005 dans la plupart des pays industrialisés (à l'exception de son utilisation à des fins spécifiques telles que la quarantaine) car il détruit les molécules d'ozone.

La concentration de fond troposphérique globale a augmenté de 5+/-1% par an de 1978 à 2007, passant d'environ 0,3 ppt en 1978 à 1,35 ppt en mai 2007 dans l'hémisphère sud. Dans l'hémisphère nord, la concentration a augmenté d'environ 1,08 ppt en 1999 à 1,53 ppt en mai 2007. Les modèles estiment que les émissions ont augmenté d'environ 600 tonnes en 1978 à environ 1900 tonnes en 2007.
Une autre étude publiée en 2008* par des chercheurs du réseau AGAGE a révélé que les concentrations de trifluorure d'azote (NF3) seraient quatre fois plus élevées qu'on ne le pensait (environ 4200 tonnes en 2008) et que les émissions augmenteraient d'environ 11% par an. Ce gaz est utilisé dans l'industrie de l'électronique - pour remplacer les perfluorocarbones (PFCs) maintenant interdits- dans la fabrication des cristaux liquides des écrans plats et des cellules photovoltaïques etc.

Le NF3 et le SO2F2 sont de puissants gaz à effet de serre, approximativement 17000 et 5000 fois plus puissants que le dioxyde de carbone à masse équivalente, respectivement, et leur contribution potentielle au réchauffement climatique global devrait être reconnue. Les chercheurs recommandent la prise en compte de ces deux nouveaux gaz à effet de serre dans les gaz ciblés par le Protocole de Kyoto, au même titre que le dioxyde de carbone, le méthane, l'oxyde nitreux, les PFCs, les hydrofluorocarbones et l'hexafluorure de sulfure.


source : BE Australie numéro 63 (6/05/2009) -Ambassade de France en Australie / ADIT – www.synergy-space.com
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58978.htm

28/05/2009

Pétition Birmanie.

Inquiétudes autour de l'état de santé d'Aung San Suu Kyi .


L'opposante birmane, assignée à résidence depuis 2003, ne parviendrait plus à s'alimenter et souffrirait de déshydratation. Son docteur est actuellement détenu par les autorités pour des raisons inconnues.
Aung San Suu Kyi, 63 ans, secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie, principal parti d'opposition en Birmanie, est assignée à résidence depuis 2003. Au total, la «Dame» de Rangoun a passé plus de treize des dix-neuf dernières années en détention, sous une forme ou une autre.

Le parti d'Aung San Suu Kyi a remporté les élections législatives en 1990 mais les résultats ont été annulés par les militaires, au pouvoir depuis 1962.
Cyber @ction 318 : libération d' Aung San Suu Kyi

Pour participer 1 simple CLIC ICI suffit : la liberté d'un Prix Nobel de la Paix vaut bien quelques secondes !

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a été inculpée de jeudi pour avoir contrevenu aux termes de son assignation à résidence en laissant un Américain s'introduire à son domicile de Rangoun, a annoncé son avocat.
la suite sur le site : http://www.cyberacteurs.org/actions/action.php?id=409

27/05/2009

Vaches à laits...

Impots utiles.com,

Les radars pourraient rapporter 500 millions d'euros en 2009 !

Hervé Mariton, le rapporteur spécial du budget des Transports à l'Assemblée nationale, prévoit que les radars routiers rapporteront 550 millions d'euros en 2009.

Hervé Mariton (UMP, Drôme) prévoit que les radars routiers rapporteront 550 millions d'euros en 2009 indique ce dernier dans un entretien paru dans le Figaro de ce mercredi.

"En 2009, le produit des amendes radars devrait s'élever à 550 millions d'euros", déclare-t-il.  "Une hausse prévisible", selon lui, "de 23% par rapport à 2008 en raison du nombre plus élevé d'installation qui devrait
devrait passer de 2.300 l'année dernière à 4.500 d'ici 2012."

Cependant, d'après le député qui doit rendre ce mercredi un rapport sur les amendes radars à la commission des finances, "à l'unité, le radar rapporte moins".
"Depuis 2007, la diminution des recettes unitaires est de 17%", affirme-t-il. "Si cette baisse se poursuit, les recettes des amendes ne couvriront plus dès 2017 le coût de la maintenance des radars toujours plus important", estime encore le rapporteur spécial du budget des Transports à l'Assemblé nationale.

Source: la Tribune


Le coût des radars flambe, le contribuable va payer
!

Grâce au rapport parlementaire que vient de pondre le député UMP Hervé Mariton, les automobilistes devraient être comblés. Amis du volant, ouvrez grands vos yeux: en 2007, grâce à ses coups de flash, l'Etat a empoché la bagatelle de 447 millions d'euros. Cette année, la récolte s'annonce formidable: 550 millions, soit un bond de 23%.


Et encore, l'addition pourrait être encore plus salée sans les plaques d'immatriculation illisibles, les photos floues, mal cadrées, ou celles ciblant plusieurs véhicules, etc. En 2004, le Canard enchainé révélait que 20% des clichés étaient inexploitables, ce qu'avait aussitôt démenti le ministère de l'Intérieur. Mais Hervé Mariton vient de le confirmer: en 2008, sur 17,5 millions de photos prises par les radars, 4,75 millions, soit 27,6%, ont dû partir au panier. Mieux: faute d'accords entre la France et ses voisins, 4 millions d'automobilistes immatriculés à l'étranger ont également échappé à l'amende. Résultat des courses: à peine la moitié des véhicules flashés font effectivement l'objet d'une prune. Et dire qu'en 2007 l'ex-ministre des Transports Dominique Perben s'était... sur  www.impots-utiles.com


REC :
Ou comment ce faire du fric sur le dos des vaches à lait contribuables qui ne réagissent pas, mais regarent passer les voitures...


MAIS EN FAIT, IL Y A AUSSI  :


LES BANQUES !


Vous l’avez tous remarqué, quelques changements de directions sont intervenus suite aux diverses malversations bancaires.
Il y a des primes qui sautent moutons...

Remplacés sans doute par des avantages en stock sans options ou bien en bons au porteur...

Certains se voient même attribuer une secrétaire, bureau et véhicule de fonctions alors qu’ils ne sont plus censé en avoir...


Je pense personnellement que l’État devait imposer un affichage devant toutes les entrées de banques avec mention :
" Attention, regardez avant d’entrer, un train peut en cacher un autre... "


26/05/2009

CAPITALISME EN PROCÈS !


Envois de chris 19 (extraits)

Edwy Plenel : "Nous ferons le procès du capitalisme financier".


Attaqué en diffamation de toutes parts pour la révélation de mécanismes qui ont accouché de la crise financière, Mediapart accuse l'Elysée d'"acharnement" et "de menaces sur le pluralisme de la presse". Edwy Plenel, son créateur, décrypte pour nous les enjeux de l'affaire, défend sa position et esquisse un horizon pour la presse indépendante en ligne.

Comment cela ?

Lorsque l’on fait une plainte, c’est à la loyale, mais lorsque l’on en fait onze ! Cela vise tout ce que nous avons écrit – car c’est une enquête très longue, composée d’une dizaine d’articles. Et cela, alors que les faits sont établis. De fait, le but de ces plaintes est de nous affaiblir financièrement, d’affaiblir notre image, d’affaiblir un média indépendant comme le notre, de nous impressionner. Mais cela ne nous impressionne pas.

S’ils maintiennent, nous ferons publiquement le procès de ce scandale financier, le procès du capitalisme financier, et c’est pour cela que nous avons réagi par une pétition publique, cosignée par des personnalités très diverses, des intellectuels, des artistes, des figures politiques de François Bayrou et Dominique De Villepin à Olivier Besancenot en passant par toutes les nuances intermédiaires.

Pour en faire un enjeu qui permette de soulever cette question. Nous ne sommes pas au dessus des lois, nous acceptons que l’on nous fasse des critiques, mais nous disons que ce qui nous est fait là n’est pas loyal, c’est fait pour nous écraser, nous déstabiliser.

25/05/2009

Imposture OGM !

Information sélectionnée par Alain


Imposture scientifique: Un chercheur rend publiques des études jamais diffusées sur les OGM

Par Nolwenn Weiler (4 mai 2009)

Le Haut conseil des biotechnologies, nommé le 22 mars dernier, commencera ses travaux à la mi-mai. Concernant le dossier OGM, il a devant lui un programme chargé, et polémique. Il devra notamment définir le « sans OGM », ainsi que des mesures de coexistence entre culture OGM et cultures non OGM. Pour ce faire, on lui suggère (entre autres) la lecture du petit précis scientifique de Lilian Ceballos, intitulé Plantes Insecticides : évaluation de l’impact sur les insectes auxiliaires, et édité par Le Rés-OGM. L’auteur, écologue et scientifique indépendant, y propose une synthèse d’études scientifiques dont les résultats mettent en doute l’innocuité des Plantes génétiquement modifiées. Ces études n’ont jamais été portées à la connaissance du grand public.

Bacillus Thuriengensis, ou Bacille de Thuringe, (BT) est le nom barbare d’une bactérie qui vit dans le sol et qui secrète toute une gamme de protéines insecticides (quatre au total). Isolées au début du 20ème siècle, et pulvérisées sur les plantes attaquées, ces protéines ne sont activées par un mécanisme complexe seulement quand elles se trouvent dans l’intestin de l’insecte cible. Cela garantit un spectre d’action restreint, avantage significatif par rapport aux insecticides chimiques qui tuent sans distinction insectes en tout genre mais aussi petits vertébrés, et oiseaux. Cette spécificité d’action fait que l’utilisation de BT est autorisée en agriculture biologique depuis les années 1970.

Plantes insecticides !

Les fabricants de plantes génétiquement modifiées (PGM) se sont évidemment penchés sur les vertus du BT. Grâce au formidable concept de « l’équivalence en substance », ils ont pu créer et mettre sur le marché des PGM Bt (maïs, soja, coton) sans évaluation toxicologique. Dénoncé par Marie-Monique Robin dans son ouvrage Le monde selon Monsanto, mais aussi par de nombreux scientifiques, le principe d’équivalence en substance indique que, si un aliment ou un composé alimentaire est essentiellement semblable à un aliment ou à un composé alimentaire existant, il peut être traité de la même manière en ce qui concerne la sécurité. C’est ainsi que « l’utilisation des formulations BT en Agriculture biologique a permis d’exclure tout impact négatif sur la biodiversité sans effectuer de suivi environnemental », explique Lilian Ceballos, écologue et scientifique indépendant, auteur d’une étude sur les conséquences des PGM Bt sur les insectes., édité par l’association lyonnaise Res-OGM.

Supercherie scientifique !

Or, le postulat de départ, à savoir BT= PGM Bt est une supercherie. « L’assimilation des toxines transgéniques Bt aux préparations insecticides autorisées en agriculture biologique n’est absolument pas scientifique, poursuit Lilian Ceballos. Tout biochimiste honnête vous dira que deux molécules qui ne pèsent pas le même poids sont différentes. Or, les protéines des toxines transgéniques sont de plus petite taille que celles du BT. Et ce n’est pas la seule différence. Les PGM Bt produisent des toxines végétales sous forme soluble et active ce qui influe sur l’activité et la spécificité des protéines synthétisées puisque l’activation des toxines ne dépend plus des conditions intestinales spécifiques à l’insecte cible. Bref, ces toxines transgéniques ont une structure altérée, et leurs impacts sur l’environnement sont susceptibles d’être différents de ceux que provoquent la bactérie BT. » La suspension, en janvier 2008, de la culture en plein champ du maïs MON 810 en France a d’ailleurs été justifiée, entre autres, par cette différence : l’ avis du 9 janvier 2008 du « Comité de préfiguration d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés » stipule en effet que « la protéine produite par le transgène n’est pas identique à celle que produit le Bacille de Thuringe.(...) Seules les études à partir du maïs contenant l’évènement MON 810 sont pertinentes pour évaluer la toxicité humaine et environnementale. »

Toxicité élargie !

Eludées par les firmes qui commercialisent les OGM "BT", ainsi que par les instances d’autorisation des PGM, diverses études, dont Lilian Ceballos fait la synthèse dans son ouvrage, semblent effectivement aller dans ce sens d’une différence d’effets, montrant que la toxicité des toxines transgéniques est supérieure à celle des protoxines sécrétées par la bactérie BT.

Premièrement, les PGM produisent la toxine en permanence, que les ravageurs soient présents ou non, alors que les formulations à base de protoxine BT ne sont appliquées que sur les plantes attaquées. De plus les préparations bios ne sont appliquées qu’à la surface des végétaux et les protoxines sont rapidement détruites pas les UV. Les plantes transgéniques synthétisent les toxines à l’intérieur des cellules, ce qui exclue la dégradation rapide par des UV. « Cette protection intracellulaire leur permet de conserver plus longtemps leur activité insecticide. Elles vont s’accumuler dans l’environnement et en particulier dans le sol, qui vont conserver une activité insecticide plusieurs mois après la fin des cultures transgéniques », avertit Lilian Ceballos.

« Cette diffusion dans l’écosystème suggère que certains organismes non cibles pourraient être exposés avec des conséquences méconnues sur le fonctionnement des services écosystémiques qui en dépendent »,note-il encore. L’élargissement du spectre d’activité des toxines Bt et leurs répercutions sur l’abondance des groupes d’insectes non cibles dans les champs ont notamment été étudiés par Michelle Marvier en 2007. Son étude, publiée dans la revue Science, montre que « les hyménoptères auxquels appartiennent les abeilles voient leur abondance relative fortement diminuée dans les champs de maïs ou de coton Bt ». Rappelons que les abeilles sont essentielles à la pollinisation de 90 cultures fruitières et maraîchères dans le monde !

Résistance des ravageurs !

Outre ces risques associés à la perte de biodiversité, la diffusion massive de toxines Bt va entraîner, irrémédiablement, une résistance des insectes cibles. On connaît déjà ce problème avec les pesticides. « En 1934, 236 espèces étaient classées comme parasites des cultures. Parmi elles : des virus, des bactéries, des champignons, des insectes, des mollusques, des oiseaux, des mammifères, des nématodes, des acariens. 236 au total, dont 140 espèces d’insectes. En 1972, Elles étaient 643 au total, soit environ trois fois plus. Dont 278 espèces d’insectes ! », avertissent ainsi François Veillerette et Fabrice Nicolino dans leur ouvrage Pesticides : révélations sur un scandale français. « La résistance aux toxines Bt a été documentée dans plus de 17 espèces d’insectes, alors que ces plantes ne sont dans la nature que depuis une dizaine d’années », rapporte Lilian Ceballos.

Les firmes créatrices et vendeuses de PGM ne nient pas ce risque d’apparition de résistance, qui, en plus d’une prolifération d’insectes ravageurs, rendrait inutilisable la bactérie BT par les producteurs bios. Ils ont même mis en place des stratégie de lutte contre l’apparition de résistance. L’un des axes de cette stratégie conseille la mise en place d’une zone refuge. D’une surface indéterminée, et non obligatoire d’un point de vue légal, cette zone est plantée de plantes non OGM, afin d’éviter que les insectes résistants ne se croisent entre eux. L’efficacité de ces zones refuges, et la possibilité de les mettre en place suscitent la controverse. En Europe, où les parcelles agricoles sont bien plus réduites qu’aux Etats-Unis, la mise en place d’une zone refuge est parfois simplement impossible. Quoi qu’il en soit, cette stratégie n’est qu’un retardateur de catastrophe puisque tôt ou tard les insectes deviendront résistants. « Dans deux ou trois dizaines d’années au mieux. Demain, au pire », selon Lilian Ceballos. Voilà qui est rassurant ! Nous espérons que le haut Conseil aux biotechnologies ramènera un peu, de rigueur scientifique dans ce dossier très brûlant. Et conseillons aux citoyens de surveiller le dit Haut conseil, et ses décisions, de très près.

Source: http://www.bastamag.net/spip.php?article567&id_mot=1

Le site SOS-planete, base vivante : http://terresacree.org

24/05/2009

UN BON sanglier et un sanglier mort !

Ca fait 8 ans qu'il a recueilli ce sanglier, et maintenant ils veulent l'abattre, faut pas charrier quand même!!!!


N'oubliez pas de signer s'il vous plait


De : La Foret De Lea

Sujet : Très URGENT à diffuser en masse

La Forêt De Léa soutient Chipie et son propriétaire . (Nous sommes en contact avec le propriétaire de Chipie, son avocat et le journaliste).
« Les gardes fédéraux sont passés dimanche, ils veulent abattre le sanglier que j'ai trouvé voilà huit ans. » Ce sont les paroles d'un homme en plein désarroi.

En 2000, Monsieur GAYRAL ne pensait pas mal agir en sauvant une vie. 
Même si c'est pour sauver , les lois mentionnent "qu'on ne doit pas prélever dans la nature " !
Que faire lorsqu'on est sensible et qu'on a un peu de coeur ? laisser mourir l'animal en détresse ou essayer de le sauver ?
Mr GAYRAL a opté pour la seconde option sans se poser de questions . 

8 ans après cet acte généreux , les autorités demandent l'abattage de l'animal .
Chipie est pourtant affectueuse, tranquille et ne cause aucune nuisance.

Nous ne pouvons tolérer et abattage gratuit.


Pour signer la pétition que nous avons mi en ligne:


http://www.lapetition.be/en-ligne/non-labattage-de-chipie-4296.html

23/05/2009

PORCS SIGNE !


Des preuves démontrent que l'origine de la grippe A H1N1 remonterait à des méga-porcheries sales, dangereuses et inhumaines. Signez la pétition destinée à l'OMS et à la FAO pour leur demander d'entreprendre des recherches et d'instaurer des contrôles sèvères sur ces menaces à notre santé:


Signez la pétition :

http://www.avaaz.org/fr/swine_flu_pandemic?cl=228564539&v=3285

22/05/2009

BOYCOTTE DES PRODUITS LAITIERS !


Rappel  pour Mai – Juin – Juillet – Août :

BOYCOTTE DES PRODUITS LAITIERS !

Nous payons avec notre argent les gros producteurs de lait grâce aux aides européennes pour qu’ils vendent leurs laits moins chers en Afrique et contribuent ainsi à détruire leurs économies de marché.


Les députes européens : Une belle brochette d'encagoulés !


Comment ont voté nos députés sur la réduction de 50% de l’utilisation des pesticides ?

POUR : 22 députés socialistes français ont soutenu l’amendement, à rebours de la position de leur groupe [2], le Parti socialiste européen (PSE), qui a voté à 84,39% contre. Les six députés écologistes et les deux députés communistes français ont suivi la ligne de leurs groupes respectifs, les deux seuls formations européennes à avoir approuvé en majorité cet amendement. Un député centriste a également "trahi" son groupe en approuvant ces objectifs.

CONTRE : Les 17 députés UMP au complet ainsi que la plupart des députés FN et centristes ont voté contre. Plus étonnant, 3 députés socialistes se sont également opposés à cette proposition : Michel Rocard, Catherine Trautmann et Roselyne Lefrançois.

RESULTAT : En ne comptant que les députés français, l’amendement aurait presque pu passer avec 31 voix pour et 32 voix contre. Mais au final, le Parlement a largement rejeté l’amendement à 82,34%. Conséquence : dans les négociations avec les ministres européens sur version finale du texte, ce point a été éludé. L’Europe n’a donc toujours pas d’objectif global sur la réduction de l’utilisation des pesticides.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu