Avertir le modérateur

30/09/2009

30 ans d'actions contre la faim !

 

30 ans d'actions contre la faim !

afri.jpg

http://www.30ansdactioncontrelafaim.org/

REC :

Certainement pas en balançant les fruits et légumes sur les trottoirs, ni le lait dans les labours....

Ni en acceptant les aides européennes pour vendre à bas prix le lait français en Afrique et ainsi, leurs casser le système économique !

29/09/2009

De la lumière aux ténèbres !



EDF : de la lumière aux ténèbres !


La surprise du jour nous vient des quotidiens "JHM - Journal de la Haute Marne" et "L'Est Républicain -édition Meuse"

Pas moins de 4 pages, centrales, à la gloire de l'électricien dit 'national'. A la gloire car il est écrit, certes fort discrètement (tout en haut à gauche) : "PUBLI-INFO. On n'est jamais si bien servi que par soi-même.

Au fait, pourquoi dans ces seuls deux quotidiens ? Et bien il se trouve qu'en France se niche un village, tout petit et qui ne demandait rien à personne : BURE. Et que Bure se trouve relégué aux confins de la Meuse (Lorraine) et de la Haute-Marne (Champagne-Ardenne). Et que Bure est tombé dans les mailles du filet des producteurs de déchets issus de l'industrie nucléaire, essentiellement EDF, AREVA et CEA (parenthèse : les déchets médicaux, derrière lesquels se cachent "nos" producteurs ne représentent que... 0,5 % de l'énorme masse des poisons radioactifs accumulés).

Bure donc, sur lequel se sont jetés fin 1993 ANDRA et pouvoirs publics avec pour objectif d se débarrasser des pires déchets radioactifs en les enfouissant (HA-VL : haute activité - vie longue). Mais voilà, malgré le camouflage de la chose sous le terme pompeux de "laboratoire scientifique souterrain", malgré les emplois agités sous les yeux de zones en dépression, malgré l'argent déversé à flots (20 millions d'euros, par an ! pour chacun des deux départements), malgré les yeux esbaudis des élus locaux dans leur majorité (parlementaires et conseils généraux en tête)... malgré tout cela, la pilule ne passe ni dans la population, ni chez une fraction d'élus clairvoyants, et courageux.

Voilà pourquoi, la pilule coinçant fort, le quatuor EDF-ANDRA-AREVA-CEA a lancé ces derniers mois une véritable déferlante sur Haute-Marne et Meuse, colonisation du territoire en bonne et due forme. Le publi-reportage de ce jour déclinant sous différentes facettes les largesses de nos "bienfaiteurs" :

* avoir les élus dans la poche est une étape, appâter les entreprises ("emplois", mot magique) serait un plus auquel les CCI 52 et 55 (chambres de commerce et d'industrie) se sont prêtées de -très- bonne grâce par l'aboutissement d'une association (Energic S/T). Résultat : moult entreprises locales (fonderie, métallurgie, etc) sont devenues sous-traitantes de l'industrie nucléaire, celle-là même produisant les déchets radioactifs qui empoisonneront les descendants des ouvriers actuels. Cynique ? En effet. Mieux, ou pire c'est selon : une de ces entreprises est payée pour réaliser des pièces "pointues", en fait des containers destinés à transporter les déchets nucléaires vers les sites poubelles...

* "nouvelle formation singulièrement innovante" au lycée Blaise Pascal, à Saint-Dizier, qui craignait pour son avenir. But de la dite formation : maintenance nucléaire. Choquant ! Choquant qu'à l'heure de la montée en flèche des énergies propres et renouvelables (et là il y à faire en terme de formations) on ne propose à notre jeunesse que de servir de "trimardeurs du nucléaire" ou de  "viande à rems" suivant ce que plus personne ne peut ignorer

Voilà dans quoi, et entre autres, se fourvoie notre EDF, elle qui déclamait qu'elle nous devait plus que la lumière.
Dans les ténèbres doivent s'en passer de belles. Et justement, nous avons découvert tout récemment
l'existence d'une entreprise qui ne s'embarrasse pas de fioritures. Adieu le "nucléaire énergie propre"
...cette entreprise ne serait-elle pas une filiale de EDF ?
IDF

Les Barils de Déchets Nucléaires vous rendront Riches !!!!
Dans le cadre d'un nouveau projet d'orientation basé sur le principe de responsabilité, IDF propose le rachat de barils de déchets hautement radioactifs permettant ainsi le financement de recherches de ces déchets. Un système de cotation est désormais mis en place.
NE TRAINEZ PAS !!!      Déjà 315 000 barils vendus...
infos relayé par CEDRA.

28/09/2009

BESANCON, votez pour " LUI "

LE COLLECTIF DE REMISES EN CAUSES PROPOSE UNE LISTE D'UNION INDÉPANDANTE.

Élections Régionales 2010 pour la région de Franche-Comté, section BESANCON.

Votez pour "LUI".

Liste d’Union Indépendante.

Si vous croyez une fois de plus à une Gauche qui cumule aussi les mandats ou qui a voté les 35 h et vante une restructuration...

Si vous pensez que la Droite va vous sortir de la crise...

Si vous trouvez que seuls les hauts fonctionnaires de l’État méritent le plein emploi et des salaires de ministres...

Si vous estimez normal d’avoir des grands patrons qui licencient
pour s’installer et exploiter une main d’oeuvre bon marché leurs garantissant les "stock options"...

Si vous croyez que les ouvriers ou les cadres
ne sont pas les pions de l’économie mondiale...

Si vous approuvez les banques qui se renflouent en six mois
mais dont les comptes épargnes sont rémunérés au lance pierres...

Si rien ne vous gêne dans une alimentation toujours plus frelaté,
dont personne ne veut imposer une liste des ingrédients...

Si vous avez peur du changement alors que chaque jour,
notre pouvoir d’achat s’amenuise...

S’il vous faut un empereur à acclamer
alors que nous avons besoin d’emplois...

Enfin si les belles promesses ne sont que le bruit du vent
en périodes électorales...

ALORS, NE VOTEZ SURTOUT PAS POUR NOUS
ET RESTER COMME VOUS ÊTES !


POURTANT,  avec "L.U.I.".

De réelles solutions existent, et il serait dommage pour une fois,
de ne pas accorder votre confiance à un liste d’union
qui regroupe tous les mécontent.

Mais râler ne suffit point, car nous avons des solutions
dont les médias préfèrent nous abstenir d’audimat.

Vous avez le pouvoir de décider de l’avenir de votre région ou de profonds changements sont nécessaires si l’on veut arrêter l'hémorragie nationale.

Vos salaires ou retraites sont fixes, contrairement aux taxes locales ou foncières dont les petits propriétaires sont devenus les vaches à lait...

Vous avez refusé mon élection aux Députés, en votant certes pour de grands sourires, mais entendez-vous parler concrètement de changements ?

Plus de 5 000 € pour un député, un préfet, un président du Conseil...
Que font-ils pour vous sinon sabrer le champagne...

Et Besançon, entre TGV délocalisé pour faciliter la spéculation foncière, un tramway pour une seule ligne aussi cher qu’un nouveau parc de bus électriques, ou des poubelles de luxes avec puces électroniques alors que l’on prône le compostage...

Vous allez continuer à payer encore longtemps le gaspillage dont l’argent devrait au contraire servir à baisser nos taxes ?

Vous allez continuer à engraisser des élus qui se sont rétablis au rang des monarques qu’ils nous a fallut éliminer en 1789 ?

Réfléchissez, réagissez et rejoignez-nous en votant pour une liste regroupant des citoyens affiliés mais indépendants.

THIELLEY  Patrick, candidat indépendant aux élections régionales 2010.

La liste du groupe est en cours de constitution.

A diffuser en masse.
Blog :  http:/collectif-rec.20minutes-blog.fr

27/09/2009

Chasse dimanche...

Pour l'arrêt de la chasse le dimanche !

Nous, promeneurs, randonneurs, cueilleurs de champignons, vététistes, sportifs, cavaliers, scolaires, naturalistes, escaladeurs, plaisanciers, et tous les utilisateurs de la nature, nous demandons le droit de pratiquer notre loisir en toute sécurité et sérénité, sans que pèsent sur nous les menaces d’une seule activité : la chasse.
Trop souvent, et sur tout le territoire, des chasseurs interdisent les chemins, posent des pancartes menaçantes, agressent verbalement et physiquement les autres usagers de la nature, sans aucun esprit de partage ni de respect. Même les animaux domestiques font les frais de cette agressivité. Constatant que les chasseurs, qui représentent moins de 3% de la population française, agissent souvent comme si la nature n’appartenait qu’à eux, nous demandons un partage plus équitable de l’espace et du temps, et demandons l’arrêt de la chasse le dimanche.

Signer la pétition ;

http://www.aspas-nature.org/component/option,com_joomlapetition/func,viewcategory/Itemid,/catid,2/lang,fr

chas.png


REC :

PEUT-ÊTRE QU'IL FAUDRAIT AUTORISER LA CHASSE EN CENTRE VILLE LE DIMANCHE...

C’est sans doute la raison du rapprochement du groupe pêche-chasse et fausse nature avec l’UMP ?

CELA ÉVITERAIT LA POLÉMIQUE SUR LE TRAVAIL DE CE MÊME JOUR... Les gens resteraient planqué chez eux... ou pourraient aller tranquillement dans les bois... pendant que le loup y est pas !


OK, je signe votre pétition, mais cela ne suffit pas.
En effet, la plupart des municipalités fixent déjà un jour de non chasse. Dans mon village, c'est le vendredi.
Si vous demander le dimanche, certes, c'est mieux car il est censé y avoir plus de promeneurs en forêt.
Mais cela ne fait que déplacer le problème.
Il faut surtout se mobiliser pour interdire toutes chasse à moins de 1 km des habitations. Ceci valable tant pour la chasse, le rabattage, la traque des gibiers.
Ensuite, il faut interdire les chasseurs et les chiens sur les propriétés privées dans lesquelles ils n'ont pas été convié.
En effet, pour l'instant, on ne nous demande pas notre avis, les chasseurs ont le droit d'empiéter, de piétiner, de fouler le sol d'un domaine privé.
Donc,
Plus d'autorisation de droit de chasse sans accord préalable du propriétaire des terres.
Reconduit tacitement.
Ce qui inverse la situation actuelle, ce n'est plus aux propriétaires à demander qu'il soit interdit de chasser sur leurs terres privées, mais aux fédérations de chasse à demander systématiquement aux propriétaires s'ils sont d'accord.
Ce ne serait qu'un juste droit d'accès sur des terres privées.


Et comme le rappel un internaute :

Interdire toutes chasses avec des chiens non tenus en laisses dans des zones non closes afin d'éviter d'avoir les chiens qui viennent aboyer devant vos maisons pour débusquer le gibiers ou effrayer les animaux d'élevages ou domestiques.
Idem en interdisant la traque des rabatteurs à moins de 1 km des habitations, cela évite de les entendre hurler ou appeler leurs chiens lorsque, travailleurs de nuit, vous espérez dormir un peu le matin !

Au cas ou la chasse vous ferait perdre un oeil...

Une dent à la place de la cornée !

À Miami, une femme de 60 ans a recouvré la vue après une intervention rare et spectaculaire : une ostéo-odonto-kératoprothèse ou implantation d’une dent à la place de la cornée.

L’intervention est pratiquée lorsque rien n’est plus possible. La patiente, opérée voici un mois environ, se dit capable de lire le journal à nouveau.

Le chirurgien prélève une dent (dans ce cas, une canine), en ôte l’émail et sculpte un parallélépipède de quelques millimètres de côté sur 2,5-3 mm d’épaisseur.

den.png

Dans un orifice percé en son centre est installée une lentille en plastique. L’ensemble est ensuite mis en nourrice sous la peau pendant 3 mois.

Simultanément, la cornée opaque est retirée. De la muqueuse buccale est greffée afin de créer un environnement propice au futur greffon.

› Dr G. B.           Quotimed.com, le 17/09/2009. Surprenant NON ?

26/09/2009

Mer, poubelle mondiale...

La Méditerranée, cimetière de déchets toxiques !

Mer poubelle...

Un peu semblable à mère Thérésa qui regroupait a elle seule tous les malheurs du monde...
Nos mers sont devenues les poubelles de notre planète.

Certes, des fonds inexplorés, fort heureusement peut-être car les découvertes laisserient bien à désirer...

Après la découverte d'une épave contenant des bidons de déchets toxiques la semaine dernière au large de la côte sud italienne, preuve est faite que la mafia calabraise se servait de la Méditerranée comme poubelle.

tox.png


Cette découverte réalisée grâce à la confession d'un mafieux repenti n'est toutefois qu'une première étape pouvant conduire à d'autres trouvailles. "Selon les confessions de mafieux repentis, la 'Ndrangheta a été payée ces vingt dernières années pour se débarrasser des déchets radioactifs en mer",
Legambiente. Selon lui, ces déchets ne représentent "pas de danger pour les baigneurs", mais pour la chaîne alimentaire: "à partir des planctons contaminés, on risque de retrouver des substances toxiques dans nos assiettes".

source : .enviro2b           www.synergy-space.com

DONC, CE QUI SUIT EN DÉCOULE FORCÉMENT !

Pour la première fois, l’UICN (1) a évalué l’état de conservation de l’ensemble des mammifères de la région Méditerranée (2), à l’exception toutefois des baleines et des dauphins. Or, le bilan s’avère peu réjouissant pour les 320 mammifères passés au crible. Sur l’ensemble de ces espèces, 16 % sont menacées dont 3 % sont « en danger critique d’extinction », 5 % « en danger » et 8 % sont « vulnérables ». En outre, 8 % sont considérés comme « quasi-menacées » et 3 % sont irrémédiablement « éteintes » ou « éteintes au niveau régional ».

Figurant parmi les principales causes responsables de ce déclin général, la destruction des habitats naturels concerne 90 % des espèces menacées et touche plus particulièrement les populations de rongeurs, de chauves-souris, de musaraignes, de hérissons et de taupes. Elle résulte du cumul de divers facteurs, à savoir l’agriculture, l’urbanisation, la pollution et les changements climatiques.
L’UICN estime ainsi que 65 % des mammifères menacés pâtissent de l’agriculture. Mais d’autres formes de pression sont à prendre en compte, à l’image des 60 % de mammifères menacés affectés par la chasse et les pièges et les 50 % confrontés aux espèces envahissantes. Au final, sur l’ensemble des mammifères méditerranéens étudiés, 27 % affichent une population en déclin.
Photo ci-contre - Le lynx ibérique est un des mammifères menacés dans la région Méditerranée.
Les grands herbivores, de même que les cervidés, les carnivores, les lapins et les lièvres sont particulièrement menacés. Pour preuve, huit espèces appartenant à ces groupes ont déjà disparu, dont le daim persan (Dama mesopotamica) et l’hippopotame commun (Hippopotamus amphibious).

Placées sous le couperet d’un avenir bien sombre, 49 espèces de mammifères sont aujourd’hui jugées menacées dans la région Méditerranée, et ce à un degré de gravité variable. Laissant présager une perte irréparable, sur ces 49 espèces, 20 sont spécifiques à la région et « ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde ».
Cécile Cassier / univers.nature


ET, COMBLE DE L’IRONIE !


L’Europe donne le feu vert à un anticoagulant toxique pour la faune !

Substance anticoagulante toxique utilisée dans la lutte contre certains rongeurs, responsables de dégâts dans les cultures agricoles, le Difénacoum vient d’être inscrit à l’annexe 1 de la Directive européenne (91/414/CEE) relative à la mise sur le marché des produits phytosanitaires. Suscitant une vague d’indignation auprès des associations environnementales, cette évolution de la réglementation européenne autorise désormais l’utilisation de ce produit au sein des pays européens et ce à compter du 1er juillet 2010. Elle fait écho à la possibilité d’une éventuelle autorisation du Brodifacoum, autre substance anticoagulante jugée " encore plus toxique " par la LPO (1), envisagée en février 2009. Dans le cas où cette autorisation serait validée, le Brodifacoum viendrait alors allonger la liste des produits phytosanitaires figurant à l’annexe 1 de la dite Directive.

Si le rôle initial de ces produits est de provoquer des hémorragies mortelles chez les rongeurs, ils n’en subsistent pas moins dans l’organisme de leurs victimes, se répercutant dès lors à l’ensemble de la chaîne alimentaire. Des études ont ainsi prouvé l’impact de ces substances phytosanitaires sur la faune sauvage, et notamment les rapaces nécrophages (vautours, milans…) intoxiqués suite à l’ingestion de proies contaminées. Or, la plupart de ces espèces est d’ores et déjà menacée d’extinction, à l’image du vautour percnoptère dont les effectifs ont chuté de 50 % en l’espace de quarante ans.

Mais là où il y a incohérence dans les faits, c’est que la Bromadiolone, anticoagulant de pouvoir équivalent largement utilisé pour lutter contre les campagnols terrestres, a, quant à elle, été retirée de la liste des substances autorisées à l’échelle européenne. De même, les produits à base de bromadiolone ne seront plus autorisés à l’extérieur à partir de 2011. La raison de cette éviction tient à l’hécatombe qu’a générée le recours à cette substance chez les milans royaux dans les années 1980, les rapaces ayant été préservés in extremis grâce à des plans de conservation.

En appelant aux expériences passées, France Nature Environnement (FNE) et la LPO interpellent le gouvernement français afin que celui-ci s’oppose à l’utilisation d’anticoagulants tels que le Difénacoum et le Brodifacoum en usage extérieur sur le territoire. Elles invitent à la suppression progressive de ces substances et à leur substitution par des méthodes alternatives non chimiques, déjà expérimentées dans la lutte contre le ragondin et le rat musqué. La principale solution envisagée est le piégeage, les modèles utilisés variant au gré des espèces ciblées. Certains pièges peuvent, par ailleurs, s’avérer extrêmement efficaces, à l’instar du piège Topcat qui ne nécessite pas d’appât et s’installe directement sur les galeries. Toutefois, il est vrai que cette méthode nécessite du temps et de l’entretien.
Cécile Cassier                                            1- La Ligue pour la Protection des Oiseaux.

VIVE L’EUROPE ET SON INCOMPÉTENCE !

REC :

Cela fait bientôt 5 ans que nous militons avec multitude d'associations pour empêcher la prolifération du nucléaire, des pesticides ou autres produits chimiques que l'europe est prêye à balancer ou camoufler n'importe où !

Et les pays ayant une législation dix fois moins exigeante que la notre, que croyez-vous qu'ils fassent de leurs déchets toxiques....

Vive la mondialisation, vive la décentralisation, vive le surpeuplement de la planète favaorisant toutes les dérives et tous les gains nécessaires à enrichir la poigné de multinationales devant être considéré comme danger envers l'humanité !

25/09/2009

Nucléaire USA en chute...



Aux États-Unis, l’industrie nucléaire essuie plusieurs refus !


Les temps sont durs pour les lobbyistes de l’industrie nucléaire aux États-Unis. Une agence indépendante d’information sur le nucléaire, la NIRS (Nuclear Information and Resource Service) a révélé hier qu’en 2009, l’industrie nucléaire a essuyé des refus dans chacune de ses requêtes auprès de 6 états américains pour faire lever les moratoires sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.
Ces moratoires demeureront donc en vigueur dans ces états qui sont le Kentucky, le Minnesota, Hawaï, l’Illinois, la Virginie Occidentale et le Wisconsin. Notons que l’Illinois est l’état américain possédant le plus d’installations nucléaires à l’heure actuelle avec ses onze centrales.

Depuis le rejet par l’administration Obama du site de Yucca Mountain dans le Nevada pour l’enfouissement des déchets radioactifs et les dépassements de coûts astronomiques sur la construction de nouvelles centrales, la soit disant renaissance nucléaire ressemble plus à une entreprise de sauver les meubles.

L’industrie nucléaire a également échoué dans sa tentative de faire reconnaître le nucléaire en tant qu’énergie renouvelable par les états de l’Indiana et de l’Arizona. De plus, elle a dû abandonner un de ses projets de faire abolir une loi californienne interdisant la construction de nouveaux réacteurs tant qu’un site d’enfouissement de déchets radioactifs n’est pas en opération.

Jennifer Nordstrom, coordonnatrice du projet Carbon-Free, Nuclear-free de l’Institut for Energy and Environmental Research du Wisconsin a déclaré: «Recommander la construction de centrales nucléaires pour combattre les changements climatiques équivaut à dire à un patient de fumer pour perdre du poids.» Selon madame Nordstrom, les technologies de remplacement existent bel et bien pour permettre de se retirer complètement du nucléaire et des énergies fossiles d’ici 2050.

À l’heure actuelle, le nucléaire est jugé trop risqué par les investisseurs alors le seul moyen de continuer de construire des réacteurs, c’est si le risque financier est assumé par les contribuables.
C’est ce qu’on appelle un CWIP (Construction Work in Progress). Dans l’état du Missouri, cette demande de CWIP a été refusée. En 2009, sur dix demandes d’alléger la législation en faveur du nucléaire, seulement une a été acceptée.
En Georgie, grâce à cette mesure de CWIP, les contribuables devront débourser deux milliards de dollars avant même qu’un seul watt d’énergie ne soit produit par les deux réacteurs projetés.

Synthèse d'un article Nicole Béland, B.  http://www.nirs.org/press/08-27-2009/1

24/09/2009

L'air pure européen...

Publication au JOCE le 03/09/2009
Avis de la Commission du 2 septembre 2009 concernant le projet de rejet d'effluents radioactifs provenant du dépôt national de déchets radioactifs de Bataapati en Hongrie, conformément à l'article 37 du traité Euratom
Domaines concernés : Air - Pollution - Qualité, Déchet, Déchet dangereux - DID - DIS, Déchet spécifique - Déchet radioactif, Eaux - Effluent - Pollution - Qualité, Energie classique renouvelable - Combustible – Biocarburants.
Commentaire :
La Commission est d'avis que la réalisation du projet de rejet d'effluents radioactifs, sous quelque forme que ce soit, provenant du dépôt national de déchets radioactifs de Bátaapáti en Hongrie, n'est pas susceptible d’entraîner, pendant sa durée de fonctionnement normale et après sa fermeture définitive, ainsi qu'en cas d'accident du type et de l’ampleur envisagés dans les données générales, une contamination radioactive des eaux, du sol ou de l'espace aérien d'un autre État membre.

REC :

J'aurais peut-être du mettre comme titre l'air con !
Quelle bande de faux-culs !
Voilà le résultat de commission censé nous protéger !
Aucunes nuisances possibles même par l’air, un peut comme pour Tchernobyl !

23/09/2009

Risques phytosanitaires où ?



Règlement CEE 822/2009 du 27/08/2009


Règlement (CE) no 822/2009 de la Commission du 27 août 2009 modifiant les annexes II, III et IV du règlement (CE) no 396/2005 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les limites maximales applicables aux résidus d’azoxystrobine, d’atrazine, de chlorméquat, de cyprodinil, de dithiocarbamates, de fludioxonil, de fluroxypyr, d’indoxacarbe, de mandipropamide, de triiodure de potassium, de spirotétramate, de tétraconazole et de thirame présents dans ou sur certains produits

Domaine concerné : Substance dangereuse toxique reprotoxique chimique.

Règlement CEE 823/2009 du 09/09/2009

Règlement (CE) no 823/2009 de la Commission du 9 septembre 2009 modifiant le règlement (CE) no 690/2008 reconnaissant des zones protégées, exposées à des dangers phytosanitaires particuliers, dans la Communauté


Domaines concernés : Produit phytosanitaire - Engrais, Protection environnement - Faune - Flore - Nature - Site

REC :
Bien entendu, personne ne vous dira dans quels produits comestibles se retrouvent ces toxiques...



22/09/2009

Aidons le pétrole...


400 millions d’euros alloués au secteur pétrolier français !


Les Amis de la Terre dénoncent cette « gabegie d'argent public qui profite à un secteur pollueur au détriment de la sobriété, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. »

amis terre.png

Entre 2004 et 2008, le secteur pétrolier français a bénéficié de 404 millions d'euros de subventions publiques nationales selon les Amis de la Terre qui souhaitent une réorientation de ces aides vers le secteur des énergies renouvgelables.

Entre 2004 et 2008, le secteur pétrolier français a bénéficié de 404 millions d'euros de subventions publiques nationales dont 392 millions au titre de garanties publiques aux exportations via la Coface, et 12 millions de subventions à la recherche et au développement. De nombreuses entreprises pétrolières ou para-pétrolières ont ainsi bénéficié de ces fonds et garanties, ainsi que plusieurs organismes de recherche publics, assurent Les Amis de la Terre.

Gwenael Wasse, chargé de campagne pour la responsabilité sociale et environnementale des entreprises des Amis de la Terre, précise que « le secteur pétrolier est déjà l’un des plus lucratifs au monde et en France. Le groupe Total, entre autres, a accumulé plusieurs dizaines de milliards d'euros de bénéfices nets ces dernières années et les entreprises de services para-pétroliers ont également très largement profité de la hausse structurelle du prix du baril. A l'heure d'une crise environnementale et climatique sans précédent, comment justifier des soutiens financiers publics à un secteur qui aggrave ses impacts ? »

« Outre les pollutions locales lors de l’extraction, du traitement et du transport des hydrocarbures (marées noires), le secteur pétrolier est directement responsable du réchauffement climatique, du fait des émissions massives de gaz à effet de serre que ses opérations entraînent : Total émet ainsi à elle seule l'équivalent de 11 % des émissions françaises totales. Et produire toujours plus de barils pousse à la consommation et aggrave l'addiction mondiale au pétrole. Malgré cela, le secteur n’entend toujours pas investir dans les énergies renouvelables et réduire ses impacts. Il se jette désormais sur des combustibles fossiles ultra-polluants comme les sables bitumineux du Canada…, » précise les Amis de la Terre.

Pour les Amis de la Terre, la France doit « couper court avec le principe du « pollueur payé », arrêter toute forme de soutien financier public aux fossiles, et ré-orienter ses financements pour soutenir plus activement sobriété, efficacité énergétique et énergies renouvelables. »

REC :
Merci la Gauche, merci la Droite.... Vous faites vraiment avancer la France...

Pas étonnant que les véhicules électriques soient si diffisiles à créer. Et surtout bande d'enfoiré de constructeurs, continuer bien à les vendre aussi cher et à vérouiller les prix à l'importation dans des véhicules ou il y a 2 fois moins de matériel...

21/09/2009

Respirer sain chez soit....


Pollution intérieure !

UFC-Que Choisir dénonce la passivité des pouvoirs publics     et vient de publier un nouveau test qui démontre la nocivité de certains revêtements de sol, pour son Président Alain Bazot, « la passivité des pouvoirs publics, alliée à l'aveuglement des professionnels, a abouti à ce que la liste n'ait cessé de s'allonger au fil des ans comme le souligne notre test sur les émissions des moquettes encollées. »

Du coup, ces moquettes encollées rejoignent la liste des produits testés par l'UFC-Que Choisir (désodorisants d'intérieur, nettoyants ménagers, tapis, meubles, vitrificateurs, ...) « dont les émissions trop importantes de certains composés organiques volatils induisent une nocivité démontrée. »

« Alors que nous passons près de 22 heures sur 24, soit 90 % de notre temps, à l'intérieur (habitation, bureau, école, transports...), beaucoup ignorent que ces lieux sont saturés par une pollution aussi invisible qu'omniprésente. »
Cette pollution de l’air intérieur provient des produits ménagers et des désodorisants, de la commode de sa chambre, de son tapis de salon, de ses peintures, de son  buffet, ..., qui dégagent un « cocktail de 100 000 substances chimiques qui font partie de votre quotidien ».

Or, selon le Président de UFC-Que Choisir certaines de ces substances contribuent « à la formation de cancers, de problèmes de reproduction et d'allergie qui affectent d'abord les personnes les plus fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées). »

Pour l'UFC-Que Choisir, qui a listé les produits aux émissions nocives (désodorisants d'intérieur, nettoyants ménagers, meubles, revêtement de sols, ...), « la passivité des pouvoirs publics, alliée à l'aveuglement des professionnels, a abouti à ce que la liste n'ait cessé de s'allonger au fil des ans comme le souligne notre test sur les émissions des moquettes encollées. »
Pour le Président de UFC-Que Choisir, en France, la maison est « une zone de non-droit, (alors que d’autres) États comme la Californie aux États-Unis, et l'Allemagne ont pourtant fait la preuve qu'un véritable plan de lutte contre la pollution de l'air intérieur était possible. »
Selon lui, « la directive Reach, adoptée il y a quelques années, est largement en deçà des attentes (et au) niveau national, à la suite du Grenelle de l'environnement, au cours duquel l'UFC-Que Choisir avait exigé que soit mis sur la table ce dossier majeur, des mesures ont été adoptées, notamment l'étiquetage pour les matériaux de construction et de décoration, mais la plupart des produits de grande consommation ne sont pas encore concernés. »
UFC-Que Choisir estime qu’il « est grand temps que la salubrité de l'habitat domestique devienne une priorité de santé publique ! »

REC ;
Les seules choses qui nous tuent, mise à part la connerie, c’est l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et la merde industrialisé que nous mangeons. Vive la mondialisation des cons !
Et en plus de tous les polluants qui émanent de l'habitation, il y en a encore qui achètent des déodorisants, des anti-moustiques, des laques...

Bref, toute la panoplie merdique qui se trouve en bombe à retardement et que l'État laisse livre à la vente !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu