Avertir le modérateur

31/07/2013

Tous à la CAF...Service gratuit.

Encore plus d'allocations familiales !

La Convention d'objectif et de gestion (COG) a fixé un budget évolutif pour la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) approuvé par l'Etat. Cette convention a été signée mardi dernier et prévoit l'augmentation des places à la crèche. 

caf.jpg

Plus 7,5% l'an jusqu'en 2017

Suivant la convention ratifiée par la Cnaf et l'Etat, le fond national d'action sociale (Fnas) évoluera de 7,5% chaque année jusqu'en 2017. Ce fond qui finance les crèches et autres actions à l'encontre des jeunes enfants atteindra 6,7 milliards d'euros en 5 ans, d'après Economie Matin. D'ailleurs, cette décision enchante 55,4% des Français, selon un sondage Toluna.

http://news.radins.com/actualites/plus-allocations-familiales,5746.html?utm_source=newsletter&utm_medium=dossiers&utm_campaign=actu-26-07-13-bestof#e=patrick25@neuf.fr?utm_source=newsletter&utm_medium=dossiers&utm_campaign=actu-26-07-13-bestof

 

REC :

C'est tout de même incompréhensible cette politique sociale qui ruine le pays !

Non seulement le fameux trou de la sécu ne décroit point, mais en plus les aides augmentent...

Le problème c'est que ce sont toujours les mêmes qui payent, la masse salariale.

Et qui touchent ces aides ? Il ne faut surtout pas en parler sous peine de propos racistes.

Pas étonnant que l'on ne puisse pas soigner cette gangrène pour laquelle il nous faut payer et encore payer.

Les familles françaises font 2 à 3 fois moins d'enfants depuis les années 70.

Hors la population ne cesse d'augmenter.

C'est donc bien lié à une politique d'immigration que l'on veut nous cacher.

Pas étonnant qu'il y ait des heurts entre civilisations, nous accueillons des étrangers qui sont encore les rares familles à faire beaucoup (moins qu'avant) d'enfants.

Tout cela parce que tout comme pour la démondialisation dont il était taboue de parler, il ne faut pas davantage parler de surpopulation qui s'avance au même titre que le chômage.

Cette parfaite incompatibilité qui aboutie à une population d'autant plus inactive donc redevable d'aides en tous genres. Sujet tabou que cette natalité croissance qui suit le flux migratoire alors que ce dernier aurait dû au moins pendant un temps être stoppé.

Mais non, il serait malvenu pour un pays de prôner une population stable voir légèrement décroissante tant que nous n'avons pas résolus sur le plan international, les problèmes climatique, de pollution ou surtout énergétique.

Cela irait à l'encontre du Medef, des banques et de tout un secteur social qui gravite autour !

Moins de monde cela signifie moins de consommateurs... La peur d'un pays sur le déclin (qui de toute façon se produit) ne semble pas inquiéter nos petits politiciens toujours prêt à donner plus du moment que cela ne sort pas de leurs poches.

Dans un tel contexte où règne la zizanie savamment entretenue pas une justice aussi laxiste que nos politiciens le sont. Pas étonnant que le ton monte dans les banlieue. Un jour j'ai rencontrer un directeur de CAF. Il m'a affirmé que s'il pouvait tout dire ce qui se passe il se ferait lyncher...

Alors que faut-il faire, fermer sa gueule en attendant que cela pète pour de bon ?

Il suffirait pourtant de prendre le taureau par les cornes et de mettre tout à plat.

Car ce n'est pas à grands coups d'aides sociales qui finiront par tarir la source, que la situation va s'améliorer.

Les aides ne sont faites que pour calmer le peuple, mais elles ne cherchent en rien à en soigner les causes de ce surendettement.

Regardez la baisse du livret A qui touche majoritairement les petits épargnants. Cela signifie que notre gouvernement mafieux autorise une baisse de nos petits intérêts pour que de l'autre côté, les banques s'en remettent une double couche dans les fouilles !

C'est scandaleux, mais personne ne bouge car en ayant fatigué les gens avec des manifs ou des émeutes qui déstabilisent le pays, maintenant, le CAC 40 peut se frotter les mains...

Cet été, lisez le livre interdit "Têtes à Flaques " en ligne sur :

http://www.thebookedition.com/thiellee--patrick-tetes-a-flaques-p-98534.html

 

 

 

 

30/07/2013

Go home Peugeot...

Après Peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran !

Le président américain oblige Renault à cesser toute activité en Iran. Faute de quoi, l’Alliance Renault-Nissan risquerait de ne plus pouvoir commercer avec les Etats-Unis. 

renault-iran.jpg

Renault a produit à travers ses partenaires 100.000 voitures en Iran l’an dernier… Déjà, PSA avait dû se retirer en 2012 sous la pression de General Motors. Un manque à gagner pour l’industrie tricolore.

"Le président Obama a donné l’ordre de cesser l’activité en Iran", a affirmé ce vendredi, Carlos Tavares, Directeur délégué de Renault, non sans ironie et une certaine amertume. Faute de quoi, les entreprises qui commerceraient encore avec ce pays se verraient interdire toute activité aux Etats-Unis.

Renault se voit contraint, après PSA, d’interrompre ses lucratives activités en Iran qui détenaient tous les deux une part très importante du marché local… contrairement aux multinationales de Detroit GM ou Ford qui  en étaient absentes.

http://lejournaldusiecle.com/2013/07/27/apres-peugeot-oba... 

REC :

À lire les commentaires, les internautes semblent outrés par de telles pratiques.

Peut-être que c'est pas normal, mais au final, nous ont s'en contre-fout !

En effet, nos constructeurs comme des rats qui quittent le navire, préfèrent aller s'installer à l'étranger pour réduire leurs charges donc s'en mettre d'autant plus dans les poches alors que ce sont eux les responsables du chômage en France.

Lorsque Renault s'installe hors de notre territoire, c'est avec la bénédiction de l'État.

Tout cela pour ensuite nous revendre un petit pourcentage de véhicules afin de calmer la rancoeur...

Désolé mais si le pays vas si mal, c'est non seulement à cause des incapables de Droite à Gauche qui nous gouvernent, associé aux banques et aux cartels des lobbys et multinationales qui ne cherchent qu'à s'enrichir quitte à appauvrir certaines parties du monde.

Mais à ce compte là, il faudrait mieux que tous les constructeurs français se cassent la gueule et que nous n'achetions plus que des voitures chinoises ou japonaises en fabrication sur notre territoire...

Et encore, je ne pousse pas la perversité en disant que c'est peut-être parce que notre constructeur ne fait pas assez de bénéfices en Iran, qu'il s'est arrangé pour que cela soit-disant les USA qui le poussent dehors afin de réintégrer le pays à grands coups d'aides de l'État...

 

 

 

 

29/07/2013

Touristes agressés.

 L'été meurtrier :Les touristes chinois (et les autres) vont-ils finir par déserter la France pour cause de délinquance ?

Pickpockets dans les zones touristiques, vacanciers dépouillés...

La délinquance parisienne ou marseillaise cible particulièrement les touristes, notamment asiatiques. Malgré les efforts de la police, la première destination touristique au monde est-elle sur la sellette ?

 

rtxyheq.jpg

Atlantico : Les visiteurs étrangers font les frais de la délinquance dans l’Hexagone, à tel point que l’Association chinoise du tourisme en appelait récemment aux autorités françaises à agir davantage contre les agressions dont sont victimes ses ressortissants. Les tour opérateurs asiatiques évitent même les hôtels de Seine-Saint-Denis ou la visite de Marseille. Depuis avril, la Préfecture de police de Paris a déployé 200 policiers supplémentaires sur les zones touristiques les plus touchées de Paris, mais cela n'a parfois que déplacé le problème.

Quelles sont les conséquences à l'étranger de cette image d'une France peu sûre pour les touristes ? Ben McPartland : Les images de jeunes jetant des bouteilles et barres de fer sur la police en face de la Tour Eiffel et de l’Arc de Triomphe, lors des émeutes au Trocadéro, en mai,  aura certainement choqué bon nombre de personnes à l’étranger tout comme en France. Bien que la plupart des gens connaissant la France sont conscients du problème des "banlieues" autour de Paris et d’autres grandes villes, d’autres sont perturbés par ces évènements car ils ontune image romantique de Paris comme"ville lumière".

Ceci étant dit, a l'époque, c’est davantage l’image du PSG qui a été dégradée à l’étranger plutôt que celle de Paris.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/ete-meurtrier-touristes-chinois-et-autres-vont-finir-deserter-france-pour-cause-delinquance-b-mcpartland-b-cambreleng-p-viceriat-730117.html#IF6VUvHx66ULqLlc.99

 

 

 

 

 

09:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/07/2013

Vidéos W.E.

 Vidéos :

 

http://www.meteocity.com/article/696/?utm_source=mediatext&utm_medium=newsletter20130717&utm_campaign=email

 +++ 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=S_xH7noaqTA#at=86

 +++++++ 

http://www.meteocity.com/article/697/?utm_source=mediaimg&utm_medium=newsletter20130718&utm_campaign=email

 

++++++++ 

http://www.meteocity.com/article/699/?utm_source=mediatext&utm_medium=newsletter20130720&utm_campaign=email

 

++++++++++++ 

http://www.meteocity.com/article/701/?utm_source=mediaimg&utm_medium=newsletter20130721&utm_campaign=email

 

 

 

27/07/2013

Fesse de bouc...

"Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis.

Sans eux, c’en est fait de notre civilisation, de notre culture,

de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre

une justification secrète"

André Gide,


PENSEZ À VISIONNER MA PAGE FACEBOOK, elle est beaucoup plus ludique.

https://www.facebook.com/COLLECTIF.DE.REMISES.EN.CAUSES


26/07/2013

Prostate et omégà 3...

Un lien confirmé entre les oméga-3 de poisson et le risque de cancer de la prostate.

 Une consommation élevée d’oméga-3 d’origine marine (poisson gras ou suppléments d’huile de poisson) pourrait augmenter le risque de cancer de la prostate. Les hommes ayant des concentrations sanguines élevées d’acides gras oméga-3 ont un risque augmenté de cancer de la prostate.

Si une association de cause à effet reste à prouver, il apparait prudent pour les hommes d’éviter l’excès d’apport. « La confirmation de ces résultats suggère que ces acides gras sont impliqués dans la tumorigenèse de la prostate et les recommandations pour augmenter l’apport en acides gras oméga 3 devraient prendre en compte leurs risques potentiels », concluent Brasky et coll. dans une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute.

Un résultat inattendu

http://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/cancerologie/un-lien-confirme-entre-les-omega-3-de-poisson-et-le-risque-de-cancer-de-la-?ku=ByB8xyaC-5BEz-xDa8-vEzz-A85Axyx67vE5

cancer-incontinence.jpg

 

D’après les données publiées en juillet 2013 par l’Inca, le nombre de nouveaux cancers a augmenté de 109% entre 1980 et 2012. Prostate, sein, foie, pancréas… Voici la liste des plus fréquents et leur prévalence chez l’homme et la femme.

Prostate : le premier cancer en France.

Avec 53 465 nouveaux cas estimés en 2009, le cancer de la prostate se situe au 1er rang des 19 localisations examinées par l'Institut national du cancer. Le taux d’incidence est de 99.4 chez l'homme. L’évolution de l’incidence de ce cancer est assez chaotique. Après une très forte augmentation entre 1980 et 2005, on observe actuellement une baisse très nette. Le taux d’incidence est passé de 24.8 cas pour 100 000 personnes/an en 1980 à 127.1 cas pour 100 000 en 2005 n’est plus qu’à 99.4 en 2009.

http://sante.planet.fr/cancer-la-liste-des-cancers-les-plus-frequents-en-france.393968.38945.html?xtor=EPR-26-379815%5BMedisite-A-la-Une%5D-20130717

 

 

 

 

25/07/2013

Délinquance quotidienne.

 Presque 1 Francilien sur 2 agressé en 2012 :

 À quoi nous mène l’abandon à la violence de certains territoires français? Selon une étude réalisée pour la région Ile-de-France rendue publique lundi 15 juillet, 55,5% des Franciliens se sentent en insécurité. 46,9% déclarent avoir subi en 2012 au moins une agression, un vol (ou une tentative) ou encore une atteinte à leurs biens, contre 43% l'année précédente.

Atlantico : Selon une étude réalisée pour la région Ile-de-France rendue publique lundi 15 juillet, 55,5% des Franciliens se sentent en insécurité, soit deux points de moins qu'en 2011 (57,5%). Pourtant, ils sont plus nombreux à déclarer avoir été victimes d'actes de délinquance : 46,9% ont subi au moins une fois une agression, un vol (ou une tentative) ou une atteinte à leurs biens, contre 43% en 2011. Près d’un Francilien sur deux aurait donc été victime d’un acte de délinquance. Ce chiffre traduit-il un abandon total de certains territoires ? 

violence-agression.jpg

Christophe Soullez : Non, je ne crois pas que nous puissions raisonner de cette manière.

Ce chiffre regroupe plusieurs types d’infractions qui ne revêtent pas le même niveau de gravité. Comme pour les statistiques administratives sur les crimes et délits enregistrés par les services de police et les unités de gendarmerie il est indispensable de sortir du chiffre unique et de distinguer les faits selon les caractéristiques des infractions.

Une agression physique ou un viol n’ont rien à voir avec un vol à la tire ou avec une tentative de cambriolage. L’enquête menée par la région Ile-de-France révèle, en revanche, une hausse de certains types de délinquance qui avaient déjà d’ailleurs été mis en exergue par l’enquête nationale "Cadre de vie et sécurité" INSEE-ONDRP comme les cambriolages et les vols sans violence.

Ces hausses sont également visibles dans la statistique administrative. Sur d’autres types de faits, comme les vols avec violences, cette publication donne trop peu de détails car il est mentionné des "agressions tout venant" sans que nous sachions exactement ce que contient cette rubrique à l’intitulé un peu baroque.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/presque-1-francilien-2-agresse-en-2012-quoi-mene-abandon-violence-certains-territoires-francais-mohamed-douane-christophe-soulle-787571.html#lvgB6LY9rfvIt5ez.99

 

REC :

Banlieues, du Nord au Sud...

 

Banlieue, de tous les dangers ?

Assis sur un banc, à mille lieu de penser tout haut ce que la France d'en bas pense bête. Je sous-pèse la légèreté de certaines valeurs humaines telle que l'humour.

Pour la plupart ne connaissant point d'autre langue, il nous est bien difficile de savoir si dans d'autres pays, il y a d'aussi bons comiques qu'en France ?

Pour preuve, mêmes les élus s'y mettent, cela doit être dans l'ère du temps ?

Mais pouvons nous en dire autant de ces régions sous dictature où la moindre pensée risque de trahir vos opinions et vous conduire à la potence.

Chez nous, point s'en faut, la dictature ne passera plus, je l'espère.

Pour cela, un brin d'humour en commençant la journée devrait être établie comme gymnastique du cerveau obligatoire, contrairement aux pays dont l'éducation du corps sert avant tout à maîtriser les cerveaux...

Personnellement, je trouve que rien ne devrait être interdit car même les insultes entre élus nous feraient plus marrer qu'un discours politique...

Serait-ce donc par manque d'humour que tous ces faux-semblants de politiciens, quand ce n'est pas les journalistes, se trouvent choqué de certaines paroles ?

Ces mêmes qui ne blessent l'âme des plus sensibles, mais ne tue jamais personne si ce n'est l'orgueil mal placé dont certains font preuve.

Saisir le procureur de la République pour apologie de crime contre l'Humanité, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde qui crie famine ou périt sous les bombes !

Je ne savais pas que l'on payait un observatoire national de l'islamophobie pour qui les menaces islamophobes sont en hausses ? 

Encore un sondage lancé sans nous dire si les mêmes menaces antisémites sont décroissantes... 

Quand aux menaces en générales, motus et bouches cousues, secret d'État, il ne faut surtout pas en parler. Pourtant la délinquance et les agressions en tous genres ne cesses d'augmenter. Mais ce n'est pas parce qu'une certaine haine s'entretien entre les juifs et les musulmans qu'il faudrait faire porter le chapeau rond à tous les citoyens français.

Majoritairement nous avons de l'humour et ne faisons peser aucunes menaces sur les diverses communautés qui dans l'ensemble cherchent à vivre comme nous tous, en paix ! Pourtant, un noyau dur d'extrémistes que l'on peut considérer comme une gangrène, essaye de rompre notre vie si tranquille face aux dérèglements guerriers qui parcourent ce monde.

Ainsi donc, petits malfrats, violeurs, cambrioleurs, agresseurs et j'en passe, sont-ils légions afin de saturer nos prisons. Mais là aussi, il ne faudrait surtout pas ébruiter le fait que nos amis musulmans y sont majoritairement représentés...

Or, dans cette situation ou le laxisme politique n'a fait depuis fort longtemps que de protéger les cas sociaux au détriment des victimes. Il ne faut pas s'étonner si la police qui se fait cracher dessus au quotidien, se lâche sur leurs forums...

Et si le tranquille citoyen qui en est à devoir changer pour la énième fois sa porte d'entrée fracturé et ses quelques biens pillés, ressentir une passagère amertume vis à vis des délinquants qui ne respectent aucunes lois.

D'autant plus consternant de voir ces groupuscules vandaliser les cités au même titre que les commissariats sous prétexte qu'il faudrait laisser sortir les renégats !

Ceux qui survivent dans ces banlieues peuvent témoigner des propos de personnes qui veulent égorger la police et niquer la France. De ces voleurs qui jurent sur leurs propres mères que ce ne sont jamais eux même prit la main dans le sac.

C'est vrai que c'est toujours la faute aux forces de l'ordre...

Pourtant, il serait bon de rappeler que la loi c'est une règle à respecter car dans les pays où il n'y en a pas, c'est le chaos et la guerre civile. Autrement dit, les agitateurs qui se revendiquent musulmans ou autres, avant même d'être citoyens français, nous ne pouvons plus les accepter.

Prendre partis et protester contre un contrôle de papiers alors qu'une personne à  délibérément enfreins la loi, c'est une atteinte à la sécurité nationale !

Soit que ces personnes ont un petit pois à la place du cerveau, soit qu'elles sont payées par des partis considérés comme extrêmes, afin de déstabiliser le pays.

Ces minorités qui depuis 50 ans n'en sont plus et qui ne cessent de s'opprimer elles-mêmes, ne semblent pas se rendre compte qu'elles provoquent la montée du FN.

Une progression des menaces islamophobe, pas davantage qu'une progressions des musulmans dans les faits divers et agressions, mais le constater vous rend paraît-il facho ! C'est le juste revers de la médaille que c'est excès de politique sociale ayant pour seul but que de repeupler la France à grands coups de planning familial.

Nous ne payons pourtant pas la police pour quelle joue au chat et à la souris avec une jeunesse rarement sanctionné dont même après 20 inculpations certains courent encore nos rues ! Pourquoi perdre son temps à sévir inutilement contre le port du casque ? Ne serait-il pas plus simple de décréter qu'en cas d'accidents, aucunes prises en charge sanitaire et sociale ni assurance. Les frais de santé étant alors à la charge des familles. Idem pour les ceintures de sécurité des adultes. Pour faire recette, l'État n'a qu'à contrôler les véhicules diesels qui nous polluent la ville...

Il n'est donc pas étonnant que depuis la nuit des temps, les divergences religieuses s'affrontent, savamment entretenues par des enjeux de pouvoir et d'argent.

Je me suis fait insulter sur Facebook parce que je trouvais anormal les dernières émeutes. Un internaute en photo, ne sortant jamais sans sa cagoule, soit pour ce donner un genre soit par crainte que le ciel ne lui tombe sur la tête, ancêtre gaulois, me disait qu'il fallait du respect envers les femmes voilés.

Mais parlait-il aussi de celles que les hommes gardent cloîtrées pendant qu'ils vont au bordel, de celles à qui l'instruction reste une faveur tout comme la musique ou l'humour ? De celles que l'on tue à cause de quelques centimètres de jupes trop courtes ! Certaines religions sont prêtes à tuer père, mère et enfants suite à un moindre blasphème alors que les paroles ne sont jamais que le bruit du vent qui traverse nos cordes vocales !

" Allah trappe nigaud ", pourquoi ne pas en rire tout autant que " ramasse tes dents à la place de Ramadan ? " Le folklore et les traditions, cela a du bon, mais comme le terroir, je ne suis pas obligé de manger du cochon. C'est con d'être totalement athée alors que je suis végétarien, ne bois goutte ni fume quelconque herbes alors que certaines religions nous ouvrent leurs portes par le simple fait de réciter une phrase symbolique. Les gens qui se plaignent que l'on parle trop souvent d'eux, c'est tout de même parce qu'ils se stigmatisent en faisant parler d'eux et qu'ils jouent sur le jeu de la désinformation !

Prenons le cas des Roms appelés "gens du voyage", pourquoi ne pas avoir le droit de plaisanter. Moi je me marre du propos de J.M. Lepen " Durafour crématoire !" Pourtant j'ai du respect pour les survivants.

Aujourd'hui, " Ya volts sous haute tension " pour quelques allusions à Hitler. Pourquoi en faire tout un plat à moins que la vengeance ne se mange froide ?

Là aussi, il faut la fermer et bientôt dire que même si une minorité de ces gens qui ont bien de la chance de voyager toute l'année, autrefois considéré comme des voleurs de poules, requièrent aujourd'hui la bénédiction papale ?

Parce que vous parlez des récidivistes, vous offusquez systématiquement les Gipsy King ?

Il serait donc grand temps que les gens soit moins cons puisqu'il y a des jambons et que les deux sont compatibles... Être ou ne pas hêtre, mais surtout moins susceptibles, et le monde ne s'en porterait que mieux. Car de nos jours, vous risquez moins de condamnations en posant une bombe qui tue plusieurs personnes qu'en proliférant des insultes qui ne blessent que l'orgueil mal placé... 

Ainsi, que l'humour noir, vache, hiboux et cochon fassent partie de la liberté d'expression dont il est préférable d'en prendre plein les oreilles par rapport à tout ce que l'on nous met plein le derche au quotidien, tiens, comme l'augmentation du gaz ou de l'essence...

Je termine donc cet article dont le degré auquel il faut le situer reste à déterminer et qui fait partie des 650 pages de mon livre " Têtes à Flaques " en ligne sur thebookeditions.com.

Car vous l'aurez compris, mes propos ne plaisent point à ces messieurs bien tranquilles de l'édition."

 

 

24/07/2013

Contrôle fiscal.

Fraude fiscale : les parades en cas de contrôle !

Bien connaître tous les droits du contribuable
En France, le contrôle fiscal est loin d’être inquisitorial. «La Charte du contribuable», disponible sur le site de l’administration des impôts (Impots.gouv.fr), détaille en une trentaine de pages les devoirs, mais aussi les droits dont bénéficient les citoyens. La mise en œuvre d’un «examen de la situation fiscale personnelle» doit, par exemple, être obligatoirement précédée d’un avis préalable. Sauf exception, la durée de la procédure contradictoire ne peut excéder un an, et la charge de la preuve incombe toujours à l’administration.

fraude-fiscale-impots-finances-publiques-hamilton_image_dossier_immo.jpg

Traquer les vices de procédure
Toute erreur de la part de l’administration peut entraîner la ­nullité de la procédure de contrôle et des impositions qui s’ensuivent. C’est par exemple le cas si l’avis n’est pas adressé aux personnes physiques en recommandé et à la bonne adresse. Ou s’il omet de préciser les années soumises à vérification ou de mentionner que le contribuable a la faculté de se faire assister par un conseil. L’absence initiale de remise de «La Charte du contribuable» peut également vicier les opérations de contrôle, et bien d’autres obligations figurent dans les nombreux articles du «Livre des procédures fiscales» (LPF), dont les règles s’imposent au vérificateur.

http://www.capital.fr/finances-perso/dossiers/impots-les-techniques-des-petits-et-des-gros-fraudeurs-840631/fraude-fiscale-les-parades-en-cas-de-controle/(offset)/1

 

 

23/07/2013

Cancers en augmentation.

COMBIEN DE CENTAINES DE PSEUDO-CANCERS DÉPISTE-T-ON CHAQUE JOUR ?

Le dépistage systématique des cancers est aujourd'hui considéré comme une des armes principales de la lutte contre le cancer. Il fait désormais l'objet de coûteuses campagnes de sensibilisation visant à amener tous les Français, à partir d'un certain âge, à passer l'examen. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions et on découvre peu à peu que les erreurs de diagnostic, ou ce que les médecins appellent gentiment les « sur-diagnostics », sont légion.Ce qui amène des milliers de personnes à subir chaque année de lourds traitements contre le cancer alors qu'elles n'ont rien !

Des statistiques à faire frémir

Selon le responsable du département du dépistage à l’Institut national du cancer, le Dr Jérôme Viguier, référence s’il en est, « on diagnostique de vrais cancers mais il s’agit de cancers qui n’auraient pas évolué, voire auraient pour certains pu régresser ou encore de cancers qui ne se seraient pas révélés du vivant de la personne » (voir le site TF1 News).  
Mais le plus hallucinant est ceci : « Le surdiagnostic est par ailleurs plus ou moins marqué selon le type de dépistage. On estime par exemple que 40 à 50% des cancers de la prostate seraient sur-diagnostiqués, contre 10% pour le cancer du sein ». Autant de vies gâchées, officiellement. Car officieusement ces chiffres sont certainement minorés pour tout un tas de raisons non avouables.

Alors bien sûr, cet éminent expert nous explique que l’on ne peut pas priver 9 millions de femmes de dépistage du cancer du sein même si « c’est vrai, il n’existe pas de facteur aujourd’hui qui permette de prédire si le cancer va devenir agressif ou non, on ne peut juger qu’a posteriori ». Voilà qui est fort rassurant.

Si aucune étude digne de ce nom n’a été réalisée en France sur l’efficacité du dépistage du cancer du sein, le plus systématique (tous les 2 ans pour rappel), le plus coûteux (1,4 milliard d’euros pour la Sécu), ailleurs de nombreuses études montrent qu’il est non seulement inefficace mais aussi à haut risque.

En Angleterre, une étude publiée dans The Lancet portant sur 10 000 femmes a révélé que si le programme de dépistage du cancer du sein a permis d’épargner 43 décès il a provoqué 129 sur-diagnostics avec traitements inutiles à la clé.
Une autre étude américaine publiée dans le New England Journal of Medicine en novembre dernier a conclu que non seulement les mammographies n’ont pas permis de détecter efficacement les cancers avancés mais ont parallèlement conduit à des diagnostics excessifs : plus d’un million de femmes aux Etats-Unis ont ainsi été traitées inutilement d’un cancer du sein ces trente dernières années.

 

cancer-2-560x250.jpg

Quand le dépistage tue

Vous êtes un homme en bonne santé et un beau jour une analyse de sang vous détecte un taux anormalement élevé de PSA alors même que le toucher rectal de votre médecin n’a rien décelé et que vous urinez comme un jeune homme. Sans plus attendre, votre médecin ordonne une biopsie. Cette intrusion mécanique va non seulement accélérer la prolifération de métastases si vous avez effectivement une petite tumeur ou simplement une petite lésion mais si les médecins ont des doutes, ils vont vous entraîner dans la spirale infernale de la radiothérapie, de la chimiothérapie, de l’hormonothérapie. Au final, vous risquez de perdre votre prostate (et ce qui va avec : continence et libido) voire de mourir prématurément.

Vous êtes une femme dans la fleur de l’âge et à la suite d’une banale mammographie, le médecin se pose des questions et, dans le doute encore, vous propose de traiter ce qui pourrait être une tumeur naissante. Vu qu’il a appris que plus une tumeur est traitée tôt, plus le cancer a des chances de guérir (postulat au passage qui n’est pas vérifié), il vous engage à faire le nécessaire. Au mieux, vous risquez d’y perdre un sein...

Dans tous les cas, vous étiez en bonne santé et on vous a rendu malade ou mutilé. Votre moral tombe au plus bas, vous vivez dans l’angoisse de la maladie, dans l’illusion de la guérison. Quelque part, on vous a tué.

Pourquoi tant d’erreurs ?                       

On l'a vu, l’institution médicale est la première à reconnaître que tout ne tourne pas rond. De plus en plus de médecins montent au créneau pour dénoncer les risques du dépistage systématique. 
Le Dr Bernard Junod est l’un des plus courageux. Cet épidémiologiste d’origine suisse qui a étudié pendant des années cette pratique et ses conséquences, a notamment réalisé des études pour le ministère de la Santé. Il est convaincu que la médecine fait ici fausse route : « On s’aperçoit que les préjudices dus au dépistage, notamment du cancer du sein et de la prostate, sont considérables. A l’’heure actuelle, des bien portants sont inutilement soignés tandis que les bénéfices attendus ne se produisent pas chez les malades ».

Le problème, c’est que les progrès des outils de détection, imagerie médicale en tête, sont tels aujourd’hui qu’il devient désormais possible de voir des anomalies autrefois invisibles ou à des stades tellement précoces qu’il est impossible de se prononcer sur leurs conséquences sur la santé. 
Vu que nous sommes tous porteurs de cancers en puissance, à tout moment (c’est moi qui le dis bien sûr pas ces messieurs en costume), nous sommes tous plus ou moins exposés à la détection de cellules ou lésions potentiellement cancérigènes...

Alors au regard de ces « sur-diagnostics », les médecins, par peur des procès, et tout en faisant valoir leur « obligation de résultat » prescrivent des « sur-traitements » consécutifs. A l’aveuglette... un comble compte-tenu du degré de sophistication des outils de détection à l’œuvre !

La balance « bénéfices/risques », du mauvais côté

Au vu des statistiques, des pratiques et des témoignages que l’on peut lire sur le Net, la fameuse balance « bénéfices/risques » toujours spécieusement mise en avant par l’institution médicale penche nettement du mauvais côté. Le Pr danois Peter Gotzsche le dit clairement dans son livre paru l’an dernier sous le titre « Mammography screening : truth, lies and controversy » (Mammographies de dépistage : vérité, mensonges et controverse). 
Selon ce spécialiste très critique vis-à-vis du lobby pharmaco-médical, si le dépistage sauve effectivement une vie pour chaque 2 000 femmes qui subissent une mammographie, elle en massacre aussi 10 qui auront à subir les affres du traitement : excérèse et jusqu’à l’ablation du sein.

Il en va à peu près de même pour le cancer de la prostate. Le Dr Sauveur Boukris estime à ce sujet que « les études n’ont pas prouvé que le dépistage du cancer localisé de la prostate permette un allongement de la vie. Chez les patients de plus de 70 ans, la plupart des décès sont liés à une cause autre que ce cancer de la prostate. Or le dépistage conduit à traiter un grand nombre d’hommes dont le cancer serait passé inaperçu et n’aurait pas provoqué de souffrance jusqu’à leur décès pour une autre raison ».

Côlon : un dépistage à l’efficacité très modeste

Le cancer du côlon est le 2ème cancer le plus fréquent chez la femme et le 3ème chez l’homme. Deux outils sont utilisés pour son dépistage :

Le test Hemoccult II : il consiste dans la recherche de sang frais dans des selles émises trois jours de suite. Ses limites : il peut donner des faux positifs en cas d’ingestion importante de viande rouge, d’aspirine ou d’anti-inflammatoires, de saignement hémorroïdaire ou gynécologique, etc. De sorte que seulement un peu plus de 10% des coloscopies pratiquées dans la foulée confirment l’existence d’un cancer colorectal. A l’inverse, le test Hemoccult II revient négatif chez près de 50% des personnes porteuses d’un tel cancer !

La coloscopie : si elle se banalise, cette exploration n’est pas pour autant un examen banal. Elle nécessite le plus souvent une anesthésie générale et la surveillance en unité de réveil en raison de complications certes rares (0,2% des cas), mais possiblement mortelles. Celles-ci peuvent ne se révéler que dans le mois qui suit l’acte : ce sont par ordre décroissant une hémorragie digestive, une perforation intestinale, une poussée de colite diverticulaire.

Finalement, ce serait au mieux une personne sur 600 invitées au dépistage du cancer colorectal qui éviterait d’en mourir. Le dépistage de ce cancer est donc d’efficacité modeste.

Prostate : un dépistage qui ne fait pas vivre plus vieux...

Le cancer de la prostate est dépisté normalement par le dosage du PSA, un antigène spécifique de la prostate. Spécifique de la glande, mais pas de son cancer: en effet, son taux augmente également dès qu’il y a inflammation ou/et infection. C’est donc un examen d’interprétation difficile et en tout cas sans signification définitive s’il est pratiqué isolément ! Un toucher rectal, une échographie et une biopsie sont nécessaires pour confirmer le cancer. 
Les bienfaits du dépistage sont loin d’être démontrés. D’ailleurs, en 2004, la Haute Autorité de santé (HAS) estimait ne pas pouvoir le recommander de façon systématique. Les résultats d’une récente étude européenne l’ont amenée à revoir ses positions et à s’aligner sur l’Institut national contre le cancer. 
L’étude en question portant sur 160 000 hommes indique que la mortalité chuterait de 20% chez les personnes dépistées et suivies pendant neuf ans. Ce résultat favorable au dépistage serait quelque peu gonflé. Ainsi le Dr Dupagne, qui a étudié tous les chiffres, estime que l’étude permet simplement de dire « qu’un homme âgé de 55 à 69 ans quine pratique pas de dépistage a un risquede 4 pour 1 000 de mourir d’un cancer dela prostate et celui qui pratique un dépistagepar PSA ou toucher rectal voit cetteprobabilité tomber à 3 pour 1 000 ».

Une étude américaine va dans le même sens : pratiquer un tel dosage tous les 4 ans réduirait la probabilité de mourir d’un tel cancer dans… 1 cas sur 1 000. De plus, les hommes qui ont participé au dépistage étaient de 10% plus nombreux à mourir de ce cancer que les hommes qui n’y avaient pas participé !

Ainsi on ne vit pas plus vieux en pratiquant ce dépistage ! Les raisons de ce paradoxe ne sont pas encore élucidées, mais deux hypothèses sont avancées et semblent se compléter : le bénéfice du dépistage en nombre de vies, pas très élevé, est probablement «compensé» par le nombre de décès supplémentaires qu’un excès de zèle thérapeutique oblige !
En effet, dans la foulée du dépistage, il y a un vrai risque de sur-traitement. Combien d’hommes aujourd’hui se plaignent qu’un dosage du PSA les a conduits à une intervention chirurgicale dont les effets indésirables se sont révélés majeurs. Or dans bien des cas, le temps que la tumeur se développe (si c’est le cas !), l’homme, on l’a vu, a tout le temps de mourir de sa belle mort.

La balance entre bénéfices et risques encore une fois ne penche pas clairement du premier côté, d’autant plus que le stress induit par l’annonce d’un cancer de la prostate peut à lui seul être mortel : en effet, une augmentation significative du taux de suicide a été observée, de même qu’une augmentation du nombre de décès par accident cardiovasculaire, notamment dans les premiers mois qui suivent une telle annonce !

Sein : les mammographies inutiles avant 40 ans

Le cancer du sein fait en France l’objet d’un dépistage organisé depuis 2004 qui repose sur le principe d’une convocation pour mammographie gratuite adressée à toutes les femmes de 50 à 74 ans. Alors que ce mode de dépistage est en pleine expansion chez nous, il est fortement remis en cause dans d’autres pays qui l’utilisent depuis longtemps.

Ainsi, selon une méga-étude menée au Danemark où ce genre d’examen a été proposé entre autres à des femmes âgées de 50 à 74 ans : sur les 17 ans que cette surveillance a duré, si la mortalité du cancer du sein a diminué de 2% par an dans la population non dépistée, elle n’a diminué que d’1% par an chez les femmes dépistées !
Il en est de même chez les femmes de moins de 40 ans : sur les 1 266 femmes qui ont été invitées à faire des examens complémentaires, seules 16 présentaient un vrai cancer. Soit, potentiellement, 1 250 faux positifs !

Les mammographies ne sont pas toujours de lecture facile. On peut très bien vous trouver un ACR4 et un ACR5 au sein qui ne se révèleront être, en fait, que des micro-calcites. Ce n’est pas rare. D’ailleurs, en France, il est recommandé de faire une double lecture de la radio.

Enfin, parmi les risques du dépistage, dans ce cas comme dans d’autres, des études américaines ont bien mis en évidence le risque de prolifération des cellules cancéreuses consécutif à une biopsie.

Au vu de ces éléments, on peut estimer que les mammographies sont inutiles avant 40 ans (l’autopalpation doit rester un réflexe de base) et à considérer avec prudence aux âges les plus avancés. En tout état de cause, il convient de faire une comparaison avec les radios précédentes et de confirmer le cas échéant par une échographie.

Poumons : là aussi le mieux est l’ennemi du bien

Nos moyens diagnostiques, aussi sophistiqués soient-ils, sont là aussi trop performants pour la médecine ou ce qui revient au même trop peu fiables à l’analyse.
L’utilisation du scanner à faible dose dans le dépistage du cancer du poumon en est un exemple caricatural : en effet, le scanner produit un plus grand nombre de faux positifs que la simple radio thoracique.
Autrement dit, cet examen moderne expose des patients à être traités à tort !

Que faire pour éviter d’être traité pour un pseudo cancer ou un cancer inoffensif ?

De façon générale, il est aujourd’hui établi qu’un certain nombre de cancers détectés par le dépistage systématique n’évoluent pas vers la maladie cancéreuse et ne mettent pas en jeu le pronostic vital.

Ainsi, ce ne serait pas moins de 60% des cancers de la prostate, 15 % des cancers du sein et 15% des cancers de la thyroïde qui seraient concernés par les effets pervers de ce sur-diagnostic. Dans de tels cas, la mise en œuvre d’une chimiothérapie, d’une radiothérapie est non seulement inutile, mais fortement nuisible. Mais de nombreux médecins préfèrent «ouvrir le parapluie » en incitant vigoureusement leurs patients à entamer des traitements lourds et toujours hautement toxiques.

 

Alors que faire ? A vrai dire, il n’y pas de solution miracle. A chacun de se méfier des avis péremptoires, des diagnostics suspects concernant les tumeurs « précoces », surtout du sein ou de la prostate.

Ce n’est pas simple, je sais. C’est toujours risqué. Mais a-t-on le choix devant cet acharnement du dépistage de masse ?

Le seul conseil que je puisse vous donner est triple

1/ Si votre médecin vous paraît froid ou abrupt, trouvez en un autre, plus humain, qui saura analyser vos résultats avec recul, lucidité et bienveillance, et vous délivrer un diagnostic personnalisé sans s’en remettre systématiquement aux recommandations de la médecine de masse.

2/ Avant de trancher, sachez qu’il est important - et vous êtes en droit de l’exiger de votre médecin -, de vous orienter vers une décision concertée, mûrement réfléchie. Après l’exposé des résultats du bilan et des connaissances établies à ce jour, il est du devoir du praticien de les analyser avec vous. Le médecin doit vous présenter en détail et en toute sincérité les diverses attitudes thérapeutiques actuelles, les bénéfices et les effets indésirables qu’on peut en attendre. Soyez vigilant et faites entendre votre voix : c’est de votre avenir qu’il s'agit, pas du sien !

3/Même si votre médecin vous paraît convaincant, il est sage d’aller voir d’autres spécialistes. Ce peut être vital car il n’est pas rare qu’un 2ème ou 3ème diagnostic contredise le diagnostic initial.

C’est seulement à travers ce conciliabule, qui exige plusieurs consultations, qui demande à recueillir plusieurs avis, que l’on peut prendre sa décision en son âme et conscience.

Prenez soin de vous

Dominique Vialard


 

 

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien

22/07/2013

Fruits et légumes contaminés.

INTOXICATIONS ALIMENTAIRES: Gare aussi aux fruits et légumes!

Alors que près de la moitié de toutes les maladies d'origine alimentaire ont causées par les fruits, les noix et les légumes, à feuilles vertes en particulier, que les viandes et volailles ne représentent environ qu’1 cas sur 5 d’intoxication alimentaire, cette étude publiée dans la revue Emerging Infectious Diseases, particulièrement d’actualité en cas de fortes chaleurs, rappelle que tout produit alimentaire, mal préparé ou mal conservé, peut être responsable d’intoxication alimentaire.

légum.jpg

 

C’est en fait un bilan sur 10 années, des maladies d'origine alimentaire aux États-Unis et de leurs différentes sources, qui montre comment ces germes, comme E. coli et norovirus, hautement contagieux se propagent fréquemment de la main à la bouche, par manque de respect des normes d'hygiène personnelle et alimentaire. Se laver les mains avant de manipuler et de consommer des aliments, laver soigneusement les fruits crus, légumes et salades avant de les manger, stocker la nourriture au frais et dans un réfrigérateur propre, s'assurer que la viande est suffisamment cuite restent des mesures de base pour éviter l’infection.

http://www.santelog.com/news/nutrition-obesite/intoxicati...

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu