Avertir le modérateur

28/02/2014

Jeunesse alcoolique...

Après le binge drinking, les ravages de la Neknomination, le nouveau phénomène d'alcoolisation extrême en ligne

Tout droit venue d'Australie, la "Neknomination" est un nouveau phénomène d'alcoolisation extrême qui touche principalement les jeunes en détresse. Aidée par Internet et la profusion d'information, cette mode a déjà tué 5 adolescents.

alcoll.jpg

Atlantico : La Neknomination est une tendance qui vient d'Australie et qui a fait le tour du monde sur la toile en moins d'un mois.

Le principe est de boire cul-sec une boisson alcoolisée en se filmant, puis de transmettre la vidéo à trois contacts, qui doivent à leur tour faire de même.

Ce phénomène rappelle largement  celui du binge drinking, encore à la mode. Quelle est la différence majeure entre les deux phénomènes d'alcoolisation extrême ?  

Y a-t-il une différence concrète sur la réaction physiologique du fait d'être accompagné d'amis ou d'être seul ?

Georges Picherot : La différence est fondamentale. La Neknomination se fait seul, dans une relation complètement virtuelle, sans aucune intervention possible. On aurait pu penser que l’incitation virtuelle pouvait entraîner une réponse virtuelle du style « faire semblant de ». C’était sans tenir compte de cette avidité aux défis et aux risques qui dépassent l’essai.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/apres-binge-drinking-r...

REC :

Elle est belle la relève ! Entre revendiquer le pétard et l'alcool.

Nous avions déjà une bande de moutons lobotomisés, maintenant en plus ils sont alcoolisés à l'extrême ! Bientôt le retour de l'extrême religion auquel le troupeau va s'accrocher...

 

27/02/2014

Nanos - merdes étiquetés ?

EUROPE : La mention [nano] figurera-t-elle ou non sur les étiquettes des produits alimentaires fin 2014 ?

Par MD et l'équipe Avicenn - 17 février 2014 (dernière modification 18 février 2014)


Nous avions relayé dans notre lettre VeilleNanos n°8-9 de décembre dernier la volonté de la Commission européenne de restreindre l'obligation d'étiquetage [nano] dans l'alimentation qui était censée entrer en vigueur fin 2014 : le tout récent projet de Règlement délégué de la Commission européenne (publié par erreur dans le Journal officiel de l'Union européenne du 12 décembre 2013) prévoit en effet de retirer l'obligation d'apposer la mention [nano] devant des ingrédients déjà utilisés sous forme nanométrique "depuis des décennies" dans l’alimentation. 
Or ce sont surtout les additifs alimentaires que l'on trouve depuis longtemps sous forme nano dans notre alimentation1 - notamment le carbonate de calcium (E170), le dioxyde de titane (E171), les oxydes de fer (E172), l'argent (E174), l'or (E175) ou la silice (E551) - qui suscitent des inquiétudes au vu des incertitudes sur leur innocuité2
Les exempter d'étiquetage reviendrait donc à vider de sa substance le Règlement INCO et à "violer à la fois la lettre et l'esprit de la loi" et le droit à l'information des consommateurs, selon des députés européens opposés à cette mesure.
Cette tentative de passage en force par la Commission a suscité des réactions et des actions dont nous proposons de retracer ici l'historique et l'évolution (nous mettrons à jour cette page au fur et à mesure de leur progression) :

http://veillenanos.fr/wakka.php?wiki=Debut2014MajInfoCons...

+

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&a...).

 

 

26/02/2014

E-cigarette.

 

E-cigarette ; Témoignages.

 

Certes, comme il fallait s'y attendre, c'est une marée noire contre le tabac et les ravages qu'il fait depuis des décennies.

Très critiqué, normal lorsque l'on connait les enjeux et la puissance des lobbys qui se remplissent les poches, la e-cigarette semble petit à petit prendre racine.

L'État lui-même fort endetté va y laisser des plumes en attendant que la sécu en économise la surcharge pulmonaire liée au tabac.

Bon, pas bon, telle est la question, mais ce sont une fois de plus les consommateurs qui en parlent le mieux.

Qui y-a-t-il de moins naturel, de plus toxique, de plus bénéfique pour la santé.

Des études devraient sous peu nous en tenir informés si bien sûr contrairement à l'habitude, il n'y a pas délit d'initié mené tambours battant par les multinationales du tabac...

La e-cigarette n'est pas une panacée. Elle n'a rien de naturelle.

Mais une chose est sûr, elle a vite fait des émules et la plupart des consommateurs lui en sont reconnaissants de ne plus être dépendant du tabac.

De nos jours rares sont les personnes qui n'ont pas dans leurs entourages un postulant à la e-cigarette.

Tous ceux que j'ai interrogés sont du même avis, « C'est super ».

Plus d'odeurs malsaines et petit à petit le sevrage fait son effet sans même créer de manque.

Les gros fumeurs commencent par des e-cigarettes fortement dosées en nicotine, mais ils s'aperçoivent d'eux même d'un certain dégoût puis d'un rejet du tabac.

Ce qui entraîne la diminution systématique des dosages allant même jusqu'à un profond rejet de la fumée autrefois tant recherchée.

La e-cigarette n'est pas faite pour une consommation de longue durée, c'est juste une excellente solution passagère qui va progressivement vous éloigner du tabac et vous redonner votre indépendance.

Elle va progressivement annihiler vos réflexes et surtout rendre à nouveau l'air si pure dans votre intérieur. Même si une petite quantité de ses composants restent peu naturels et engendrer sur certaines personnes sensibles qlqs troubles, mieux vaut e-fumer durant 4 à 6 mois pour enfin tout arrêter plutôt que de fumer du tabac toute une vie !

Exemple, Marion qui cite :

Je suis tombée par hasard sur l'article concernant la E cig.

Mon témoignage perso s'il peut aider : grosse fumeuse depuis plus de 30 ans

je suis passée à la E cig il y a 5 mois et depuis je ne fume plus du tout.

Un vrai miracle et je présume un gros trou qui se creuse un peu plus chaque jour, dans les caisses de l'état...

 

À bon entendeurs, fumeurs, repentez-vous, un pas de plus pour la santé.

 

 

 

 

25/02/2014

Chères ordures...

Besançon: la redevance incitative a réduit d’un quart la production d’OMR...

Plus d’un an après sa généralisation dans la communauté d’agglomération du Grand Besançon, en septembre 2012, la redevance incitative affiche un bilan très positif. La production d’ordures ménagères résiduelles (OMR) a en effet régressé de 26% en tonnages en 2013, selon les statistiques publiées par la collectivité le 19 février. 

poub.jpg

Extrait :   Avec 180.000 habitants, Besançon est la première (et la seule) agglomération française à avoir mis en place une redevance incitative, dont la part variable est calculée en fonction du poids du bac de déchets (à 40%) et du...

http://www.journaldelenvironnement.net/article/besancon-l...

REC :

Ces villes où l'on se fout vraiment de la gueule du monde afin d'arrondir l'excès d'investissements !

26 % d'ordures en moins, cela voudrait dire que les gens mangent moins !

Ce n'est pourtant pas grâce aux industriels qui sont à la traîne dans le domaine du moindre emballage...

26 % de déchets en moins, où sont-ils passés !

Serait-ce la baisse du pouvoir d'achat qui réduit la consommation ?

Dans certains quartier la taxe foncière ou locative a doublée en 2 ans à cause du gaspillage de la municipalité à investir à tout va.

Alors arrêtez de faire croire que c'est grâce à la taxe participative puisque la moitié de l'habitat est constitué d'immeuble où il est impossible de géré cette taxe individuellement à cause d'une seule poubelle par cage.

Ce genre de désinformation n'est que pure propagande électorale.

24/02/2014

Les milliards du nucléaire français...

Nucléaire: le Grand carénage d’EDF coûtera plus de 55 milliards

Interrogé sur une prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a déclaré, ce 20 février, qu’elle n’était pas acquise au regard des objectifs majeurs de sûreté. Par ailleurs, les coûts avancés par EDF –environ 55 milliards d’euros pour la modernisation de ses 58 tranches - sont largement sous-estimés. 

000010112_5.jpg

A la demande de François Brottes, président de la commission d’enquête sur la filière nucléaire de l’Assemblée, Pierre-Franck Chevet a juré de dire toute la vérité. «A défaut de parler en toute liberté, je parlerai en toute indépendance», a ajouté, tout en nuances, le patron de l’ASN.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/nucleaire-...

23/02/2014

Relax c'est Dimanche.

Accrochez-vous quand même...

http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/2014...

 

 

22/02/2014

Bio à suivre...

Lancement de l’étude BioNutriNet : la consommation des aliments « Bio » à la loupe :

Les chercheurs en charge de l’étude NutriNet Santé- projet débuté en mai 2009 - lancent, dans le cadre de la cohorte NutriNet-Santé, un volet spécifique sur la consommation des aliments issus de l’agriculture biologique et leur impact nutritionnel, économique, environnemental et toxicologique.

L’étude devrait concerner au moins 100 000 internautes (dont 50 000 consommateurs de produits « Bio ») suivis dans le cadre de l’étude NutriNet-Santé.

Plusieurs critères seront analysés à la loupe dont les profils sociodémographiques, psychologiques et économiques, mais aussi, les motivations des différents consommateurs à l’égard de la durabilité de l’alimentation.




21/02/2014

Nourriture trafiqué, entre science et cobayes...

Que nous réserve l’agro-technologie de demain ?

Encore plus de plantes résistantes aux herbicides dans les champs, chacune flanquée de son herbicide total : c’est la constatation à laquelle aboutit la nouvelle étude sur le développement de l’agro-industrie présentée à Berlin.

Pour obtenir les plantes GM de dernière génération décrites par l’auteur de l’étude, Christoph Then, on recourt à l’empilement de gènes. Il en résulte des plantes qui résistent simultanément à quatre désherbants et qui sécrètent quotidiennement une demi-douzaine d’insecticides en plein champ. Martin Häusling, expert agricole des Verts/ALE au Parlement européen et commanditaire de l’étude, parle d’une techno-folie qui bafoue toutes les règles de production durable.

herb.jpg

Le problème des mauvaises herbes aux Etats-Unis n’en est qu’un triste exemple. « L’Europe doit éviter à tout prix de suivre ce mauvais modèle d’agriculture qui fait la guerre à la nature et qui ne profite qu’à quelques rares groupes chimiques », souligne Martin Häusling. La vision européenne doit être celle d’une agriculture écologique travaillant avec la nature et non pas contre elle.

« Un tel modèle ne profite pas seulement à la nature, au climat et aux animaux, mais aussi aux agriculteurs et aux consommateurs », argumente Martin Häusling.

Lire la suite...

http://www.stopogm.ch/component/content/article/14-themen/invkat/473-que-nous-reserve-l-agro-technologie-de-demain


REC : Pour faire simple je dirais de la merde !

 

Pas d’obligation de déclarer le pollen transgénique présent dans le miel !

http://www.stopogm.ch/

REC :

Si encore il ne s'agissait que du miel, mais non, c'est toute la chaîne alimentaire qui est corrompus par des politiciens à la botte des lobbys de l'agroalimentaire.

La traçabilité que l'on essaye de nous faire croire, quelle vaste fumisterie.

Il nous faudrait fouiller tous les camions qui passent les frontières. Alors faute d'argent donc de personnel, c'est le bordel organisé, véritable passoire étatisée.

Dernièrement je demandais à un vendeur-fabricant de multiples produits sur internet de m'en donner l'origine. Il n'a pas daigné le faire et c'est contenté, évasif, de dire qu'ils provenaient de l'U.E.

J'ai donc contacté les fraudes pour savoir si c'était légal. Ce dont à quoi elles m'ont répondu :

«  Je vous précise que l'indication du pays d'origine ou du lieu de provenance pour les denrées alimentaires n'est obligatoire que dans certains cas spécifiques (ex : viande bovine, miel...) ou lorsque son omission serait susceptible d'induire en erreur les consommateurs.

Au cas d'espèce, le professionnel n'a pas d'obligation réglementaire d'indiquer l'origine des ingrédients qui composent la denrée ou l'origine de la denrée, elle même. »

Étant donné que l'ensemble des plats industriels, voir ceux des nombreux restaurateurs même parmi les plus grands chefs, qui se fournissent ainsi, vous ne savez absolument pas d'où proviennent les composants.
Lait, poudre de lait, protéines en poudres mais aussi ts les exhausteurs, conservateurs, colorants. Les condiments mais surtout les huiles et beurres reconditionnés, transformés, trafiqués, tout peut provenir de Chine, le pays multi-services le plus pollué au monde avec l'Inde.

Et n'en vous déplaise, même les produits pour bébés n'échappent pas au business. Les enjeux économiques sont si importants que même les plus grandes marques de prestiges s'y collent.

Je posais aussi la question de la facilité d'introduire de la mélamine en poudre comme ce fut le déjà le cas.

Mais là je n'ai eu aucune réponse.

Comme disait Coluche, pour qu'un produit ne se vende pas, il suffit de ne plus l'acheter. Mais de nos jours, il ne faudrait plus rien consommer puisque nous payons des élus, des ministères et des contrôles peu enclins à changer la donne.

Consommateurs, arrêtez cette course effrénée, prenez le temps de lire les étiquettes et boycotter ce qui vous paraît suspect.

Parce que dans le domaine de la protection sanitaire, tout reste à faire et les plus faibles malchanceux vont en payer le prix.





20/02/2014

Eaux en bout-ailles...


Moins surveillées que l'eau du robinet :

Ce qu'il y a vraiment dans les eaux en bouteille ?

L'eau minérale doit son succès à l'idée qu'elle est préférable à l'eau du robinet pour notre santé. Chlore et désinfectant ont pourtant la part belle dans vos bouteilles.

eau_robinet.jpg

Atlantico : L'eau en bouteille est connue pour ses bienfaits et sa pureté. Mais  qu'y a-t-il véritablement dans l'eau en bouteille ?

Ghislain de Marsily : Il y a deux catégories d'eau en bouteille en France, trois à l'étranger :

  • Les eaux minérales ;

  • les eaux de sources ;

  • la troisième catégorie que l'on trouve à l'étranger sont les eaux normales traitées et mises en bouteille.

Les eaux minérales sont des eaux protégées de toute contamination dont la composition chimique est constante, dont la température est constante, qui ont beaucoup de contraintes de qualité et dont les vertus pour la santé ont été reconnues par l'Académie de médecine. Il s'agit en quelques sortes d'eaux qui ont des vertus curatives pour la santé. Ces eaux sont parfois très chargées en sel, au-delà des normes de potabilité normale pour les eaux du robinet. Mais l'Académie considère que ça peut être bon, par exemple, comme diurétique donc comme une sorte de médicament.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/moins-surveillees-que-eau-robinet-qu-vraiment-dans-eaux-en-bouteille-ghislain-marsily-973902.html#bTxhfl7fi6BlmtQ6.99

 

 

19/02/2014

Cour des Comptes, courre toujours...

Pauvre Cour des comptes...

Rien de ce que son rapport annuel avait épinglé l'an passé n'a été suivi d'effets !

La Cour des comptes présente ce mardi son rapport annuel.

Au vu des nombreuses préconisations passées à la trappe les années précédentes, on peut sérieusement douter du fait que l'édition 2014 ait l'effet désiré sur les pouvoirs publics. 

coursdescomptes.jpg


Atlantico : Quelles étaient les perspectives du précédent rapport annuel de la Cour des comptes ?

Jean-Michel Rocchi : En 2013, la Cour des comptes estimait que le gouvernement ne parviendrait pas à ramener le déficit à 3 % du PIB, et effectivement il n'y est pas arrivé.  Elle a appelé à de nouvelles économies structurelles : la « Modernisation de l'action publique » devant amener « à une révision du contenu des missions ». Les pistes proposées par la Cour étaient nombreuses : retraites, politique familiale, formation professionnelle, aides aux entreprises, logement, collectivités locales...

En 2013 la Cour des Comptes constatait  avec scepticisme : « Aucune réforme porteuse d'économies substantielles au-delà de 2013 ne peut être identifiée ». Effectivement, le gouvernement, qui a fait le choix de n'identifier aucune piste d'économies réelles et concrètes, n'a réalisé aucune économies.

 

Les préconisations n'ont donc pas été suivies par le gouvernement ?


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pauvre-cour-comptes-rien-que-rapport-annuel-avait-epingle-passe-ete-suivi-effets-jean-michel-rocchi-978037.html#rsvMtEGJeJ3fORux.99

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu