UA-112799694-1

Avertir le modérateur

13/11/2014

Produits laitiers dans le collimateur santé...

Les facteurs de croissance des produits laitiers de vache consommés en excès. 

Nous sommes extrêmement sollicités par les publicités pour consommer le maximum de produits laitiers, essentiellement issus des vaches. Il ne faut pas oublier que les vaches laitières sont forcées à donner leur lait (24 milliards de litres par an en France). Pour cela, la vache doit avoir mis bas, donc avoir eu son veau, lequel n’est que très peu de temps mis sous sa mère. Car le lait de la vache aujourd’hui, cela ne vous surprendra pas, est davantage destiné aux humains qu’à son petit. 

De plus, à peine arrivée au 3e mois post-mise bas, la vache est artificiellement ré-inséminée, tandis qu’elle continue à donner du lait. Ainsi nous consommons du lait qui peut contenir les facteurs de croissance hormonaux d’une vache à nouveau pleine, sans compter les hormones administrées pour réussir à faire prendre une insémination autrement impossible, et ainsi de suite. 

Enfin, il est en outre évident que le lait de la vache contient des facteurs de croissance destinés prioritairement à la croissance de son petit qui normalement prend 365 kg en une année, soit 1 kg par jour. Ainsi je suis devenu très réticent pour conseiller la consommation des produits laitiers de vache sous quelque forme que ce soit. J’oriente vers les produits laitiers des petits animaux, chèvres et brebis, à raison d’une petite portion par jour de fromage à mastiquer longuement, qui est largement suffisante y compris pour son apport en calcium. 

N’oublions pas que le meilleur calcium est végétal si l’on mastique bien les végétaux, fruits-légumes-légumineuses. Il est absorbé jusqu’à 75% par le tube digestif, tandis que le calcium animal est absorbé au grand maximum à 40%

Les produits laitiers de vache contiennent des molécules solides qui sont des facteurs de croissance au nombre essentiellement de 3 en dehors des hormones de la gestation. 

Ce sont IGF, EGF et TGF dont les formules chimiques sont parfaitement connues puisqu’on est capable de synthétiser en laboratoire des anti-facteurs de croissance. Des ponts disulfures S-S donnent à chaque molécule sa force et son efficacité. Seule une chaleur forte et prolongée permet de les détruire pour rendre le facteur de croissance inefficace.

L’IGF = Insulin Growth Factor a 3 ponts S-S


L’EGF = Epidermal Growth Factor a 4 ponts S-S


Le TGF = Transforming Growth Factor a 9 ponts S-S


La stérilisation à Ultra Haute Température (UHT : 3 à 4 secondes à 130 ou 140°C) est un choc thermique qui détruit les germes mais ne détruit pas complètement la molécule du facteur de croissance (GF) et peut-être même la renforcerait. 

Pour les spécialistes, il faut lire les résultats de la saisine que nous avons officiellement obtenue au nom des familles comme président de Familles de France (www.familles-de-France.org) auprès de l’Anses (Agence nationale de sécurité d’environnement et de santé). Nous demandions des taux précis des facteurs de croissance dans divers produits laitiers de vache, de chèvre et de brebis… Nous avons obtenu une excellente bibliographie, surtout destinée à rassurer les consommateurs. Mais quand on lit le rapport de manière détaillée et entre les lignes on est beaucoup plus réservé. 

(AVIS et rapport de l’Anses relatif à l’évaluation des risques de cancers liés aux facteurs de croissance du lait et des produits laitiers - Avis signé le 20/04/2012

Attention, nous ne sommes pas plus favorables aux margarines et autres beurres végétaux qui contiennent des graisses hydrogénées, lesquelles ne sont pas utiles à notre santé. Elles stimulent la formation des cellules graisseuses et sont à l’origine de complications cardiovasculaires. Évidemment, ce n’est pas écrit sur l’emballage !

Annonce spéciale de Jean-Marc Dupuis de Santé Nature Innovation :

Le pouvoir des plantes

Contre les agressions du quotidien, les plantes apaisent, soignent, soulagent. Les traditions ancestrales sont validées par la recherche scientifique et de nouvelles vertus sont découvertes chaque jour... rendez-vous ici pour en savoir plus.

De lésions bénignes à lésions malignes : les TIPMP

Il existe aussi des lésions bénignes du pancréas qu’il faut savoir repérer assez tôt car elles peuvent se transformer en cancers. 

Ce sont les TIPMP (Tumeur Intracanalaire Papillaire Mucineuse du Pancréas) observées chez des hommes ou femmes ayant atteint 60 ans. 

Ce type de tumeur, surtout située dans la tête du pancréas, naît des cellules qui tapissent les canaux pancréatiques, le principal ou les secondaires. Elle fabrique une quantité importante de mucus qui dilate les canaux et peut les obstruer. 

La tumeur peut être bénigne ou maligne (surtout développée dans le canal principal et comportant des bourgeons) ou “borderline”, cela veut dire “frontière” (limite) avec le cancer. L'examen au microscope permet de connaître le degré d'altération des cellules et de classer la tumeur. Le pronostic de cette tumeur du pancréas est en général nettement plus favorable que celui des cancers classiques du pancréas (adénocarcinomes). 

Le diagnostic se fait à partir de petits signes peu évidents, ou de petites poussées de pancréatite ou même de signes d’insuffisance pancréatique par troubles de la digestion des graisses (selles graisseuses et huileuses). 

C’est le scanner, ou mieux l’IRM du pancréas qui permettront de faire le diagnostic et de décider d’une surveillance régulière ou de l’intervention chirurgicale. 

Dans une autre lettre, nous parlerons à la demande des tumeurs endocrines du pancréas beaucoup plus rares : les insulinomesles glucaconomes, et aussi les vipomes,gastrinomes et somatostatinomes. 

Retenez surtout que le cancer du pancréas ne tombe pas du ciel. On peut en guérir si le diagnostic est fait très précocement. On peut surtout le prévenir en arrêtant de fumer car il n’est jamais trop tard pour le faire, et en changeant ses habitudes alimentaires vers le « Manger Mieux et Meilleur ».  (voir CHANGEZ D’ALIMENTATION - Ed ROCHER)

N’hésitez pas à tester votre risque de cancer du pancréas en allant sur mon site à la rubrique « cancer-risks », c’est un bon moyen, pas de se faire peur, mais de réduire vos risques pour vous-même ou vos proches. 

Bonne lecture et relecture pour bien appliquer les conseils de cette lettre. N’hésitez pas à les diffuser largement à toutes les familles. 

 

+++

 

http://pro.santenatureinnovation.com/PBE01/EPBEQA06?email=REC251%40free.fr&utm_source=LPJ&utm_medium=Newsletter-gratuite&utm_campaign=201410-21-cancer-pancreas&a=17&o=26475&s=28226&u=2305586&l=47923&r=MC&g=0&h=true

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu