UA-112799694-1

Avertir le modérateur

08/09/2015

Substances chimiques nocives :

Remplacer les substances chimiques nocives :

Omniprésentes dans les matériaux destinés au contact alimentaire Juillet 2015 Une importante revue scientifique américaine fait le point sur le problème de la contamination des aliments par les substances chimiques présentes dans les emballages et discute de la difficulté à élaborer des substituts plus sûrs.

L’étude de Muncke1 a montré l’an passé que pas moins de 175 substances chimiques dangereuses sont autorisées et utilisées dans les emballages alimentaires.

 

nocif.jpg

 

 

L’article2 publié dans la revue Environmental Health Perspectives (EHP) intitulé « A Hard Nut to Crack: Reducing Chemical Migration in Food-Contact Materials » passe en revue le problème de la contamination des aliments par les substances chimiques présentes dans les emballages alimentaires, le bisphénol A (BPA) étant la substance emblématique de cette pollution omniprésente.

Les débats scientifiques associés à certains des composés sont abordés et l’avis d’experts est donné sur les solutions de remplacement aux substances préoccupantes (ex : BPA).

Son auteur, Nate Seltenrich, met en avant la difficulté de trouver des substituts à ces composés nocifs parce qu’ils doivent être viables non seulement sur le plan scientifique mais également sur le plan économique. Plusieurs méthodes de tests pour détecter les perturbateurs endocriniens lors de la conception de nouvelles substances chimiques sont évoquées, notamment TiPED (USA), LIFE-EDESIA (Europe), mais aussi celle du géant de l’agroalimentaire Nestlé ou du fabricant de revêtements Valspar.

Seltenrich cite plusieurs sources de contamination possibles, dont les plastiques, le carton recyclé ou non [encres, huiles minérales], les adhésifs, les composés antistatiques etc.).

Enfin, il attire l’attention sur le fait que la contamination des denrées alimentaires et des boissons se fait aussi durant leur stade de transformation, c-à-d avant qu’elles ne soient emballées ou placées dans des contenants.

C’est le cas notamment de l’huile d’olive, qui, selon une étude, est

contaminée aux phtalates quel que soit la nature du contenant

(verre, plastique, métal).

Mais on pourrait aussi citer le lait, vraisemblablement contaminé à la source

par les procédés de traite, l’alimentation des animaux etc.

La problématique va donc au-delà du seul emballage puisque la

contamination se fait aussi en amont de la chaîne alimentaire.

Voir l’alerte du RES sur :

http://ehp.niehs.nih.gov/123-A174/

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu