Avertir le modérateur

27/07/2016

Les rentiers de la CGT...

 

Chère amie, Cher ami,

Voici la lettre que mon père m'écrirait si j'étais le secrétaire général de la CGT :

« Cher Philippe,

Il est temps pour moi de te dire stop !

Oui Philippe, c'est parce ce que je me lève tous les matins pour faire vivre notre famille, que tes amis et toi peuvent s'amuser à monter les Français les uns contre les autres.

C'est par l'argent que nous gagnons que vous pouvez paralyser notre pays déjà bien mal en point.

Toi et tes amis de la CGT, vous vivez comme des rentiers sur notre dos.

Philippe, cet argent que tu nous voles au travers de nos taxes et impôts nous serait pourtant bien utile, tu sais, pour agrémenter notre quotidien.

Je t'entends me dire que c'est grâce à toi que j'ai un travail et des congés payés.

Mais non Philippe, tu te trompes.

C'est parce que je m'en suis donné les moyens et que mon employeur m'a fait confiance.

Si tu t'étais occupé de me chercher un emploi, tu aurais bloqué, comme tu sais si bien le faire, toute discussion.

Tu aurais même placé un de tes petits camarades à ma place pour ensuite décourager mon patron !

Depuis qu'avec tes amis de la CGT tu as décidé de mettre le feu dans notre pays, tu m'obliges à me lever aux aurores pour aller travailler car je ne sais pas à quelle sauce vous allez me manger.

Tes camarades bloquent raffineries, transports, routes, centrales nucléaires…

Vous paralysez les petites entreprises ! Je vois bien que vous êtes bien loin des réalités économiques…

Philippe, crois-tu que la situation de notre pays puisse te permettre de jouer ainsi ?

Comme tu ne sembles pas vouloir recouvrer la raison, j'ai décidé de te couper les vivres. Je demande à l'ensemble des Français de faire de même !

Tu ne sembles pas comprendre que c'est avec notre argent que tu freines le dynamisme dont la France a tant besoin.

Je longe les murs car je ne peux plus soutenir les regards de nos voisins qui voient en moi un père indigne qui n'a pas su t'inculquer les valeurs de travail, de responsabilité mais surtout de fierté pour notre pays.

Alors, je décide de sonner la fin de ta récréation.

Je demande donc aujourd'hui à ce que plus aucun syndicat ne reçoive un seul euro d'argent public.

Tu fais semblant de ne pas savoir, mais 54% de ton argent vient de mes impôts !

J'en profite aussi pour te dire que les Français et moi ne sommes pas dupes et savons que, main dans la main avec le MEDEF, vous avez négocié avec le gouvernement en 2014 une généreuse « taxe syndicale » prélevée directement sur la fiche de salaire de chaque travailleur…

Un comble de m'obliger à financer tes caprices sans me demander mon avis !

Alors là aussi Philippe, je te dis stop ! Tu n'auras plus un sou de ma part.

Il est temps pour toi et pour l'ensemble de tes camarades de grandir et d'agir par tes propres moyens.

Je demande à tous les Français de s'associer à ma démarche en signant maintenant.

C'est pour ton bien Philippe !

Papa. »

REC :

Je signe mais ne trouve pas la démarche très subtile... 

Car ce n'est pas seulement aux syndicats qu'il ne faut plus rien donner, mais c'est aussi et encore pire, aux partis politiques et aux politiciens qui récupèrent de l'argent suivant le nombre de votants lors des élections...

 

 

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu