Avertir le modérateur

04/01/2017

Lycéen poignardé...

 

Lycéen poignardé à Marseille : une dispute à l'origine du drame !

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/12/01/01016-20161201ARTFIG00300-marseille-un-lyceen-de-16-ans-tue-au-couteau-devant-son-lycee.php

Il suffit de piocher parmi les témoignages que nous recevons de toute la France pour prendre conscience du niveau de stress et de violence qui est devenu la norme dans les établissements : tabassages collectifs, insultes, violences contre les personnels enseignants ou des directeurs...

Il y a 6 ans déjà, un sondage de VSD révélait que 46 % des parents ont peur d’envoyer leur enfant à l’école.

Pas par peur des attentats : mais parce que l’école n’est plus aussi sûre qu’avant, à cause des autres élèves et de l’absence de réaction des adultes.

La violence a bel et bien explosé depuis une vingtaine d’années.

Oui, je sais... certains disent que les bousculades et les bagarres ont toujours existé. Mais il ne s’agit plus de cela.

Il suffit de jeter un œil à la presse. Rien que pour le mois d’octobre 2016 la liste est effarante :

 

 

cocktails Molotov lancés sur un lycée de Tremblay-en-France dont le proviseur a été violemment agressé ;

 

élève s'en prenant à son professeur au point de lui casser la mâchoire dans un lycée professionnel de Calais ;

 

enseignant passé à tabac en pleine rue à Argenteuil au moment où il ramenait sa classe dans son établissement ;

 

tentative d'étranglement d'un professeur à Lyon, coup de poing contre une prof au lycée international de Colomiers près de Toulouse, etc.

 

Incendies volontaires, agressions sexuelles, injures, et, de plus en plus souvent, tentatives de meurtre, la violence atteint dans nos écoles des niveaux proches de l’insurrection.

REC :

Faut-il se taire et baisser son froque comme savent si bien le faire nos politichiens ?

Le public semble quelque peu indifférent face aux policiers qui manifestent dans les rues.

Pourtant, ils sont en premières lignes et depuis Sarkozy, les effectifs ont été réduit de moitié alors qu'avant c'était déjà difficile de travailler !

C'est tellement plus facile de nommer des hauts fonctionnaires qui ne servent à rien...

Quand aux dysfonctionnement mêmes au sein de la police nationale, c'est lié à l'incompétence des gradés qui ont plus de facilités à remplir des questionnaires qui leurs apportent des primes que d'en assurer les effectifs sur place...



 

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu