Avertir le modérateur

18/06/2017

Lâchez vos pets...

 

Arrêtez de Vous Retenir ! Voici les 7 Bienfaits DES PETS sur la Santé.

http://www.comment-economiser.fr/arretez-de-vous-retenir-...

 

 

 

17/06/2017

Veille nano N°17.

Bonjour,
 
La Lettre VeilleNanos n°17 est parue ! 
 
Elle propose un éclairage détaillé sur le dossier nano et alimentation, ainsi qu'une sélection des points saillants des semaines passées et à venir, en Europe et en France. 
 
Elle s’inscrit en complément des autres informations que nous relayons sur le site http://veillenanos.fr et sur nos réseaux sociaux (https://twitter.com/VeilleNanos  et https://www.facebook.com/VeilleNanos).

Vous pourrez la télécharger ici (et vous abonner gratuitement  pour recevoir automatiquement les prochaines). 
 
 

16/06/2017

Mesdames, arrêtez les talons...

5 bonnes raisons d’arrêter de porter des talons !

Les talons peuvent nous aider à avoir des jambes plus stylisées, mais ils génèrent également des difficultés de circulation sanguine et sont responsables de l'apparition des veines variqueuses.

STOP Hauts talons...

https://amelioretasante.com/5-bonnes-raisons-darreter-de-...

 

 

15/06/2017

Yaourts et poids...

Devenez XXL
avec des yaourts...

C’est un joli pavé dans le pot de yaourt qu’a lancé un chercheur français dans la prestigieuse revue scientifique « Nature » de septembre 2009. Pour Didier Raoult, patron du labo de virologie de la Timone à Marseille, les yaourts et autres boissons lactées farcis aux probiotiques que l’on nous fait avaler depuis près de 20 ans auraient une grosse part de responsabilité dans l’épidémie d’obésité qui frappe les enfants.

Voici l’expérience qu’a effectué le professeur Didier Raoult, : il a pris des poussins d’une semaine et leur a donné chaque jour du Lactobacillus Fermentum, probiotique que Danone saupoudre généreusement dans tous ses yaourts. Quatre semaines après, les poulets étaient devenus monstrueux, dépassant de 30% la taille normale. De plus, ce qui n’a pas été mentionné, c’est que les dites volailles étaient devenues particulièrement agressives.

La question que se pose le professeur est de savoir si tous ces produits laitiers boostés aux probiotiques dont on gave les jeunes n’auraient pas leur part de responsabilité dans l’épidémie d’obésité actuelle. Selon les statistiques, les français ingurgitent par an en moyenne 20 kg de yaourt à l’ACTIVIA (bifido-bactérium) ou à l’ACTIMEL (lactobacillus casei). Ceci éclaire en outre le mystère de toutes ces femmes qui n’arrivent pas à maigrir alors qu’elles disent manger à peine, c'est-à-dire seulement quelques yaourts chaque jour...

Les probiotiques que Danone ajoute à tout va dans divers yaourts sont ces bactéries censées « booster » les défenses immunitaires. On en trouve plus de 1 milliard par pot d’Activia ou d’Actimel. Le hic est que ces bonnes bactéries « actives et vivantes », dixit Danone, sont les mêmes que celles utilisées depuis longtemps dans les élevages industriels comme activateurs de croissance pour faire grossir plus rapidement cochons et poulets. Un porc ainsi gavé de probiotiques, c’est plus de 10 % de gagné sur la balance. Danone pousse donc à « élever » nos enfants comme des cochons ou des poulets… Peut-être en vue de les manger ensuite ?

En fait, en début d’année, des chercheurs ont eu l’idée de comparer la flore intestinale des obèses et des non-obèses. Et là, surprise, les premiers étaient bourrés de probiotiques - ceux qu’on trouve justement dans les yaourts « santé plus ». Didier Raoult commente : « On a autorisé pour l’alimentation humaine des activateurs de croissance utilisés dans les élevages, sans chercher à savoir quel serait l’effet sur les enfants ». Du coup, celui-ci réclame maintenant des études pour connaître le rôle précis de TOUS les produits lactés dans l’épidémie d’obésité infantile.

Je me réjouis en tant que "grand pourfendeur depuis des lustres des produits laitiers", de constater que la science (indépendante) me donne une fois de plus raison avec cet aspect négatif nouveau qui vient s’ajouter à la liste déjà connue des graves inconvénients de ce type de consommation (décalcification, arthrose, caries, acidose, adénome prostatique, mastose des seins, inflammations ORL, activation des cancers, bref ! il n’y a que du mal à prendre...).
 
La seule utilisation logique du lait de vache prévue par la nature, c’est de faire grandir les veaux. Et le calcium ? Mensonge commercial !!!. Renseignez-vous… seules les populations du monde qui ne consomment pas de produits laitiers n’ont aucun problème de calcium !

Je m’abonne au Contr’Infos

 

 

14/06/2017

Histoire des guerres vendéennes...

 

Vidéo historique :

Jean-Joël Brégeon : « Les guerres de Vendée, la plus sanglante des guerres civiles en France »

 

http://www.breizh-info.com/2017/05/28/70557/jean-joel-bre...

 

 

 

 

13/06/2017

Métaux lourds...

Métaux lourds : votre corps est-il contaminé à 90 % ?


Chère amie, cher ami, 

Sans être systématiquement hypochondriaques, chacun d’entre nous veille sur sa santé ; certains s’observent quotidiennement, d’autres veulent devenir centenaires. 

Pour contrôler notre état de santé, on peut faire des analyses pour vérifier si un début de maladie ne viendra pas troubler le quotidien. Pour cela, il faut procéder par ordre et s’attaquer aux agresseurs les plus fréquents. 

Croyez-en ma longue expérience, à la toute première place se trouvent les métaux lourds ! 

Et pour vérifier si moi-même je n’étais pas atteint par ces métaux toxiques, je me suis rendu chez une naturopathe qui dispose d’un oligoscan, l’appareil qui les détecte. 

Surprise ou plutôt… catastrophe ! 

Mon organisme est inondé de ces agresseurs intrus. L’appareil a détecté 90% sur 100% (limite extrême). Cela s’explique sûrement parce que je mange beaucoup de poisson ! Or, c’est justement dans les poissons et crustacés qu’on en trouve systématiquement. 

Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons tant exposé notre organisme à un si vaste déluge d’agressions. 

D’ailleurs, la plupart des maladies contemporaines n’existaient pas il y a un siècle ! 

Nous vivons dans un environnement chimique : des milliers de produits toxiques baignent notre quotidien ; des sources de pollutions diverses encrassent l'organisme en permanence par différentes infiltrations. 

Et le plus terrible, c'est que nous nous polluons principalement en respirant, en mangeant et en nous soignant : 

  • Nous nous imprégnons de métaux toxiques en respirant les gaz d'échappement des automobiles, les émissions aériennes des processus industriels, de la combustion du pétrole, du charbon, des végétaux, les émanations des incinérateurs d'ordures ménagères, des déchets miniers et industriels... 

  • Nous ingérons des toxiques en mangeant des aliments contaminés, résultat des pratiques agroalimentaires modernes stimulantes à l'excès, par l'utilisation à long terme de composés chimiques pour la protection des plantes. Ce qui a mené à l'explosion des quantités de cuivre, de mercure, de cadmium et de plomb dans les sols et les cours d'eau, contaminant les aliments. Il n'y a plus de poisson sans mercure et pas de pain sans cadmium, plomb et mycotoxines, de pâtes sans aluminium, de café sans cuivre, de lait et de fromage sans plomb... On ne trouve plus de frites sans mycotoxines et beaucoup d'acrylamides (principe cancérigène), ni de vin (même bio) sans sulfites (noyau métallique soufré) en quantité... Nous nous infestons de toxiques en buvant des jus de fruits, de l'eau dans des bouteilles en plastique, en récurant notre vaisselle et notre domicile, en cuisant au micro-ondes, en lavant notre linge... 

  • Nous empoisonnons notre organisme avec des métaux lourds et des toxiques en nous soignant préventivement par les vaccins dont les adjuvants contiennent du mercure et/ou de l'aluminium, en subissant depuis des générations l'obturation des caries par des amalgames dentaires contenant du mercure et de l'argent, ou en consommant certains médicaments... 

La qualité de l'alimentation conditionne celle des tissus et cellules du corps (os, tendons, ligaments, muscles, artères, veines, nerfs, etc.). 

Votre assiette va donc conditionner votre état de santé générale, à savoir l'état du terrain, sa résistance et sa vitalité. 

Notre corps doit aujourd’hui combattre sur tous les fronts : stress, anxiété, sédentarité, pollution de l’eau et de l’air, toxines, aliments dévalués, tabac, alcool, tranquillisants, hormones, colorants, additifs, etc. 

Mais la pire des pollutions, selon moi, restent les métaux lourds ! 

Plutôt que « métaux lourds », l'appellation « métaux toxiques » serait plus correcte. Elle englobe l'ensemble des métaux et métalloïdes présentant un caractère toxique pour la santé et l'environnement : plomb (Pb), mercure (Hg), arsenic (As), cadmium (Cd), nickel (Ni), zinc (Zn), manganèse (Mn), brome (Br)... pour ne citer que les plus connus. 

Certains comme le cuivre, le zinc, le chrome sont nécessaires à l'organisme en petites quantités, mais deviennent toxiques à doses plus importantes ou en association avec d'autres toxiques. 

Dans l'organisme, les métaux lourds sont bel et bien ces petites quantités qui font les grandes catastrophes

Ils sont partout. Liés à différents supports anodins, ils ont une fâcheuse tendance à s'accumuler dans l'organisme et à provoquer des maladies et/ou à accélérer le vieillissement, voire la dégénérescence. 

La liste de vos pires ennemis

Voyons ensemble les pires « ennemis » à éviter : 

Le mercure

Neurotoxique, le mercure diminue les capacités mentales et cognitives et est toxique pour la reproduction. L'apport alimentaire, sous forme de méthylmercure, se fait par les poissons prédateurs (thon, espadon), mais on peut aussi y être exposé par inhalation lorsqu'une ampoule à basse consommation se brise. Il est aussi présent dans certains amalgames dentaires appelés « plombages » et peut migrer vers le cerveau par le nerf olfactif. 

Le cadmium

Émis par les volcans, mais aussi par les activités industrielles, il est parfois présent dans l'eau et les aliments (riz, végétaux à feuillage vert, poissons). Il est également présent dans les piles, la fumée du tabac, les panneaux photovoltaïques, les pigments, la céramique ou l'émail. C'est un cancérigène avéré pour le rein, la prostate et les poumons. 

L’arsenic

Élément naturel se comportant comme un métal, on le trouve dans l'eau, les sols ou l'air. Il peut provenir des volcans ou d'activités humaines (certains pesticides, exploitation minière) et de la fumée de tabac. Il est cancérigène avéré pour la peau, les poumons, la vessie ou les reins. 

Le nickel

On le trouve dans certains aliments (cacao, soja, céréales) et dans l'industrie, mais aussi dans les portables, les bijoux et les piercings qui peuvent être allergisant pour la peau. Les composés du nickel sont cancérigènes avérés pour les poumons et la cavité nasale, et le milieu professionnel est particulièrement touché. 

Il est impossible d’éviter totalement ces métaux lourds. Mais il est possible de les limiter… et de vous protéger de leurs effets. 

Devant cet assaut de polluants comment s’en sortir ?

La priorité, c’est de prendre soin de votre système digestif. 

1. Prenez soin de votre intestin, le « maillon faible »


La digestion des aliments, leur assimilation et l’élimination des toxines repose sur trois éléments fondamentaux : 

  • Le microbiote intestinal (la flore intestinale), composé principalement de « bonnes bactéries » ; 

  • La muqueuse intestinale, qui peut être agressée par certains aliments (gluten…), voire devenir poreuse : des toxines peuvent alors passer dans le sang au lieu d’être éliminées ; 

  • Et le système immunitaire intestinal, essentiel pour trier le bon grain de l’ivraie. 

Dans tout ceci, c’est votre intestin grêle qui est l’organe clé. 

Pour le préserver, il faut privilégier les fruits et légumes bio, réduire ou supprimer le sucre ainsi que les céréales à indice glycémique élevé (pain, pâtes, riz blanc) et éviter les laitages, surtout si vous êtes intolérant au lactose. 

Pour donner un coup de pouce à votre intestin, vous pouvez prendre des enzymes digestives en cas de digestion difficile, et des probiotiques pour améliorer votre flore intestinale. 


2. Le foie 

Le foie est le partenaire incontournable de l’intestin. 

Toute perturbation de l’un se répercute sur l’autre. Cet organe effectue un nombre impressionnant de transformations chimiques. Il reçoit, traite et filtre le sang qui provient du tube digestif. 

Pour soutenir un foie malmené, vous pouvez faire appel à des extraits de chardon marie (très efficace). Une autre plante, le Desmodium adscendens, est précieuse pour protéger votre foie en cas d’agression sévère (chimiothérapie, médicament qui agresse le foie… et métaux lourds).


3. Les émonctoires 

En troisième lieu, je vous conseille vivement de « libérer » vos émonctoires. 

Les émonctoires sont des organes de sécrétion et d’élimination : intestins, reins, vésicule biliaire, peau, poumons. Ils sont intoxiqués et parfois bloqués. 

D’abord, il faut… transpirer ! Par le sport ou par du sauna infrarouge, la transpiration est une des meilleures voies pour éliminer les métaux lourds. 

Vous pouvez aussi : 

  • Protéger les reins et les voies urinaires par la racine d’ortie, les sommités fleuries de bruyère, l’aubier de tilleul. 

  • Protéger l’intestin et surtout la muqueuse de l’intestin grêle par la décoction ou l’extrait sec en gélules de la feuille d’olivier. 

  • Stimuler le drainage hydrique par un apport quotidien majoré surtout sous forme de tisanes et de thé vert, et de décoctions de queues de cerise. 

Que faire si votre corps est intoxiqué de métaux lourds

Si des analyses confirment l’excès de métaux lourds dans votre organisme*, vous avez à votre disposition plusieurs merveilles de la nature pour vous en décharger. 

La chlorella 

Les nombreuses recherches ont montré les effets bénéfiques de cette algue lors d'une détoxination aux métaux lourds. La membrane fibreuse de la chlorelle absorbe de nombreux polluants présents dans l'environnement ou les aliments, et dont nous nous nourrissons : métaux lourds, pesticides, insecticides, engrais chimiques... 

En aidant l'organisme à s'en débarrasser par les voies naturelles, la chlorophylle de cette algue assure, tant par sa qualité que par sa quantité, une oxygénation maximale des tissus et un assainissement efficace de la flore intestinale ; autant de vertus qui font de la chlorelle un des nettoyeurs majeurs de l'organisme. 

L'ail des ours

L'ail des ours est un désintoxiquant majeur dans les pathologies induites par le mercure dentaire. Il protège les globules blancs et rouges contre l'oxydation due aux métaux lourds. 

Grâce à ses composants soufrés, il solubilise le mercure et d'autres métaux, rendant ainsi possible leur élimination. Il contient du sélénium, chélateur des métaux lourds par excellence. 

La pectine des fruits

La pectine des fruits et autres fibres naturelles (pommes, céréales complètes, graines de tournesol et de citrouille, noix, légumineuses, soja fermenté) transforme le plomb en sels métalliques insolubles et inabsorbables, donc excrétés. 

Portez-vous bien ! 

Dr Jean-Pierre Willem 

 

 

 

 

12/06/2017

Corruption d'ÉTAT...

L'observatoire de la corruption :

Chère amie, Cher ami,

C’était une promesse du candidat Hollande en 2012, mais c’est le président Macron qui l’applique cette année : dès leur nomination mercredi, les membres du gouvernement se sont vu donner un mois pour quitter leurs mandats locaux en cours.

Sont notamment concernés Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi que président de Bretagne, François Bayrou, ministre de la Justice et maire de Pau, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur et maire et président de la Métropole de Lyon, ainsi bien sûr que le premier d’entre eux, Édouard Philippe, maire du Havre.

Ce délai d’un mois amène les ministres concernés au lendemain du second tour des élections législatives, où, en cas de défaite de la majorité, ils seraient à peu près assurés de perdre leur portefeuille ministériel. On peut donc y voir un gilet de sauvetage peu compréhensible pour l’éthique, mais bien dans les pratiques politiques françaises que le nouveau chef de l’État se faisait pourtant fort de révolutionner.

Si l’on peut saluer la décision d’Emmanuel Macron, qui contrairement à son prédécesseur tient parole (Jean-Yves Le Drian était à la fin du quinquennat Hollande ministre de la Défense et président de Bretagne), on peut regretter qu’il ne s’agisse là que du fait du prince, et non d’une volonté de graver ce principe dans le marbre. Bien que la première loi qui sera déposée par le gouvernement Philippe (s’il sort vainqueur des législatives) concerne la moralisation de la vie publique, il n’a pas jusqu’à présent été question d’étendre la règle du non-cumul des mandats aux ministres (qui détiennent certes un portefeuille et non un mandat, mais devraient en toute logique se consacrer au premier à plein temps).

La nécessité d’une garantie législative

Or, ce serait un garde-fou appréciable. Rappelons que Jean-Yves Le Drian, qui était déjà président de Bretagne avant l’élection de François Hollande en 2012, avait à l’époque démissionné… avant de revenir à Rennes à la faveur des élections régionales de décembre 2015. Au terme d’une année où la France avait vécu deux vagues d’attentats inédites (Charlie Hebdo et Bataclan), le ministre de la Défense se préoccup ait d’assurer son avenir politique en cas de non-reconduction au gouvernement en 2017… et le président Hollande reniait là, comme dans d’autres domaines, l’une de ses promesses de campagne.

Sans inscription dans la loi de l’interdiction d’une telle pratique, quelle garantie avons-nous qu’Emmanuel Macron ne va pas lui aussi changer d’avis après les élections municipales de 2020 et celles, départementales et régionales, de 2021?

Le problème des intercommunalités

Par ailleurs, bien que leur cas soit moins médiatisé, se pose le problème des élus locaux et régionaux qui cumulent plusieurs mandats territoriaux. C’est ainsi que Xavier Bertrand et Christian Estrosi, qui avaient promis de se consacrer pleinement à leur région (respectivement Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur) après leur élection de décembre 2015, sont restés présidents d’intercommunalités, Saint-Quentin pour le premier et la Métropole de Nice pour le second. Estrosi a poussé le vice jusqu’à rester de facto maire de Nice… avant de le redevenir officiellement ce mois-ci, tout en envisageant de rester « président délégué » de PACA.

Les intercommunalités étant de plus en plus le lieu réel du pouvoir local au détriment des communes, il serait judicieux que les mandats exécutifs qui les concernent soient ajoutés à la liste des fonctions incompatibles avec un mandat parlementaire (ou portefeuille ministériel, pour poursuivre la logique de l’Élysée). Et, plus généralement, que le cumul de mandats locaux entre eux soit également interdit par la loi, comme le montre le problème éthique que soulève le cas d’école Estrosi.

Nous serons donc très attentifs au contenu du projet de loi de moralisation de la vie publique qui sera déposé fin juin, et ne manquerons pas de faire pression sur les députés et sénateurs afin que ceux-ci votent une pleine interdiction du cumul des mandats, proposition de longue date de Contribuables Associés.

MERCI pour votre aide.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu