UA-112799694-1

Avertir le modérateur

11/08/2008

Graines d'assassins !

COMPLICITES ASSASSINES !

 

Maîtres du monde et dirigeants assassins grâce à la complicité des peuples naïfs.

Serons nous tous coupables aux yeux des générations futures ?

 

NON !  Je m'y refuse et la seule façon de le proclamer c'est de se battre corps et âme contre un système qui n'est bâtit que dans la continuité des siècles passés à asservir le peuple dans le seul but d'enrichir les puissants.

 

La seule différence se joue dans l'illusion qui nous est donné de croire en une plus grande prospérité alors que celle-ci n'est qu'un rêve construit sur le dos et le malheur de hommes et des femmes esclaves de ce monde.

 

Oui, pour l'instant nous mangeons à notre faim alors que d'autres pour notre bien être se contentent d'un bol de riz sans savoir si la fin du mois leur permettra d'en obtenir pitance !

 

Sécurisés par leurs trésors, nos responsables trop enclins à spéculer ne prendront pas le taureau par les cornes, et la baisse du pouvoir d'achat va se poursuivre, ce qui va encore augmenter la misère.

 

Certes, c'est intimement lié à l'avenir incertain du pétrole dont nos sociétés en ont fait une clef de leur économie.

Mais c'est surtout à cause de leur avarice et des budgets d'Etat dilapidant  les ressources citoyennes que le puit c'est tarit ! 

En effet, pour maintenir leurs gains et la dépendance des peuples envers des produits chimiques de leurs propres conceptions. (Pétrole, chimie, agroalimentaire, pharmaceutique, automobile…)

Les puissants ont réussi à asservir l'homme en le flattant de gadgets derniers cris qu'une technologie croissante a contribué à implanter dans une société de consommation où chacun pour soi rime avec confort !

 

Le retour de la médaille c'est que certaines ressources s'épuisent et que d'autres ont complètement dénaturés notre environnement.

Les mesures qui auraient dues être prises en faveurs des technologies saines n'ont jamais vu le jour parce qu'elles risquaient de réduire les bénéfices engendrés par toutes celles porteuses de mort que nous retrouvons dans l'air ou dans nos assiettes !

 

Le peace an love des années 68 s'est vu absorbé par la mise sur le marché de congés supplémentaires, de facilitées à l'accession immobilière orientant à nouveau comme un joyaux, et verrouillant un mouvement qui prônait déjà l'anti-mondialisation.

 

Une société sans guerres, vivant d'amour et d'eau fraîche, limitant les pollutions en se rapprochant de la nature n'était que le signe avant coureur de la fin de l'esclavage donc des profits des lobbyings.

La seule erreur fût pour cette dernière de confondre musiques, oisiveté et drogues.

 

Ainsi, la machine à fomenter de la chair à canon repris le dessus, ce qui nous vaut ces conflits meurtriers incessants.

Pourtant, malgré les images TV omniprésentes de plages jonchées de morts. De villages détruits où gisent femmes et enfants que nos dirigeants ont lâchement condamnés. La folie meurtrière des multinationales prête à tout pour maintenir leurs gains n'a pas de limites.

 

Plutôt que de laisser se développer des technologies propres qui plus est permettraient à chacun d'entre nous de retrouver une parfaite indépendance au système.

L'Etat nous vend du nucléaire, du gaz, de la bio-merde de carburants, bientôt de l'hydrogène dans le seul but de mieux traire ses vaches à lait !

 

Et dans la gadoue jusqu'au coude dans laquelle se débat un peuple asservit, naïf, désinformé, les mesures superficielles d'un Gremerde de l'environnement ralentissent la prolifération des technologies propres telles que les voiture à eau ou à air comprimé, le solaire ou l'éolien ou bientôt sera nécessaire une dérogation pour vivre en harmonie avec la nature…

 

Une maison passive ou un véhicule se rechargeant grâce au solaire ne rapporte rien à l'Etat !

Une législation en faveur de non prolifération de véhicules de plus de 50 cv et de vitesses limitées d'usine à 100 km/ h tout comme une voiture électrique solaire qui aurait un moteur quasi inusable ne sied pas à l'industrie automobile !

Une alimentation saine sans OGM ni pesticides ne rapporte rien aux lobbying de la pétrochimie !

 

Devons nous continuer de subir cette vente forcée qui nous pousse vers la ruine et le déclin de l'espèce tant humaine qu'animale ?

La masse est inquiète mais n'ose pas prendre parti tant les différents régimes politique ont causés la négation de ce qu'un peuple est en droit d'attendre de ses dirigeants.

A force de bouffer au quotidien des laitages pleins d'antibiotiques, des fruits et légumes poussés à l'extrême de leur développement, c'est à croire que nous avons perdu tous les neurones de la révolte.

La révolution fait peur parce qu'il a toujours fallut que les pauvres prennent le pouvoir contre des monarques bien armés.

 

C'est un fait, il est plus facile de bouger les meubles de son salon que des notables ancrés tels des morpions à leurs statuts privilégiés !

Pourtant, si tous les esclaves faisaient ensemble un petit pas, ils s'apercevraient que les chaînes qui les tenaillent ne les empêchent point de bouger !

 

Le boycott tout comme l'internet, la seule arme qui n'a jamais tué personne de bonne volonté, faut-il encore avoir le courage de l'utiliser.

Comme le mentionnait un internaute, le joyau des J.O. c'est bien ce peuple que l'on montre dans de fastueux décors afin de mieux masquer la misère qui règne dans les campagnes !

 

R.E.C. avait demandé de regarder l'ouverture qui serait grandiose mais de boycotter les épreuves. C'est vrai, c'est pas facile et encore moins pour moi qui suis prof de sport. Mais n'est-ce point le seul respect que nous pouvons offrir en honneur à tous les peuples qui souffrent ?

Si pour ce petit effort chacun se dit que les autres n'ont qu'à le faire, comment arriverons nous à lutter ensemble contre le nucléaire, les OGM ou les pesticides parmi toutes les autres causes tels que les droits de l'homme ?

 

Nous savons depuis longtemps que la cause première de la mortalité se trouve dans nos assiettes. Si l'on se dit qu'il faut bien mourir de quelque chose, à quoi bon lutter pour un affichage précis sur les composants des consommables ?

 

Depuis trente ans, la biodiversité s'amenuise et nous développons de nombreuses allergies liées aux aliments et à l'air que nous respirons. Les animaux plus proche de la nature que nous avons bétonné sont les premières victimes, mais qu'en sera-t-il des générations futures, voyez la faiblesse des antibiotiques ?

 

Si personne ne prend conscience que chaque jour pour notre consommation, près d'un demi milliard d'animaux est abattu. Et que pour satisfaire le lobbying agroalimentaire et les éleveurs, nous allons avec les pays en développement doubler ce massacre sachant que c'est aussi au détriment de l'eau !

 

Certes, c'est très dur d'arrêter de consommer de la viande, il faut le faire progressivement et surtout déprogrammer l'alimentation de nos enfants.

L'homme se nourri de viande depuis la nuit des temps parce qu'il n'avait pas d'autres moyens pour survivre.

Mais aujourd'hui, c'est devenu un business totalement inutile qui a fini par banaliser la mort animal tout comme l'actualité au quotidien banalise les attentats.

Le respect de la planète doit passer par une multitude de remises en causes que nos dirigeants ne sont pas prêts à assumer ceci par simples profits.

Ce respect de tout ce qui vie, ce que l'école refuse d'enseigner à nos enfants, devons nous l'occulter plus longtemps ?

 

Nos gentils chérubins, scotchés à leurs Playstations ne risquent-ils pas de devenir les futurs clones de l'internet ou depuis chacun chez soit, le mot sentiment n'existera plus ?

 

Si vous voulez du changement, il va falloir s'attaquer aux gros groupes qui tirent les ficelles auxquelles nos pantins de politiques sont reliés tels des marionnettes !

 

-  Boycott des véhicules neufs tant que nous n'aurons pas une voiture à 5 000 € qui fonctionne à air comprimé comme en Inde.

-  Boycott de toutes les grandes marques tels Danone ou Carrefour ou Casino tant que ne seront point inscrit sur les produits la teneur en sel, en mauvaises graisses, en pesticides, en OGM et ceci lisible sans loupe !

-  Investissons en masse dans les panneaux solaires ou l'éolien afin de lutter contre la marchandisation du nucléaire.

-  Ne prenons plus l'autoroute tant qu'il sera aussi cher ! Cela fait partie de nos impôts, il devrait être gratuit si l'Etat n'en avait pas donné la gérance au privé !

- 

-  Développons le commerce de proximité tout comme nous avons cru bon de développer le commerce équitable. Boycottons les produits qui proviennent de l'étranger issus d'entreprises françaises qui ont délocalisées.

 

Si vous avez d'autres idées, faites le savoir. La rentrée de septembre doit être le début d'un changement que nos dirigeants n'osent inventer.

Patrick.

10/08/2008

Divers en été !

Une vidéo sur la fin proche du pétrole :

http://www.dailymotion.com/lenerver/video/x1fsmi_fin-du-p...

Un article clair sur le trou de la sécu, version compta, que je te signale :
http://www.rue89.com/2008/07/29/comment-combler-le-defici...

Patrice Hénin

LA MAL-POLITIQUE...

 

** Sondomanie estivale  **
- 2 août 2008
55 mesures passées au crible. Sarkozy au banc d’essai Le 11 juillet
2008, sous ce titre menaçant, Le Parisien-Aujourd’hui en France publie
les résultats d’un sondage de l’institut CSA (100 % Bolloré depuis
le 10 juillet 2008) sur l’opinion des « Français » au sujet de la
première année du quinquennat. La publication de cette enquête et la
présentation de ses résultats par le quotidien du groupe Amaury mettent
en évidence les distorsions introduites par les médias eux-mêmes, en
plus des biais propres aux sondages. (...)
-> http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article...

** La cruauté et l’humour sinistre du ministre Bachelot **
par  Jean Dornac
- 1er août 2008
Lorsque je parle de la violence des pouvoirs, il va de soi que cette
violence prend diverses formes. Brutales par sa police, gardiens,
paraît-il, de l’ordre, mais surtout garant de la sécurité des
commanditaires et des amis du pouvoir, garants aussi des intérêts des
bailleurs de fonds. On a vu, l’autre jour que cette violence pouvait se
faire dans les mots employés, en discours ou par interviews (...)
-> http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article...

09/08/2008

Ennemis !

Ennemis de l’Empire
jeudi 31 juillet 2008

popularité : 2%

Ce sont les mêmes douteuses motivations, les mêmes mauvaises raisons, la même passivité coupable des citoyens et le même manque de réaction de la population ne se croyant pas concernée directement et personnellement qui ont causé ensuite les catastrophiques et monstrueux effets que l’on sait, mais que l’on oublie déjà, lors de ce qu’on a appelé depuis la seconde guerre mondiale. Continuons donc sur la même voie, mais ne venons surtout pas nous plaindre ensuite de n’avoir pas été éclairés des magouilles, grenouillages et tripatouillages des lois aménagées, falsifiées et détournées à notre barbe, sous nos yeux et avec notre accord tacite en vue de mettre en place ce "meilleur des mondes" tel qu’on nous l’avait pourtant abondamment décrit en nous secouant le tocsin il y a de cela déjà pas mal de temps… Mais vous, Chers et si peu concernés compatriotes, vous ne le sentez pas frissonner ce sournois durcissement autoritaire et fascisant des lois républicaines et le museau hideux de la bête insidieusement mais sûrement pointer sa truffe sombre surplombant ses crocs acérés et dépeceurs de démocratie ?

(Michel Berthelot)

Pour en savoir plus ;

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article...

08/08/2008

Que restera-t-il ?

LA TERRE VU DU CIEL....BIENTOT UN CIMETIERE     !!!!

En 30 ans, nous avons perdu près de 30 % de tout ce qui vit sur Terre. Source : http://wwf / www.wwf.fr

Dans son rapport Planète vivante, le Fonds mondial pour la nature (WWF)  a livré une estimation de l'état des écosystèmes naturels de la planète, notamment forestiers, aquatiques et marins. Ce chiffre de 30 % sur 30 ans est une moyenne. Pour les écosystèmes d'eau douce, la perte est de 50 %, pour les écosystèmes forestiers, elle est de 10 %, pour les écosystèmes marins, 30 %.

Une espèce sur 4 est menacée chez les mammifères, Une sur 8 chez les oiseaux, Une sur 3 chez les poissons ou les amphibiens. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) /
http://www.uicn.org

Mise à jour en 2006, la liste rouge des espèces menacées à l'échelon mondial, dressée par l'UICN, comporte 16 119 espèces.

En 100 ans, 50 % des zones humides ont disparu. Source : Convention de Ramsar /
http://www.ramsar.org

Depuis 1900 la moitié des zones humides du monde ont disparu. Ce sont des milieux où l'eau se mêle à la terre. Les zones humides rassemblent les tourbières, les étangs des plaines intérieures, les prairies humides alluviales ou encore les marais littoraux, les forêts humides et jusqu'aux plus petites mares.

Il ne reste que 6000 tigres en Asie. Alors qu'ils étaient 100 000 il y a un siècle. Source ; Convention de Washington /
http://www.cites.org

Les différentes estimations donnent une fourchette de 5 000 à 7 000 individus appartenant à 5 sous-espèces. Les tigres du Bengale sont les plus nombreux. L'aire de répartition du tigre va de l'Inde et de la Russie jusqu'en Chine et en Asie du Sud-Est. C'est un animal qui a besoin d'un vaste territoire, de 10 à 1 000 km2, selon l'abondance des proies. Les tigres de Sibérie ont besoin des plus vastes territoires. La chasse au tigre est à présent partout illégale et le commerce international des tigres et de leurs produits est complètement interdit par la Cites. Pourtant , la destruction de l'habitat continue à un rythme rapide, des tigres vivants sont vendus illégalement dans le commerce des animaux de compagnie exotiques, des peaux de tigres sont vendues et achetées, et certaines parties de cet animal sont recherchées comme apportant un bénéfice présumé pour la santé.

L'homme n'est qu'une espèce parmi les deux millions officiellement recensées. Source : Unep /
http://www.unep.org

Ce chiffre correspond aux espèces décrites par les scientifiques, soit quelque 1,75 million d'espèces. On découvre et on nomme environ 15 000 espèces par an. Chez les vertébrés (poissons, oiseaux, reptiles, amphibiens, mammifères), les espèces décrites sont 45 000. Il y en aurait peut-être au total 50 000. Les champignons sont moins bien connus : 70 000 espèces décrites sur le million qui existeraient sur la planète. C'est encore plus vrai avec les bactéries et les virus. Les estimations sur le nombre total d'espèces vont de 3 à 100 millions.

Dans les forêts tropicales humides vit 50 % de la faune et de la flore mondiales.

Ces sont dans les forêts tropicales humides que l'on recense la plus grande densité et diversité d'espèces.

Pour 3 milliards de personnes sur la planète, le bois est la principale source d'énergie. Source : Conseil mondial de l'énergie - WEC /
http://www.worldenergy.org

Il s'agit de tous les biocombustibles y compris le charbon de bois.

Dans le monde, chaque minute, 28 hectares de forêts sont détruits. Source : Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture /
http://www.fao.org

Par an,c'est l'équivalent d'un pays comme la Grèce. Selon les années, la déforestation touche de 13 à 15 millions d'hectares.

Dans le monde, 75 % de la population se soigne avec des plantes. Source : OMS /
http://www.oms.org

C'est variable selon les pays. En Chine par exemple, 30 à 50 % de la consommation totale de médicaments sont des préparations traditionnelles à base de plantes.

50 % de nos médicaments viennent de la nature. Source : Programme des Nations Unies pour l'Environnement /
http://www.pnue.org

Le paludisme tue 2 millions de personnes chaque année. Source : OMS / http://www.oms.org

En fait le chiffre serait, selon un rapport de l'OMS, de 1,1 à 1,3 millions de morts par an directement imputables au paludisme sur la période 1999/ 2004.

En Europe, 15 à 40 % des plantes auront disparu avant cent ans. Source : Programme des Nations Unies pour l'Environnement /
http://www.pnue.org

En Europe, 84 % des plantes cultivées dépendent directement des insectes pour leur pollinisation. Source : Institut national de la recherche agronomique/ http://www.inra.org

80 % des glaces du Kilimandjaro ont fondu en un siècle. Source : Professeur Lonnie Thompson, université de l'Ohio

Plus exactement entre 1912 et 2002.

Aujourd'hui, le rythme d'extinction des espèces est 100 à 1000 fois plus élevé que le rythme habituel. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) /
http://www.uicn.org

Si tout le monde consommait aujourd'hui comme un Français, il faudrait trois planètes pour satisfaire tout le monde. Source : $wwf / http://www.wwf.fr

40 % de la banquise arctique a fondu depuis 1960. Source : Nasa / http://www.nasa.org

Il s'agit du volume des glaces de mer et non de leur surface. La Nasa a mesuré une diminution de l'épaisseur moyenne de cette banquise. La diminution de sa superficie est de 15 %.

Il reste aujourd'hui 22 000 ours blancs sur la planète. L'espèce pourrait disparaître d'ici 100 ans. Source : Union mondiale pour la nature (UICN) /
http://www.uicn.org

L'UICN donne une fourchette de 20 à 25 000 individus. La disparition dans un siècle serait concomitante avec celle de la banquise arctique sous l'effet du changement climatique.


http://bellaciao.org:80/fr/spip.php?article69705       Reçu de ;  http://terresacree.org

 

07/08/2008

Dead Francafrique !

La mort de la Françafrique (1/2)  

Par                  http://appeldu18janvier2008.wordpress.com

Le déclin en Afrique de l’influence occidentale en général, et de la France en particulier, est indéniable. L’Occident a allégrement pillé l’Afrique jusqu’aux indépendances, puis chacun s’est contenté de pérenniser son pré carré, au besoin en soutenant les pires autocrates, parfois éclairés comme Senghor au Sénégal, parfois éclairés mais assassins comme Houphouët-Boigny en Côte-d’Ivoire (responsable du massacre prémédité de 4000 à 6000 personnes dans le village de Guébié en 1970). On peut également ajouter que la France s’est faite championne en matière de soutien aux putschistes : le général Gnassingbé Eyadema au Togo (1967), le général Lansana Conté en Guinée (1984), le capitaine Blaise Compaoré au Burkina-faso où la France s’est rendue complice de l’assassinat en 1987 de Thomas Sankara, leader charismatique et éclairée, mais trop communiste aux yeux de Paris. Sans oublier Idriss Déby au Tchad qui ne doit sa prise du pouvoir en 1990 qu’à l’appui de la France…

Cependant, ce que l’afro-réalisme et la guerre froide justifiaient, l’effondrement de l’URSS ne le permettra plus, et un vent de protestation souffle alors sur le continent où les dictateurs ont du mal à contenir les aspirations démocratiques. Désormais, les bailleurs de fonds occidentaux, Washington et FMI en tête, la France traînant des pieds, entendent conditionner leurs aides aux progrès démocratiques et aux efforts de bonne gouvernance et de transparence. Indisposés les régimes africains se montrent alors mûrs pour traiter avec Pékin qui lui ne pose aucune condition, et s’abstient de tout discours moraliste. Le « Je t’aime, moi non plus » de la Françafrique en est la parfaite illustration : quand elle intervient, la France se fait taxer de néocolonialisme, quand elle se retient, on crie à l’abandon. France et Afrique ne se comprennent plus. Pire, les Africains pensent déceler chez leurs anciens colonisateurs une grande ingratitude qui les blesse profondément : depuis la dévaluation du franc CFA en 1994 qui a frappé durement les économies de la zone, nombreux sont ceux qui ont dû émigrer pour fuir la misère, et c’est la France bien sûr qu’ils choisissent : l’hostilité qu’on leur réserve là-bas (cités ghettos hier, immigration choisie aujourd’hui, voir à ce titre cet article) détonne à leurs yeux avec l’accueil qu’ils avaient offert aux anciens colons après l’indépendance (sauf en Algérie…) et sans compter le sang qu’ont versé leurs parents pour libérer la France.

De toute façon, combien même la France souhaiterait-elle conserver une influence en Afrique, qu’elle ne le pourrait plus, elle n’en a plus les moyens, ni économique, ni militaire (l’opération Licorne de maintien de la paix en Côte d’Ivoire était très proche de la capacité maximale de projection de toute l’armée française). A la rigueur l’Union Européenne pourrait rivaliser avec la Chine, mais de là à ce qu’elle se mette d’accord sur une politique étrangère commune, il y a loin de la coupe aux lèvres. Et encore plus loin de là à ce que cette éventuelle politique commune fasse preuve de la même souplesse et force de frappe.

Aujourd’hui, les Occidentaux se complaisent à regarder ce continent qu’ils croient à tort en perdition avec misérabilisme, paternalisme et condescendance….alors que l’Afrique se réveille justement, aidée par une Chine qui y voit de merveilleuses opportunités là où nous ne voyons que les ruines de l’époque coloniale, symbole de notre grandeur passée.

Le summum de l’incompréhension est atteint en 2006 quand un certain candidat à la présidence française déclare à Bamako : « Nous n’avons pas économiquement besoin de l’Afrique ». Certes, elle ne représente que 2% de nos échanges, mais quand on sait que l’Afrique, c’est le premier centre de profit d’Air France, que 30% des réserves de pétrole de Total s’y trouvent, soit sa première région de production au monde, ou quand on connaît l’importance incontournable du Niger pour Areva, on ne peut que sourire ! Enfin, comme le dit un éditorialiste africain : « Que serait la France à l’ONU sans les voix de ses anciennes colonies ? »

…la suite dans le prochain article: les apports positifs et négatifs de la Françafrique…

06/08/2008

Echanges d'idées.

Salut Patrick,

 Tu peux en profiter pour faire connaître le REC en commentaire. Sinon je
> mettrai un lien vers le collectif Remise En Cause.
> Mais observe ces jeunes du CRC, à travers leur notre blog.Je les
> rejoint parce qu'ils sont jeunes (beaucoup de lycéens), pas encore
> pourris, faut attendre au moins 10 ans !
> Et la jeunesse a fait mai 68. J'y était, à 19 ans. Mais impossible
> d'aller à Paris, faute de transport. J'avais une dauphine, mais plus
> d'essence. On l'a fait au lycée du Raincy et à Montfermeil.
>
> Retravaille le texte que tu m'avais envoyé, je le retravaillerai ensuite
> pour lui donner une qualité littéraire, sans toucher aux idées qui ne
> sont pas ma propriété. Supprime les insultes (remplacer cons par
> crédules, par exemple, salopard par sournois), ne pas oublier qu'il faut
> gagner des gens à la révolte et au changement, pour ces deux raisons il
> ne faut pas les insulter (y a assez de Sarko pour ça : "casses-toi,
> pov'con") et proposer des actions qui doivent avoir l'assentiment
> général.
>
> Ensuite, on n'aura même pas besoin d'une révolution, si l'évolution se
> répand.
>
> Au fait, en te lisant, d'après des réflexions du style "les gens de mon
> âge ont du mal à lire en bleu sur fond noir..., etc.), je croyais que tu
> avais dans les 70-75 ! Je constate que tu as 51 ans.
> Moi j'en ai 59 et 22 jours. Tout le monde me dit "merci, jeune homme"),
> personne ne veut me croire, je suis parfois obligé de sortir ma carte
> d'identité.
> Alors, a mon âge, laisse-moi te dire que 50 ans, c'est jeune.
> Tu as la jeunesse d'esprit de ces jeunes de 17 ans du CRC, puisque tu
> réagit comme eux, quitte à te ruiner pour essayer de sauver ce qui reste
> de notre belle France, de ses valeurs.
>
> Mais ne tape pas sur les immigrés, ils sont français, aujourd'hui,
> depuis au moins deux générations, et c'est le capital qui les fait
> venir. Tu n'aimerais pas avoir un personnel de sans-papiers, si t'étais
> patron ?
> Et ceux qui gueulent contre les immigrés (de France !) acceptent-ils de
> ramasser leurs poubelles ? Elles sont françaises, les ordures, pourtant !
> et rappelles-toi de la délégation des musulmans de France qui ont été en
> Irak expliquer aux ravisseurs des deux journalistes français de France2,
> que l'Islam de France est d'abord composé de français. J'ai pleuré
> d'émotion quand j'ai appris ça, à l'époque.
>
> Ce que tu dénonce au sujet de la CAF et de la Sécu viv-à-vis des
> immigrés existe, mais c'est encore un problème de corruption. Et un tout
> petit problème. En criant avec la droite ce genre de choses, on fait
> élire un Sarkozy de Nagy Bocsa (son vrai nom "français"), ce n'est pas
> de la politique.

 Réponses :

Je sais, il y a beaucoup plus de bons immigrés que de mauvais et mes
> critiques me gênent aussi vis à vis de tous ceux que je connais et
> respecte.
> Mais si tu fais le tour des banlieues tu t'appercevras que bon nombre
> de gens pensent ainsi. *Le problème est lié au fait que nous avons un
> justice ( d'Etat) trop laxiste et que rien n'a vraiment sanctionné les
> meneurs en temps voulu. *
> Les problèmes ne sont pas réellement raciaux mais plutôt le fait d'une
> certaine injustice envers ces bandes organisés fauteurs de troubles.
> Chez moi, pourtant une petite ville sans histoires, il y a des
> quartiers de non droit aussi et *le maire dit à la police de ne pas
> faire de vagues*. *Ce sont donc nos élus qui sont responsables de la
> montée de cette haine envers les délinquants*.
> Mais cela ne signifie pas pour autant un rejet globale envers les
> immigrés et comme tu le signales, nous sommes bien content d'avoir des
> gens qui ne refutent pas les tâches difficiles. Moi je suis même prêt
> à *augmenter les salaires de 50 % suivant la pénibilité.*
> Sinon, ne va pas croire un instant que si j'étais patron,
> j'apprécierais avoir du personnel sans papiers ! *(je sais, je te
> connais un peu, quand même !)*Je respecte trop les gens pour cela et
> la misère du monde m'émeut ?
> Je trouve qu'il faudrait *boycotter toutes les grandes marques* *(et
> celles des J.O. pas les chinois. Si les sponsors ne gagnaient plus aux
> JO, ils n'auraient jamais choisi la Chine !)* tant qu'elles n'aurons
> pas multipliés les salaires par trois de leurs esclaves du tiers monde.
> Je suis prêt à *partir en Chine pour faire fabriquer des panneaux
> solaires* à moindre coût afin d"équiper toutes nos maisons et lutter
> contre le nucléaire. Mais je ferais en sorte à ce que les gens aient
> des salaires décents qui ne leurs permettent pas seulement de survivre
> comme je le fais actuellement sans rien *(courage, t'es pas seul)*.
>
> *Pour revenir à l'immigration, ce qui ne va pas c'est tout de même ce
> manque d'éducation. L'école a baissé les bras et les familles s'en
> foutent ou n'ont pas le temps*. *(c'est le coeur du problème, avec le
> français complètement réduit, détruit !)*
> Les cités sont vites dégradés. Les poubelles traînent dans les cages
> d'escaliers alors que le container se trouve deux étages plus bas.
> Ce que je dis c'est du vécu et il faudrait peut de chose pour
> *améliorer ce manque de civisme*.
> Une société cosmopolite c'est un enrichissement pour celle-ci et nous
> devons tout faire pour y arriver. Mais ce que je reproche à la Gauche,
> c'est justement ce laxisme qui à pourri le pays au point de
> dégringoler de la 3 ème à la 13 ème place.
>
> Désolé, moi, je suis pour l'ordre et *cela passe par le respect donc
> l'apprentissage avec une école à la hauteur* quitte à ce que cela soit
> martiale comme au Japon et sont flot de succides !
>
> Pour ce qui est de mes textes, j'ai pas envie de me faire chier à les
> reprendre car je passe déjà bien trop d'heures sans revenus avec le
> net. J'écris comme je cause et je ne pourrai pas faire mieux. *Ce que
> je cherche, c'est ouvrir les débats et faire réagir les gens.*
> *(Continue)*
> Si tu y trouves quelques bonnes idées, tu peux les développer, elles
> n'appartiennent à personnes et je ne t'en ferai pas grief.
> Modifie à ta guise, moi je ne fais que de dégrossir...
> Le principal c'est de faire avancer les choses, pas de flatter mon ego.
> Maintenant, fais gaffes, je crois que tu fais allusion à Sarko en
> parlant breloques et pierres...J'avais envoyé un document qui était un
> faux et que grâce au net et mes lecteurs, j'ai réussi rapidement à
> renvoyer dans sont état originel non trafiqué. *(Ouf Excellent travail
> ! Mais si c'est faux, tu me préviens, je le retire illico !)*
> Lorsque je disais casse toi pauv'con, c'était juste pour faire
> allusion à Sarko et rappeler au peuple comme il était traité ! *(c'est
> pas toi qui le dit, c'est lui qui nous le dit)*
>
> Quand à la CAF, ce n'est pas un petit problème car cela représente la
> moitié du déficite de la dette !
> *Et il serait grand temps de s'attaquer aux magouilles* avec du
> personnel à Sheila ...

Renvois :

Les idées neuves que nus avons en commun, mais nous ne sommes que 2 !
Elles sont mises en gras dan ton texte en-dessous.
Je ne crains personne, l'emphysème est passé avant Sarko.
Il me reste 15€ pour tenir jusqu'au 5 août, l'alloc handicapé et logement.
Personne ne me prête les 50e qu'il me faudrai, tout le mond eest fauché !
Le seul qui ait répondu à mes appels de détresse est en vacances dans le
sud.

Il y a trois cités dans un rayon de 100 mètres autour de chez moi.
Aucune violence (si, une voiture brulée : réglement de compte ?), ils
vendent du haschich, sont raflés, reviennent deux jours après.
Ils me connaissent, m'appellent par mon prénom, et je les incite à faire
des courses. Sur mes conseils, l'un deux a monté une petite location de
scooters pour ses copains : 5€ par jour. Il a cinq scooters, maintenat.
Mais ce con ne s'est pas occiupé des assurances, et travaille au noir.
Je suis obligé de l'engueuler, de lui faire comprendre. Mais au moins,
il acompris que c'est mieux de faire quelque chose et ne vend pas de
barrettes de hasch. C'est un début ! Peut mieux faire !

Quand on les respecte, les traite exactement comme n'impote qui, ils
deviennent comme toi et moi, des gens normaux qui aimeraient bien qu'on
les embauche partout. Ils aiment les boulots de durs à cuire, comme les
déménagements. Mais à chaque fois, on oublie de les payer.
Pour leur campagne, les élus socialistes (jospiniens) m'avaient promis
de faire une régie (d'emploi) dan sle quartier, pour eux. Ils sont élus
et m'évitent.

Les flics s'intéressent plus à moi qu'à eux, mais ne peuvent rien faire.
Ils savent tous pour mon affaire, et soit flippent, soit sont indignés
(tous ne sont pas des ripoux !).

05/08/2008

Mortelle téléphonie...

ENFIN !

Dangers du téléphone portable : mise en garde de cancérologues internationaux

Actualité publiée par CommentCaMarche le vendredi 25 juillet 2008

(Paris - Relax news) - Un collectif international de cancérologues, princiaplement américains et français, a émis des recommandations quant à l'usage des téléphones portables. Sous forme de mise en garde, ce document, dirigé par le Pr. Ronald Herberman, directeur de l'institut de recherche sur le cancer de Pittsburg (Etats-Unis), ne conclut pas à l'existence certaine d'un danger du téléphone mobile pour la santé. En revanche, en l'absence de certitudes, la plus grande prudence est recommandée.

Ce document paraît un peu plus d'un mois après l'appel de vingt éminents scientifiques français à ce sujet. Le 15 juin dernier, ils s'étaient prononcés pour l'application stricte du principe de précaution concernant l'usage des téléphones portables, en particulier par les plus jeunes.

L'alerte des cancérologues internationaux est elle aussi en faveur de l'application du principe de précaution. Ces scientifiques demandent de limiter l'usage du téléphone portable, en raison de risques possibles de cancer. Le manque de prise en charge de ce problème par les autorités de santé, notamment américaines, y est également dénoncé.

La recherche scientifique nécessitant du recul pour déterminer s'il existe un lien direct entre usage du téléphone portable et cancer, ils demandent la plus grande vigilance, notamment chez les enfants.

De façon à prendre un minimum de risques, ils conseillent de ne pas trop approcher son téléphone portable de sa tête, l'idéal étant d'utiliser un kit mains libres. Les cancérologues déconseillent l'utilisation du téléphone portable dans les lieux publics, car cela expose les autres à des ondes électromagnétiques.

Il y a quelques semaines, une polémique, sur fond de débat scientifique, est née en France au sujet des dangers des téléphones portables pour le santé. Dans un communiqué de presse, l'Académie de Médecine avait dénoncé la démarche des scientifiques, parlant d'une "machine alarmiste". Celle-ci indiquait que "plusieurs milliards de portables sont utilisés dans le monde sans conséquences sanitaires apparentes depuis 15 ans", ajoutant "les résultats des études scientifiques réalisées au sujet des dangers des téléphones portables sur la santé sont pour le moment rassurants".

Pourtant, de plus en plus d'études tendent à démontrer un lien entre utilisation du téléphone portable et problèmes de santé. Troubles du sommeil, du comportement, mais aussi états d'extrême fatigue, pourraient être liés aux ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables.

A plus long terme (plus de dix ans), il pourrait y avoir un risque de cancer, même s'il faudra encore quelques années pour le démontrer. Ce danger serait supérieur chez les enfants, dont "le cerveau absorbe 60% de plus de rayonnement électromagnétique que celui des adultes", d'après une étude de l'Université de Porto Allegre, récemment publiée.

Un rapport du "BioInitiative Group", publié fin août 2007, et réalisé par des scientifiques américains basés à l'Université d'Albany, dans l'Etat de New York, avait alerté sur les risques liés au téléphone mobile. D'après le Dr. Lennart Hardell, membre du groupe, "les preuves des risques liés au téléphone sans fil ou mobile sont très convaincantes si on considère les personnes qui les ont utilisés durant plus de dix ans, et quand ils sont utilisés toujours du même côté". Les tumeurs au cerveau mettant quinze à vingt ans à se développer, cela signifie, selon lui, que "nous ne connaitrons tous les risques qu'à long terme".

http://www.commentcamarche.net:80/actualites/dangers-du-t...

04/08/2008

Fin du monde !

La fin du monde tel que nous le connaissons.

Chronique de l'ancien ministre de l'Environnement Yves Cochet, parue sur le site Actu-Environnement (29 mai 2008).

Nous sommes drogués au pétrole, nous ne pouvons pas nous en passer, nous sommes prêts à tout pour continuer notre addiction. Nous, c'est-à-dire le tiers le plus riche des habitants de la planète. Cette situation, à elle seule, aura bientôt des conséquences dévastatrices dans tous les domaines, sur tous les continents. La hausse actuelle du cours des hydrocarbures n'est pas un simple choc pétrolier - comme ceux que nous avons affrontés en 1973 et 1979 - c'est la fin du monde tel que nous le connaissons.

Cet événement, dont nous apercevons les prémisses, provient de la coïncidence, sur quelques années, de trois facteurs inédits :

1) le déclin définitif de la production de pétrole (géologie) ;

2) l'excès structurel de la demande mondiale sur l'offre de pétrole (économie) ;

3) l'intensification des guerres et du terrorisme pour l'accès aux ressources non renouvelables (géopolitique).

Ces trois facteurs, se renforçant mutuellement, provoquent d'abord une hausse des prix des produits pétroliers, puis du gaz et de l'énergie, enfin de toutes les denrées et services qui en dépendent. Bref, nous entrons dans une période d'inflation, de récession, de tensions internationales, de guerres.

1) En 1956, King Hubbert était géologue à la société Shell. Il publia un article peu remarqué affirmant que la production pétrolière des 48 premiers états américains - la plus importante du monde à cette époque - allait croître jusqu'en 1970, puis décliner inexorablement ensuite. Il fallut attendre un peu plus de quatorze années pour lui donner raison : la production américaine ne cesse de décroître depuis 1970. En extrapolant les méthodes de Hubbert à l'ensemble de la planète, on peut estimer que nous avons atteint aujourd'hui - en 2008 - le maximum de la production mondiale de pétrole.

Ceci est un évènement exceptionnel dans l'histoire humaine. Pour la première fois, les volumes de la matière première la plus indispensable à l'ensemble de l'économie mondiale auront cru pendant cent cinquante ans pour diminuer ensuite, sans coup férir, année après année. L'image mentale de la « croissance » - du PIB, de la population, du nombre d'automobiles. - se heurte à la décroissance géologique, inéluctable, irréversible de son plus précieux fluide. La singularité de cet évènement est telle qu'aucun modèle du monde économique, aucune information massive de sensibilisation, aucune politique d'évitement ou d'adaptation n'auront précédé son advenue. Cette ignorance est catastrophique.

2) Le second facteur créateur du choc est le croisement actuel de deux courbes. La courbe de la demande mondiale de pétrole et celle de l'offre mondiale, qui a toujours été supérieure à la première, jusqu'à présent. Aujourd'hui, la demande dépasse l'offre. Cette nouvelle situation d'excès structurel de la demande mondiale sur l'offre provoque une tension sur les marchés des cours du pétrole et, finalement, une hausse forte et définitive de ces cours. L'inflation des prix des produits pétroliers se propage aux autres domaines, notamment l'agriculture et la pêche, les transports et le tourisme.

Les esprits cornucopiens - croyants en une corne d'abondance éternelle - estiment tranquillement que le croisement des courbes de l'offre et de la demande ne durera pas, la technologie, le marché et l'ingéniosité humaine parvenant à prolonger les modes de production et de consommation industriels, et même à les étendre au monde entier.

La consommation d'énergie ne peut que croître. L'avenir est radieux, la mondialisation heureuse. Les économistes prétendent que le prix de l'énergie doit tendre vers le coût marginal. J'estime, au contraire, que le prix d'une énergie doit tendre vers le coût de sa substitution éventuelle, qui est bien plus élevé que le prix actuel. Autrement dit, à 130 dollars le baril et à 1,50 euros le litre à la pompe, le pétrole n'est pas cher. Nous nous en apercevrons bientôt lorsque le baril sera à 300 dollars et le litre à 3 euros.

3) Hausse des cours du pétrole. Inflation. Augmentation des taux d'intérêt. Dette. Création de monnaie. Dévaluation. Baisse du pouvoir d'achat, baisse des achats. Récession. Tensions internationales. Le pétrole en hausse, c'est la guerre.

Les pays gros consommateurs de pétrole n'en possèdent pas, ou n'en possèdent plus, ou moins que jadis. La France et l'Allemagne n'en ont pas. Les Etats-Unis importent aujourd'hui plus de la moitié de leur consommation. La Grande-Bretagne est devenue importatrice en 2004, du fait de la déplétion des champs de la mer du Nord. Favorisées par la nature (?), les grandes régions exportatrices sont le Moyen-Orient, l'Oural-Volga et la Sibérie occidentale en Russie, le golfe de Guinée, le Venezuela et le Mexique.

Les pays du Moyen-Orient, qui détiennent les deux tiers des réserves de pétrole et assurent 31 % de la production, ne contribuent qu'à 6 % de la consommation mondiale. Une situation semblable, bien que moins contrastée, prévaut en Afrique (production : 11 % ; consommation : 3 %) et en Amérique latine (production : 10 % ; consommation : 6 %). À l'opposé, les régions grandes consommatrices sont importatrices : l'Amérique du Nord (production : 18 % ; consommation : 30 %), l'Europe (production : 9 % ; consommation : 22 %) et l'Asie-Océanie (production : 10 % ; consommation : 28 %).

Ce qui fut appelé « développement » au cours de la seconde moitié du vingtième siècle se résume à une qualité : l'accès à l'abondance pétrolière bon marché pour produire du travail mécanique. C'est pourquoi les Etats-Unis furent et demeurent le premier des « pays développés ». Pendant la majeure partie de ce dernier siècle, ils possédèrent, avant et plus que tout autre, cet accès au pétrole sur leur territoire et par l'intermédiaire de leurs compagnies transnationales.

Mais les temps changent. Découvertes en chute, offre stagnante, demande croissante, guerres pour l'accès. Telle est la formule de la déplétion pétrolière qui s'annonce. Le choix des pays industrialisés est binaire : ou bien ils décident leur sevrage immédiat et rigoureux, ou bien ils continuent leur addiction par la force. La première alternative est la seule manière de sauvegarder la solidarité, la démocratie et la paix, mais nous avons choisi la seconde : la guerre (Irak, Afghanistan, Darfour.).

Cette situation n'est pas « la fin du pétrole » ou « la fin des énergies fossiles », c'est la fin de l'énergie bon marché et, conséquemment, la fin du monde tel que nous le connaissons, c'est-à-dire, avant quinze ans, la fin de la croissance économique, la fin du capitalisme, la fin de l'Union européenne, la fin de l'aviation commerciale de masse, la fin de la grande distribution.

Les transitions énergétiques des siècles passés - du bois au charbon, du charbon au pétrole - étaient graduelles et adaptatives, le pic de Hubbert sera brusque et révolutionnaire. La fin du pétrole bon marché est la plus grande épreuve qu'ait jamais affrontée l'humanité (c'est LE problème). Afin d'en repousser un peu la date et d'en réduire un peu les effets désastreux, la seule conduite possible est l'apprentissage de la sobriété (c'est LA solution). C'est-à-dire, politiquement, une perspective d'autosuffisance décentralisée, par la décroissance de la consommation, par la décroissance des échanges de matières et d'énergie, par une mobilisation générale de la société autour d'une sorte d'économie de rationnement solidaire et démocratique.

Dans l'immensément complexe cycle du carbone, l'aval du cycle, désormais connu sous l'appellation de « changement climatique », est aujourd'hui l'objet d'une certaine attention, voire de quelques faibles décisions (Protocole de Kyoto, Grenelle de l'environnement) destinées à réduire ou à s'adapter aux épisodes climatiques extrêmes qui se profilent. Mais le changement climatique, bien que rapide au regard des temps géologiques, est dix fois plus lent que l'amont du cycle du carbone, c'est-à-dire le pic de Hubbert, le « Peak Oil ». Si celui-là se mesure en décennies, celui-ci se mesure en années. Nous ne sommes plus dans la prévision, nous sommes dans le compte à rebours.

http://www.yvescochet.net/wordpress/?cat=7


De : Yves Cochet
lundi 7 juillet 2008

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68729


________________________________

http://terresacree.org SOS-Planete, le site de l'association Terre sacrée, parce qu'on la massacre!

03/08/2008

GAGS

14 juilletpeopleJournal      

14 juilletpeopleJournal      

de Benoist Magnat

évidemment du 14 juillet

 

 

 

 

En France aujourd’hui, c’est le 14 juillet et c’est pas triste…

photo Jean-Louis Saiz

 

On y donne la légion d’honneur à Ingrid Bettancourt et Dany Boon

une pour la tragédie, l’autre pour la comédie

L'obsession de la virginité, du crétin de base à fourniret ...

La qualité assurée

Malgré tout le soin que nous apportons au conditionnement de nos produits et celui apporté par nos partenaires dans la famille et la société, quelques «erreurs sur les qualités essentielles» peuvent exceptionnellement être constatées chez le produit "femme"(ex. hymen endommagé). Nous vous invitons alors à contacter le Service Clients en vous connectant à "Mon compte" sous rubrique "les droits du mari".

Dès réception, un correspondant du Service juridique prendra contact avec vous pour vous faire parvenir une étiquette "retour". Ce bordereau à coller sur votre colis vous permettra de nous retourner la femme en question sans frais. Dès réception, nous vous ferons parvenir une nouvelle femme, vierge celle là, sans supplément pour vous.

Le dessin représenté n’est pas contractuel.

QU'est-ce qu'un fonctionnaire


 Fonctionnaire, c'est quoi?

D'accord ils font grève, d'accord on les considère comme des feignasses mais un fonctionnaire c'est quoi ?

Réponse :

Une infirmière (Celle qui vous fera votre toilette quand vous serez incontinent et plus, privé de couches culottes)

Un Soldat (Celui qui mettra sa vie en jeu pour défendre vos choix politiques privés)
  
 Un policier (Celui qui vous protégera contre les «sauvageons» qui viennent abîmer les jolies voitures privées)

Un conducteur de TGV (Celui qui vous emmène dans votre villégiature privée pour pas très cher et sans danger)

Un agent des impôts (Celui qui fait fonctionner l'Etat grâce à cet argent que le privé a tant de mal à gagner)

Un facteur (Celui qui amène chez vous au bout de la France les colis privés des cadeaux de noël de papy mamy)

Un prof (Celui qui vous permet d'apprendre gratuitement ce que vous mettrez en pratique dans le privé)

Une institutrice (Celle qui mouche vos chers bambins privés et reçoit les insultes publiques)

Un juge (Celui qui gérera votre divorce privé)

Un pompier (Celui pour qui la devise est « sauver ou périr » et qui périra pour sauver votre vie privée et votre maison privée perdue en plein maquis avec un branchement et un kwh EDF au même prix)

Un agent de la sécu (Celui qui se fera chier dans un bureau pour vous rembourser vos tranquillisants privés)

Un agent des Assedic (Celui qui fera avancer votre dossier de chômage quand le privé vous aura foutu dehors)

Un technicien EDF (Celui qui remettra le courant pour que vous regardiez vos DVD privés après la tempête)

Une sage femme (Celle qui ne se prive pas de galérer pour faire naître vos futurs cadres privés)

Un directeur d'hôpital (Celui qui se bat pour soigner gratuitement votre surmenage privé)       avec son personnel hospitalier

Un conducteur de metro (Celui qui vous conduit au tarif le moins cher d'Europe dans vos boulots privés)

Encore le métro (Celui qui vous emmène 365 jours par an à vos soirées privées et vous ramène même quand vous êtes bourrés)

L'organisateur de la fête de la musique (Le con qui organise votre  petite soirée sympa du 21 juin)

Et bien sûr, tous les sans grades , qui ramassent vos ordures, nettoient les parcs, améliorent les forêts, recherchent de nouvelles technologies, transportent votre nourriture la nuit quand vous dormez (encore le train),  font tourner les centrales électriques, aiguillent les avions,

organisent les élections, donnent à manger dans les cantines scolaires, plantent des fleurs dans les villes, font des émissions de télé, vous donne la météo (aux avions privés et aussi et surtout aux marins privés !! )

.......Alors maudissez les, injuriez les, rejetez les !!!! Mais quand du service public, vous serez privé.....alors là, vous pleurerez !!......

Mais si vous désirez vous baigner dans l’art avec le Marathon artistique, c’est le 17,18,19 juillet aux Bains des Pâquis à Genève, venez nous voir. (voir pièces jointes)

Amicalement

Benoist Magnat

02/08/2008

Transports inhumains !

Lettre à Monsieur l'Ambassadeur d'Australie en France

guillemet
 Monsieur l'Ambassadeur,

L'Australie exporte chaque année plusieurs millions d'animaux destinés à la boucherie, transportés vivants par route et par mer dans des conditions indignes.

Embarqués pour d'interminables voyages en mer vers les abattoirs du Moyen-Orient, des centaines de milliers de moutons australiens endurent la soif, la chaleur et l'épuisement dans des cargos surchargés pouvant contenir jusqu'à 100 000 animaux. A leur arrivée dans des pays où les animaux ne disposent généralement d'aucune protection légale, ils sont souvent manipulés et abattus dans des conditions terrifiantes.

L'Australie dispose pourtant d'un arsenal législatif conséquent en matière de protection animale. Aussi, je suis scandalisé(e) qu'un nombre aussi considérable d'animaux australiens puissent être légalement soumis à de tels traitements.

Je compte sur le gouvernement Australien pour mettre un terme à ce trafic d'un autre âge, en développant par exemple le transport réfrigéré de carcasses d'animaux abattus localement.

Je vous prie de croire, Monsieur l'Ambassadeur, à l'assurance de ma vigilance sur ce grave problème, et de ma gratitude pour ce que vous pourrez faire. guillemet

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu